AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Les conséquences de la première INTRIGUE de WHYDA, c'est par ici ! :proud: :cat:
N'hésitez pas à REMONTER WHYDA sur bazzart ou prd :hin: :fox:

Ce n'est pas parce que le forum a une annexe sur les troubles qu'il est obligatoire de jouer un personnage malade.
UN SAIN D'ESPRIT c'est tout aussi bien. :rabbit: What a Face
Il est obligatoire de BIEN lire les annexes, auquel cas le staff vous mordra les fesses. :ivil:
Nous n'acceptons pas les pseudos à initiales - retournons aux origines simplistes les enfants. :aw:
Entre autre, pour continuer sur les pseudos, les prénoms trop excentriques (drogue, alcool
:chaat: ou autre totalement improbable) sont INTERDITS, merci de rester réalistes. :chaat:
Les personnages du pays des merveilles ne sont pas acceptés, seuls les morts peuvent passer ! :maw:

Partagez | 
 

 ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zoe Walker

❝ la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien l'accepter ❞

✢ DENTS PERDUES : 1973
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2263
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 07/05/2014
✢ PSEUDO : sola gratia.
✢ AVATAR : felicity jones.
✢ CREDITS : angel dust.
✢ AGE DU PERSONNAGE : vingt-sept
✢ JE SUIS : un certain lapin blanc.
✢ DANS TES POCHES : rien qui vaille la peine de la tuer ou de la menacer, croyez-moi. sauf si vous êtes friands de poussière, d'une fleur sèche et d'un morceau de champignon gâté.
✢ TA VIE : 96/100
✢ ANCIEN METIER : risk manager, pas très édifiant ou poétique, mais ça payait bien le loyer.
✢ LOCALISATION : ailleurs, au loin, ici.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Tumblr_n5zdvq3has1s5syojo1_500
this is where the evening splits in half, Henry, love or death. Grab an end, pull hard, and make a wish.

pale shadows.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine 440462amrrrrr
wowowow:
 

✢ JE EST UN AUTRE : fawny.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Empty
MessageSujet: ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine   ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine EmptyVen 9 Mai - 20:26



Zoe Walker
do you believe there is a demi-monde ?
a half world between what we know and what we fear ?


nom ☩ walker prénom ☩ zoe, un prénom simple, court et concis. peut-être pas le prénom le plus magnifique ou le plus singulier du monde, mais elle s'en préoccupait guère. âge ☩ vingt-sept ans date de naissance ☩ douze mai lieu de naissance ☩ brighton, angleterre statut social ☩ sur les documents officiels, il est marqué qu'elle est célibataire. officieusement, elle est seule avec ses sentiments confus. ce qu'il faisait avant ☩ sans réelle passion ou grande motivation, elle s'est lancée dans la finance en tant que risk manager ; pas le plus joyeux et utile des jobs mais dans notre société capitaliste, rien n'est plus très joyeux et utile de toute manière arme ☩ ombrelle et maillet de croquet bien que celui-ci, après être tombé malencontreusement dans un étang de tulgey, soit bien endommagé ; à la place d'électrocuter, il ne fait qu'envoyer un coup de jus à l'adversaire, rien de bien renversant traits de caractère ☩ réaliste, sarcastique, douce-amère, perspicace, réservée, nostalgique, suiveuse, possessive en ce qui concerne ses effets personnels, réflechie, anxieuse, confusion, parfois incompréhension, au sujet de la notion de l'amour, à l'écoute de ses proches, ne partage pas ce qu'elle pense aisément, intelligente, compliquée, indécise, attentionnée, a peur de tous types d'engagement, sociable du moins en ce qui concerne les relations superficielles, énigmatique, abandonne dès que les choses se compliquent, malgré tout ambitieuse, indépendante mais a besoin d'avoir quelqu'un pour l'aider en cas de problèmes crédits ☩ paper brain et tumblr






Les questions du chat


conte-nous ta mort ☩ Une gifle, un coup de poing, un coup de massue dans la gueule, qui prend par surprise, qui te fait vaciller, qui te fait souffrir, qui te brise, aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur. La mort, elle l'a vue venir, pour Lew, mais elle ne pensait pas qu'elle viendrait pour elle aussi. Du sang, des craquements, des éclats de verre, des cassures, des cris, des pleurs. La terreur, la peur, la douleur, la souffrance se sont entremêlés dans un schéma complexe qu'elle n'eut pas le temps d'étudier car tout se passa si vite. Peut-être est-ce ma faute ? Après tout, elle connaissait son bourreau, ce n'était pas un inconnu. Il a fait ça pour une raison, alors peut-être qu'elle méritait tous ces coups ? Son visage cabossé devant payer pour son coeur atrophié, je suppose. Du rouge, du noir, du flou. La vie la quitte, doucement, trop doucement. Elle sent encore ses mains la frapper avec rage et démence. Elle rit, elle-même ne sait plus pourquoi. Signe de sa propre démence, qui sait. En tout cas, ce rire il le prit mal. Alors il lui fait encore plus mal. Sa vision se trouble davantage, si cela est même possible. Et enfin, elle ne voit plus, elle ne sent plus. Juste le silence et l'obscurité qui l'enlacent de leurs bras doux.

que penses-tu du pays des merveilles actuel ? ☩ Elle ne sait quoi penser de ce pays délabré, tantôt magnifique, tantôt effrayant. Les monstruosités côtoient des êtres sublimes. Les choses sont sans queue ni tête, au point de vous en faire perdre la vôtre. Tout ça n'a aucun sens ni aucune logique, ce qui lui fait perdre tous ses repères, tout ce dont elle considérait comme les fondations de sa vie. La mort étant le contraire de la vie, alors peut-être que l'instabilité du pays des merveilles a un sens, aussi léger soit-il, d'être le parfait contraste d'un monde réel.

et sinon, tu dois bien avoir un endroit préféré en ce lieu, non ? ☩ Cela serait sûrement le jardin fumant apaisant, doux et calme. Il lui permet de retrouver pied quand elle a l'impression de perdre la tête, c'est sa boussole et son garde fou. Il lui donne l'illusion que le pays des merveilles n'est pas si dangereux, si déroutant et si abstrait. Il lui donne le sentiment utopique de sécurité, d'ordinaire et d'un monde réel.




Les détails du lièvre


Ses problèmes relationnels et son manque de confiance sont dus à son père, pour faire original. Après le divorce avec sa mère, il lui promit qu'il serait toujours là pour elle. Après une ou deux visites, elle ne l'a plus jamais revu. On l'a mise devant un piano dès son plus jeune âge, et bien qu'elle voyait ça comme une corvée à l'époque, elle y a pris goût, au point de s'acheter un piano droit dans une brocante peu de temps après qu'elle soit partie à Londres. Il ne valait pas le piano à queue du domicile familial, mais c'était déjà ça.     Zoe a peur du noir ; pas le fait d'être dans l'obscurité, mais le fait de ne pouvoir appréhender ce qui y rôde en silence. Elle se sent beaucoup plus à l'aise avec une source de lumière, même minime. Elle n'a jamais su vraiment ce qu'elle voulait faire de sa vie, alors son côté pragmatique l'a poussé à faire des études qui lui assureront un bon travail, plutôt que de se projeter dans un futur plus en accord avec ses centres d'intérêt. Elle a toujours préféré les journées grises et humides d'hiver et n'a jamais raffolé des belles journées d'été ensoleillées, ce qui lui valait une bonne dose d'incompréhension de la part de ses amis. Elle est tout bonnement incapable de siffler ; à chaque fois qu'elle essaye, cela s'achève en un échec total qui fait bien rire ses proches. Depuis sa mort, elle souffre d'état de stress post-traumatique, dont les symptômes sont déclenchés dès qu'elle est confrontée à un comportement violent, lui étant destiné ou non, étant physique ou non. Pour l'instant, elle tolère la violence envers les bêtes dangereuses du pays, mais pour combien de temps ? Parfois, lorsqu'elle ne bouge pas vraiment, il lui arrive d'avoir de fortes douleurs sur tout le corps, s'enchaînant de manière simultanée, comme des coups invisibles. Une autre séquelle de sa mort sans doute. Mais cela reste assez rare.   Autant elle peut se battre si sa vie en dépend, autant elle s'enfuit bien vite si elle en a la possibilité ; après tout, ce n'est pas avec une arme en forme de flamant rose qui crache que quelques étincelles et trois misérables balles qu'elle va s'attaquer à une guêpe samouraï et son katana. Le narguilé bleu est devenu un de ses plus fidèles compagnons au pays des merveilles. Elle s'allonge sur l'herbe et profite de ses effets pendant plusieurs heures. Une torpeur qui fait guise de barrage à la dure réalité des choses.




_________________


∇ MONSTERS ARE ALWAYS HUNGRY, DARLING.



please feel free to piss in the garden:
 




Dernière édition par Zoe Walker le Mer 25 Juin - 16:10, édité 36 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t23-zoe-sorry-for-the-blood-in-your-mouth-i-wish-it-was-mine http://insanekids.forumactif.org/t75-zoe-alternate-world
Zoe Walker

❝ la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien l'accepter ❞

✢ DENTS PERDUES : 1973
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2263
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 07/05/2014
✢ PSEUDO : sola gratia.
✢ AVATAR : felicity jones.
✢ CREDITS : angel dust.
✢ AGE DU PERSONNAGE : vingt-sept
✢ JE SUIS : un certain lapin blanc.
✢ DANS TES POCHES : rien qui vaille la peine de la tuer ou de la menacer, croyez-moi. sauf si vous êtes friands de poussière, d'une fleur sèche et d'un morceau de champignon gâté.
✢ TA VIE : 96/100
✢ ANCIEN METIER : risk manager, pas très édifiant ou poétique, mais ça payait bien le loyer.
✢ LOCALISATION : ailleurs, au loin, ici.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Tumblr_n5zdvq3has1s5syojo1_500
this is where the evening splits in half, Henry, love or death. Grab an end, pull hard, and make a wish.

pale shadows.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine 440462amrrrrr
wowowow:
 

✢ JE EST UN AUTRE : fawny.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Empty
MessageSujet: Re: ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine   ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine EmptyVen 9 Mai - 20:26


cimes
we laugh and it pits the world against us


L
a première fois que Robb vit Zoe, il la trouva franchement belle. Il l'aborda, de manière simple et amusante, n'étant pas de ceux sachant séduire les femmes avec expertise. Mais Zoe ça ne l'avait pas dérangé, au contraire. Ils discutèrent du livre que Zoe était en train de lire, de leurs métiers respectifs, depuis combien de temps ils étaient à Londres. Une rencontre banale. lls se recroisèrent au même café le lendemain et discutèrent à nouveau, de tout et de rien. Robb était maladroit et gauche, mais c'est ce qui faisait son charme. Lorsqu'il réussit enfin à l'inviter à un rendez-vous, non sans mal, au bout de plusieurs rencontres au café où Zoe avait l'habitude de déjeuner à sa pause midi, celle-ci accepta. Elle se sentait seule, et appréciait toute l'attention que lui portait Robb. Il n'était pas comme ceux avec qui elle était sortie auparavant ; plus gentil, moins sûr de lui. Il ne l'attirait pas forcément mais c'est par un certain égoïsme, ou peut-être par compassion pour ses mots hésitants et sa nervosité la première fois qu'il est venu lui parler, qu'elle avait dit oui. Elle n'était le centre du monde pour personne auparavant, parfois elle s'en rapprochait, mais elle n'était jamais si importante aux autres. Sauf pour Robb. Peut-être même trop importante à ses yeux.

« Bon, alors, c'est quand tu nous le présentes ce Robb ? » Zoe eut un rire étouffé à la demande de Jessica, que tout le monde surnommait Jess. Elles étaient toutes deux assises dans un coin du pub, pendant que les autres étaient en train de commander leurs boissons. Robb. Il était si gentil et attentionné, au point que cela en devienne étouffant. Zoe avait l'impression que Robb plaçait tous ses espoirs sur leur relation. Ça allait vite, trop vite, ça en donnait le tournis. Zoe n'était pas même réellement attachée. Elle avait honte de ressentir une telle chose, mais elle ne ressentait qu'une affection mesurée pour Robb, comme le chien de Mrs Ainsworth, sa voisine à Brighton. C'est horrible de dire une telle chose, non ? « Oh, je pense que vous le verrez pas du tout. Je sais pas trop, un truc me dérange dans notre relation, je m'y sens pas à l'aise. » Je l'apprécie comme le chien de ma voisine d'enfance, mais ça ne se dit pas de telles choses. Cela ne faisait que deux semaines qu'elle et lui étaient.... quelque chose. Zoe ne les qualifierait ni de couple, ni d'amis, ni d'amants. Puis, elle avait peur que si leur relation dure davantage, Robb allait organiser sa vie autour d'elle. Être le centre du monde de quelqu'un, enfin de Robb en l'occurrence, ce n'est pas agréable. Il était déjà si attaché alors que cela faisait si peu de temps. Les gens qui s'emballent si vite, ça la fait flipper Zoe. Elle a l'impression que la situation lui glisse entre les doigts, et ça ne lui convient pas. Il fallait que ça cesse. Une autre fille, qui apprécierait davantage toutes ses petites attentions, serait parfaite pour Robb. Mais cette fille c'est pas Zoe. « Tu sais, quand les gens parlent en regardant dans ta direction, c'est qu'en général ils te parlent à toi. Parce qu'à moins que je décide de taper la causette à la fille à poil sur l'affiche derrière toi, c'est à toi que je parlais. »« Désolé, j'pensais à autre chose. Tu me disais quoi ? »« Il est mignon le mec que Tom a ramené avec lui ce soir, tu trouves pas ? Tu sais, Lew. » Tout en prononçant ces mots, Jess, avec un sourire qui en disait long, fit un petit coup de tête en direction du bar où étaient regroupés le reste de nos amis, plus inquiets de draguer la barmaid que de récupérer à boire. Au centre, il y avait Lew. Il fallait dire ce qui était, il était beau ; des yeux bleus et vifs, un sourire charmant et une tignasse de cheveux qui aurait pu faire négligé sur quelqu'un d'autre mais qui sur lui, donnait un tout séduisant. Oui, il était mignon, Zoe n'allait pas mentir là-dessus. Mais elle le connaissait depuis quoi, une trentaine de minutes ? Ils ne s'étaient échangé que des salutations et des regards. Certes, il était mignon et avait l'air sympathique, mais Zoe ne donnerait pas la satisfaction à Jess de rentrer dans les détails. Autant qu'elle apprécie son amie, elle sait que celle-ci n'est pas toujours très subtile. Puis ce n'est pas parce que l'on trouve quelqu'un de séduisant qu'on veuille forcément finir dans ses draps. Enfin, pas pour Zoe du moins. De plus, il y avait Robb. Le problème du gentil chien de Mrs Ainsworth.« Ouais, ça va. Mais tu ferais mieux de faire profil bas, ils reviennent. Et vu la gueule de Tom, il a dû se faire gentiment refouler par la barmaid. »

« Je suis vraiment désolée. » Zoe n'avait même pas le courage de le regarder en face lorsqu'elle prononça ses mots. Elle avait bien vu les yeux du jeune homme s'humidifier, tandis qu'il ravala sa salive difficilement. La honte l'empêchait de l'observer, d'assumer ce qu'elle venait de lui dire. Elle avait presque eu l'impression d'entendre le coeur de Robb se fissurer et se craqueler. Et c'est pour cela que dans le coeur intact de Zoe, entremêlé au sentiment de honte, se trouvait de l'incompréhension et, en quelque sorte, de la crainte. Si elle se retrouvait là, assise dans le café où ils s'étaient rencontrés, c'était exactement parce que le comportement amouraché de Robb lui foutait la frousse. L'esprit et le coeur de celui-ci semblaient être monté dans un train à grande vitesse, dont les freins étaient cassés et qui menaçait de rentrer dans un mur à tout moment tandis que Zoe tentait désespérément de s'accrocher au quai de la gare. Alors elle avait arrêté le train, avant qu'il aille trop loin. Mais les larmes qui voulaient à tout prix couler le long des joues de Robb témoignaient du bout de chemin que le redoutable train avait déjà parcouru. Celui-ci n'avait d'ailleurs toujours rien dit et Zoe n'osait pas rajouter quelque chose de plus, de toute manière tout avait déjà été dit. Elle cessa de fixer ses mains et se leva, en regardant du coin de l'oeil l'homme assis en face d'elle. « Au revoir Robb. » Elle déposa un baiser sur sa joue et s'en alla, sans regarder derrière elle.

C'
était un soir où l'on pouvait parfaitement distinguer les étoiles dans le ciel noir et où une petite brise apportait un vent de fraîcheur sur le groupe d'amis restés dehors sur la terrasse. Le stock de bière de Tom s'était rapidement écoulé tandis qu'ils discutaient tous à la lumière de la lune et de quelques bougies que Jessica avait insisté pour allumer, sous prétexte que cela rendait la terrasse plus chaleureuse, bien qu'elle fût la seule à s'en préoccuper. Tom et Adam discutaient du dernier match de foot qui venait de se terminer quelques minutes plus tôt, tandis que Jessica les écoutait et intervenait uniquement pour commenter l'aspect physique ou pour dénigrer la femme de tel ou tel joueur. Lew était assis en tailleur sur une chaise avec sa guitare sur ses jambes et frôlait doucement les cordes de ses doigts, sans vraiment former une réelle mélodie. Mais Zoe l'écoutait tout de même, parce qu'elle aimait bien regarder un match de football sans pour autant en discuter pendant des heures et aussi parce qu'elle admirait la façon dont Lew faisait vibrer les cordes de sa guitare avec une telle aisance et nonchalance. Elle prit une gorgée de sa bouteille de bière et se focalisa sur les bruits qui s'échappaient du fond de la caisse en occultant le bruit de fond de ses amis. Elle fit tourner ses doigts sur le goulot de la bouteille tandis qu'elle se mit à fredonner, à un volume assez mesuré, ces paroles qui lui venaient en tête. « I'm lying on the moon. My dear, I'll be there soon. It's a quiet starry place. Time's we're swallowed up. In space, we're a million miles a- Ben, quoi, qu'est-ce qu'il y a ? » dit-elle, en observant Lew qui la regardait avec une expression amusée, ayant arrêté de gratter sa guitare. Il pencha sa tête sur le côté et leva ses sourcils, ce qui lui donna un air quelque peu malicieux. « Dis donc Zoe, tu m'en cache des trucs. » dit-il, non sans un petit sourire en coin. « J'te savais pas aussi mélodieuse. » « J'vais pas te révéler tous mes talents secrets non plus. » répondit-elle en imitant ce si joli sourire en coin de son interlocuteur. Le sourire de celui-ci s'élargit d'ailleurs au même moment où Zoe réalisa l'ambiguïté de sa phrase, ce que Tom ne put s'empêcher de souligner avec un rire prononcé : « Ouais parce que c'que tu sais pas, c'est qu'elle est nudiste ! » Zoe roula des yeux intérieurement et ne put s'empêcher de froncer ses sourcils, pincer ses lèvres et faire un hochement d'approbation fortement ironique, tandis que Lew le regarda quelques secondes pour finalement lui lancer un « Oh la ferme. » bien senti, ce qui ne l'empêcha pas pour autant de continuer la mauvaise blague en reportant son attention sur Zoe. « Enfin quoique, tête de noeud a raison ? Tu caches un passé sulfureux rempli d'embûche ? T'étais p'tête un homme avant ? » Sa tête de vierge effarouchée avec ses yeux bleus écarquillés fit rire Zoe qui leva un sourcil dès qu'il finit sa phrase. « J'le suis peut-être toujours, qu'est-ce que t'en sais ? La queue est moins longue pour les chiottes des mecs en général, alors ça peut m'être utile. » « Wow. On peut pas dire qu't'es pas multifonction. Au moins si j'ai besoin d'avoir une compagnie quand j'vais pisser, je saurais qui demander, et quelle agréable compagnie. » dit-il en riant et en haussant les épaules, de manière nonchalante. Tout le contraire de Zoe, qui eut un petit pincement au coeur en entendant ce vague compliment. Si être qualifié d'agréable compagnon d'urinoir est même un compliment. Ses lèvres roses tendues en un sourire sincère tandis que ses yeux bleus pétillants observaient Zoe sans relâche. Lorsqu'il lui racontait quelque chose, souvent elle se perdait dans la couleur de ses yeux, en admirant toutes ses teintes de bleues, leur vivacité, la manière dont ils avaient pétillé lorsqu'il lui avait annoncé l'arrivée de Danny, son frère. Elle faisait toujours attention à détourner son attention au bout d'un certain moment, en espérant qu'il estime qu'elle le regardait dans les yeux de la manière la plus platonique qui soit, par simple politesse. Mais là, elle ne pouvait pas se permettre de s'éloigner ; elle ne pouvait pas le laisser avoir le dernier mot tout de même. « T'es vraiment sûr que tu veux de ma compagnie ? J'sais pas, ça pourrait peut-être te gêner d'avoir de la concurrence, on pourrait comparer tout ça, faudrait pas que tu sois complexé après. » répondit-elle un sourire taquin aux lèvres en haussant les sourcils sur un ton de défi. « A quoi bon s'embêter ? On peut vérifier maintenant. » Lew affichait un grand sourire, au contraire de ses collègues à côté de lui. Zoe laissa échappa un rire de sa bouche entrouverte par la surprise et le regarda légèrement amusée et légèrement stupéfaite à la fois. Jessica avait une expression choquée qui contrastait avec ses récits de ses débats sexuels qu'elle avait déballés à Zoe, sans que celle-ci ait demandé quoi que ce soit. Tom était sans doute celui qui aurait fait le plus rire un spectateur étranger à la scène ; son air interloqué lui donnait une belle tête de vainqueur. « Non, non j'tiens pas à baisser mon calbute. J'pensais plutôt à voir ce que tu vaux quand tu pousses vraiment la chansonnette ma très chère Zoe ! On pourra voir qui se sentira le plus nul des deux, c'est pas plus mal, tu crois pas ? » Ah, alors comme ça, on se ravise. « Si t'as vraiment pas envie de baisser ton calbute, tant pis, mais c'est dommage Jess avait l'air très enthousiaste. » Cette dernière s'empressa de protester, tandis que ses joues prirent une teinte rosée. « Oh ça va, on rigole. » Sur ce, Zoe reprit une gorgée de sa bière avec un léger sourire partagé par Lew. « Bon, mon petit Weaver, c'est quand tu veux parce que t'es bien gentil, mais je chante pas sans bande-son moi. » « Pfouaah, quelle diva. » répondit le dit Weaver en riant, puis en baissant ses yeux sur sa guitare tout en silence. On entendait uniquement les bruits nocturnes de la ville londonienne en fond sonore. Zoe regarda les longs doigts de Lew se positionner au-dessus des cordes. Elle le vit froncer des sourcils pendant une infime seconde. Et ses doigts firent vibrer les cordes. Zoe repositionna son attention sur le goulot de sa bouteille, en écoutant la musique mélodieuse de Lew. Elle aurait pu l'écouter jouer pendant des heures. Mais s'il jouait, c'était pour qu'elle chante. Zoe n'avait jamais vraiment chanté devant d'autres personnes, sérieusement. Les chansons dans la rue avec les amis quand on a un coup dans le nez ou celles chantées par-dessus l'artiste qui passait à la radio dans la voiture. Mais jamais devant des gens restant silencieux spécialement pour l'entendre chanter, même si ces personnes étaient ses plus proches amis. Même si cette personne était Lew. Cependant, accompagnés de sa guitare, les mots lui vinrent presque naturellement. Elle regarda de nouveau Lew jouer ; ses doigts frôler les cordes, son air concentré bien que ses mains semblaient bouger sans aucune difficulté, comme par seconde nature. « There's things I wish I knew. There's no thing I keep from you. It's a dark and shiny place but with you, my dear, I'm safe and we're a million miles away. » Elle leva ses yeux pour rencontrer ceux de Lew. Elle lui sourit, mais ne détourna pas le regard. Lui non plus. Ils étaient ailleurs et ici à la fois. On aurait dit qu'ils étaient presque dans leur propre monde, rien qu'à eux deux. « We're lying on the moon. It's a perfect afternoon. Your shadow follows me all day, making sure that I'm okay and that we're a million miles away. » Zoe s'arrêta de chanter, peu après, Lew arrêta de jouer. Mais aucun ne détourna les yeux. Ils échangèrent un petit sourire, innocents à leurs yeux. Mais c'était largement suffisant pour Zoe, peu importe ce que cela signifiait pour lui. Tant qu'ils pourraient profiter de tels moments, c'est tout ce qui importait, même si cela sonne un peu comme un extrait du journal intime d'une adolescente au temps de son premier amour. Mais, d'une certaine manière, Lew c'était un peu son premier amour, alors qu'importe.

I
ls étaient seuls à table. Après le repas, les discussions fusèrent et chacun partit vaquer à son occupation. Seuls restaient Danny et Zoe, assis à une table où se superposaient couverts, assiettes et verres de vin à moitié vide. Jetant un coup d'oeil à Danny, Zoe se leva et partit chercher quelque chose dans un tiroir du buffet. Lorsqu'elle revint à table, c'était avec un grand sourire espiègle qui en disait long. « T'as plus d'excuses maintenant, je t'ai fait à manger et je te passe les cartes, alors tu pourrais me montrer un petit tour. Allez, s'teu plaît Danny. » dit-elle en s'asseyant à la table en face de lui, tout en faisant glisser un paquet de cartes anodin sur la surface en bois et en prenant presque des grands yeux tristes pour le convaincre. Mais à son grand désarroi, Danny ne semblait pas si convaincu. « Euh... T'es sérieuse ? T'as vraiment envie de voir ça ? » Son petit sourire en coin laissait sous-entendre une certaine gêne agrémenté tout de même d'un certain intérêt, tel un enfant fier de son poème mais n'osant pas le réciter à sa famille.  « Au pire, comme t'as fait à manger, j'peux faire la vaisselle, si y'a que ça. » Le petit sourire de Zoe se transforma en une moue déçue face au refus de Danny de lui montrer ce qu'il savait faire en magie. Il avait toujours trouver une raison pour ne pas leur montrer auparavant, malgré l'insistance du groupe. Même Lew n'arrivait pas à le convaincre de leur montrer ses talents. « Oh, Dan, t'es mignon mais j'ai un lave-vaisselle qui marche très bien. Allez, s'il te plait, Tom et Lew sont dans le salon et Jess est au téléphone avec je-ne-sais-qui. Y'a que moi là. » Zoe misait alors quitte ou double sur l'expression de chien battu. Mais ne voyant aucun changement d'attitude chez Danny, elle se résigna. Elle était la première à ne pas vouloir trop s'exposer ; elle préférait largement quand la lumière était sur d'autres que sur elle, alors elle ne pouvait pas le blâmer. «  Bon après, je veux pas te forcer, c'est vraiment dommage, je suis sûre que t'es fort en plus. » continua-t-elle en allant pour reprendre le paquet de cartes lorsque Danny le lui reprit des mains. « C'est bon, t'as gagné. » Zoe se rassit avec un sourire discret de contentement et de fierté, tandis que Danny jeta un coup d'oeil au paquet avant de les mélanger méthodiquement. Il les mélangeait bien trop rapidement pour que les yeux de Zoe puissent suivre la cadence et elle admira sa facilité à échanger les cartes de place alors que si elle tentait de faire la même chose, les cartes finiraient sûrement étalées sur toute la table. « J't'en prie, tire une carte. Tu la regardes, tu la retiens, tu m'la montres pas et tu la remets dans le paquet. » Zoe le regarda attentivement et hocha la tête en réponse à ses paroles. Elle rapprocha sa chaise de la table, scruta le paquet pour finalement prendre une carte se situant vers la gauche. Elle s'assura de ne montrer que le dos de la carte aux yeux vigilants de Danny et vit qu'elle avait tiré le deux de coeur. Son cerveau retient l'information tandis qu'elle tendit à nouveau le bras pour replacer la carte, lorsque ses doigts se figèrent. « Je la remets n'importe où ou là où je l'ai trouvé ? » « Où tu veux, j'm'en fous. » dit-il en haussant ses épaules de manière nonchalante. Ils s'échangèrent un sourire et Zoe replaça la carte au centre du paquet. Danny se mit à le mélanger à nouveau, avec la même expertise qu'auparavant, levant parfois ses yeux vers Zoe qui regardait les mains de celui-ci avec vive attention. «  Maintenant, tu prends la première du tas. » Ses lèvres s'esquissèrent en un sourire sincère tandis qu'il continua : «  C'est celle-là ? » Danny avait les yeux pétillants, comme si la magie le donnait une force de vie nouvelle. Cela contrastait avec l'attitude plus réservée qu'il affichait d'habitude. Zoe appréciait son calme et le fait qu'il ne s'exhibe pas sous n'importe quel prétexte. Elle avait beau être amie avec Jessica, elle préférait la compagnie de gens plus posés, comme elle. Mais voir les yeux de Danny s'animer dès lors qu'il faisait un tour, ça lui faisait encore plus plaisir. Elle tendit le bras pour attraper la première carte du tas et la retourna. Deux de coeur. Elle ria et fit mine de prendre une mine impressionnée. Ce qu'elle était réellement. « Ouais, c'est celle-là. T'es fort dis donc. » « Non mais ça, même Lew peut le faire. Maintenant... Tire la deuxième. » « D'accord, casse-moi mon admiration devant tes talents, y'a pas de soucis. » Ils rirent tous deux tandis que Zoe attrapa la deuxième carte du tas. Deux de coeur. Elle ria et leva des yeux pétillants et stupéfaits vers Danny. « Comment t'as fait ?! » Ce dernier ria, mais ne dit mot pendant un moment. Mais ce n'était pas gênant ou désagréable. C'était presque paisible. « Mais patience, nom de dieu, patience. » finit-il par répondre, en lui tendant le paquet. « J'pourrais te les faire tirer une à une mais ce serait moins drôle. » Zoe prit le paquet et en scruta les cartes; toutes des deux de coeur. Zoe laissa échapper un éclat de rire. « Mais... C'est pas possible ! » Elle regarda avec des yeux émerveillés où se mêlait l'incompréhension, les cartes entre ses mains, tout en regardant parfois Danny qui la regardait avec un sourire en coin. « Tu crois que j'vais tout avouer ? Un bon magicien ne révèle jamais ses secrets. » « Ça, c'est sur que t'es bon. Tu m'as trafiqué mes cartes ou quoi ? On va toujours pouvoir jouer au poker avec ou il va y avoir que des cartes de cœur maintenant ? » répondit-elle en riant, tout en agitant les cartes sous le nez du brun, qui affichait un air de fierté. Et il avait de quoi être fier. « Y'a plein de choses qui sont possibles et qu'on n'imagine pas. » Leurs regards se croisèrent et le sourire de l'un ne fit que renforcer celui de l'autre. « Nope, rien trafiqué, enfin, tu peux croire ce que tu veux. Allez, donne-moi ça, et on pourra de nouveau jouer au poker. » Il lui reprit le paquet des mains et le mélangea une dernière fois, toujours sous les yeux ébahis et quelque peu admiratifs de Zoe. Il tapota une ou deux fois le paquet contre la surface dure de la table et le lui redonna. « Et voilà. » Elle leva à nouveau les yeux vers lui pour voir ses yeux remplis d'étoile et un sourire doux, qui aurait pu apaiser tous vos maux en un instant. Zoe regarda les cartes, émerveillée de constater que le paquet était redevenu un simple paquet de cartes anodin. «  Finalement, ça valait le coup de vous faire à manger. » lui dit-elle avec un grand sourire en fixant ses yeux bruns. Elle entendit Jessica se rapprocher d'eux lorsqu'elle se leva pour ranger le paquet de cartes. « Au fait Zoe, si un jour ton lave-vaisselle te plante... Eh ben pense à moi, je bricole pas mal. » Un petit rire presque silencieux s'échappa de ses lèvres lorsqu'elles se tendirent en un léger sourire. Elle profita du retour de Jessica et ses sujets de discussion inépuisables pour ranger les cartes dans le tiroir habituel du buffet. Un jeu de trente-deux cartes, rien de plus ordinaire. Tous les deux de coeur avaient disparu, sauf un. Un deux de coeur bien solitaire, dont personne n'aurait pu soupçonner la solitude. Deux coeurs, une seule carte. Deux personnes, un seul amour, bien solitaire.








_________________


∇ MONSTERS ARE ALWAYS HUNGRY, DARLING.



please feel free to piss in the garden:
 




Dernière édition par Zoe Walker le Mer 25 Juin - 15:47, édité 37 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t23-zoe-sorry-for-the-blood-in-your-mouth-i-wish-it-was-mine http://insanekids.forumactif.org/t75-zoe-alternate-world
Zoe Walker

❝ la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien l'accepter ❞

✢ DENTS PERDUES : 1973
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2263
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 07/05/2014
✢ PSEUDO : sola gratia.
✢ AVATAR : felicity jones.
✢ CREDITS : angel dust.
✢ AGE DU PERSONNAGE : vingt-sept
✢ JE SUIS : un certain lapin blanc.
✢ DANS TES POCHES : rien qui vaille la peine de la tuer ou de la menacer, croyez-moi. sauf si vous êtes friands de poussière, d'une fleur sèche et d'un morceau de champignon gâté.
✢ TA VIE : 96/100
✢ ANCIEN METIER : risk manager, pas très édifiant ou poétique, mais ça payait bien le loyer.
✢ LOCALISATION : ailleurs, au loin, ici.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Tumblr_n5zdvq3has1s5syojo1_500
this is where the evening splits in half, Henry, love or death. Grab an end, pull hard, and make a wish.

pale shadows.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine 440462amrrrrr
wowowow:
 

✢ JE EST UN AUTRE : fawny.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Empty
MessageSujet: Re: ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine   ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine EmptyVen 9 Mai - 20:26


abîmes
here is the repeated image of the lover destroyed



Z
oe ne pouvait s'empêcher de fixer sa fenêtre, ou du moins la vue qu'elle lui donnait. Près des marches menant au perron du petit immeuble, il y avait Lew. Comme hier, comme avant-hier ou bien encore comme il y a trois jours. La première fois qu'elle le vit là, Zoe était descendue à sa rencontre, pensant que Lew voulait quelque chose mais que pour une raison inconnue il n'avait pas pu l'appeler pour lui demander de descendre ou n'avait pas pu sonner à l'interphone. Mais, étrangement, Lew fut surpris de la voir. Elle lui demanda si tout allait bien, il lui assura que oui et fit en sorte que la conversation tourne court. Puis, il s'en alla avec une expression que Zoe ne réussit pas à déchiffrer et cette dernière remonta dans son appartement. Mais plus tard dans la soirée, lorsque Zoe passa devant sa fenêtre pour aller dans sa salle de bain, elle aperçut à nouveau Lew en bas de chez elle. Elle le regarda pendant quelques secondes, un léger froncement de sourcils aggravant son visage, et passa son chemin. La présence de Lew devant chez elle fut une interrogation qui demeura dans un coin de sa tête toute la soirée que ce soit lorsqu'elle termina quelques dossiers, lorsqu'elle se brossa les dents ou lorsqu'elle se coucha dans son lit. C'est peut-être pour cela qu'elle rêva de lui cette nuit-là, ou peut-être que cela était dû à quelque chose qui dépassait son esprit, comme toutes les autres fois où elle rêva de yeux bleus, de lèvres douces et de bouclettes folles. Lorsqu'ils se retrouvèrent le lendemain, avec Dan, Jess, Tom et les autres, les deux firent comme si de rien était. Aucun des deux n'aborda le sujet. Mais après tout, ils étaient doués dans l'art de passer sous silence certaines choses, n'est-ce pas ? Alors lorsque Zoe rentra chez elle ce soir-là, elle décida de mettre de côté ce qui s'était passé la veille. Sauf qu'après quelques heures, elle le vit à nouveau à côté du perron, tout comme le lendemain et les jours qui suivirent. Au début, Zoe avait essayé de lui trouver toutes les excuses imaginables pour être planté devant chez elle tous les soirs. Elle avait même pensé, pendant un court moment d'absurdité, qu'il voulait lui avouer quelque chose. Au fond d'elle-même, presque inconsciemment, elle avait presque espéré... non, c'était bien trop stupide pour que Zoe puisse penser à une telle alternative. Elle y songeait uniquement pendant ce laps de temps où notre imagination et nos réflexions s'entrechoquent et sont en pleine ébullition, lorsque l'on attend que le sommeil nous emporte. Mais ces scénarios hypothétiques étaient refoulés dès l'instant où elle se révellait. Oui, Zoe avait trouvé toutes les excuses possibles, aussi incroyables soient-elles, pour expliquer la présence quasi quotidienne de Lew en bas de son immeuble. Sauf qu'après quelques jours, les excuses devinrent vaines et la présence de Lew devint de plus en plus inquiétante. Lorsqu'ils se voyaient, celui-ci faisait comme si de rien était, alors Zoe faisait de même. Cependant, aujourd'hui, Zoe avait beaucoup de mal à faire comme si de rien était, là, debout devant sa fenêtre à fixer le dos de Lew qui semblait regarder fréquemment chaque côté de la rue, sans réelle raison. C'était légitime de s'inquiéter lorsqu'un type rôde devant chez vous tous les jours. Mais ce type, c'est Lew et Lew c'est pas le type louche qui te colle en boîte ou qui te fais des approches de drague aussi vulgaires que pitoyables. Lew c'était un type bien. Lew avec qui tu avais eu un fou rire lorsque Jess vous avait présenté son nouveau petit ami, un mec arrogant qui relevait le col de son polo. Lew avec qui tu avais chanté quand il avait joué de la guitare sur la terrasse de Tom, Lew qui a posé ses lèvres sur les tiennes, ce qui t'as donné des papillons au ventre. Lew qui cuisinait comme un pied, mais tu mangeais quand même sa cuisine, silencieusement, en échangeant des regards de souffrance avec Dan. Lew c'est un type bien. Non ? Zoe sortit de ses pensées dès qu'elle vit Lew commencer à se retourner vers la façade de l'immeuble, vers sa fenêtre, vers elle. Comme un lapin pris dans les feux d'une voiture, Zoe se plaqua contre le mur, assez loin de sa fenêtre pour que Lew ne puisse pas la voir. Ridicule. Complètement ridicule. Elle était chez elle, elle n'avait pas à se cacher, elle avait tous les droits d'être ici. Mais, sans qu'elle puisse expliquer pourquoi, Zoe ne voulait pas que Lew la voie. Donc elle resta le dos au mur et ferma les yeux quelques secondes pour admirer la stupidité et le ridicule de sa situation. Puis elle les rouvrit, et tout en se mordant la lèvre inférieure, elle tourna sa tête vers la droite, en direction de la fenêtre. Elle ne pouvait qu'apercevoir un bout de la rue dans sa position, alors elle décida de se décoller du mur. Lew ne regardait plus dans sa direction. Zoe traversa son salon en vitesse et s'assit sur son canapé en passant la main dans ses cheveux. Elle ne savait pas quoi faire. Elle voulait en parler à quelqu'un, parce que ça faisait un bon moment que Lew jouait à ce jeu et bien qu'elle ne veuille pas croire qu'il puisse faire de mal à qui que ce soit, ça commençait à l'alarmer. Seulement, si elle aurait voulu se confier d'une telle chose à quelqu'un, ça aurait été à Lew et Lew était justement la raison pour laquelle elle pensait devoir en parler à quelqu'un. Elle ne pouvait pas en parler à Dan, c'était tout bonnement impossible. Qu'est-ce qu'elle lui dirait ? « Oh salut Dan ! Je t'appelle juste pour te dire que ton frère traîne devant chez moi sans raison depuis quelques jours et ça commence à me faire flipper. » Non, non, non, pas Dan. Mais qui alors ? Jessica parle trop. Zoe ne se sentait pas assez proche des autres pour leur en parler non plus... Elle aurait préféré en parler à personne, elle ne voulait pas attirer des problèmes à Lew mais il fallait qu'elle en parle à quelqu'un. Ne serait-ce que pour savoir ce qu'elle devrait faire. Devant l'insistance de Lew à prétendre comme si ses "promenades" immobiles devant chez elle n'avaient jamais eu lieu, Zoe n'avait pas voulu aller lui demander le pourquoi du comment. Peut-être qu'elle aurait dû. N'était-ce pas le silence qui les mènerait à leurs futures pertes ? « Oui, Jess ? Je te dérange pas ? » - « Oui, ça va, enfin...- Je voudrais te parler d'un truc mais c'est vraiment important que t'en parles à personne... Je... Y'a Lew qui... Je veux pas lui créer des problèmes, je veux juste ton avis alors t'en parles pas aux autres, hein ? » - « Promis ? »

C
rac. C'est son coeur qui se fissure et qui se brise silencieusement. Les émotions de Zoe sont toujours silencieuses ; tapies dans l'ombre rassurante. Si seulement c'était son coeur biologique qui était la cause de ses douleurs ; celui qui pompait notre sang et le faisant circuler dans veines et artères pour nous maintenir en vie. En vie. Est-ce que son sang a eu le temps de faire un tour avant qu'il s'ôte lui-même la vie ? Sans doute que non. Lew est mort. Suicidé. Il est parti de la vie de Zoe comme il en est arrivé ; en coup de vent, rapide et inopiné. La voix, légèrement déformée par les ondes, continue de lui parler. Puis, elle s'arrête. Danny s'arrête de parler. Il l'interpelle, parce qu'il n'entend rien à l'autre bout du fil. Aucun cri, aucun sanglot, aucun pleur. C'est entendre Danny prononcer son prénom qui la déloge de son absence de réaction. Il lui demande si ça va et elle répond oui alors que non, pas du tout. Elle a compris, les mots sans sens se sont enchaînés dans une suite compréhensible et tragique. Ça ne devrait pas être à Danny de lui demander si elle va bien, ça devrait être à elle de lui demander. Une marque d'altruisme qui souligne le fossé entre elle et Danny. Zoe s'en veut , pour le laisser penser qu'il a besoin de s'assurer qu'elle aille bien alors qu'il aurait le droit d'être le plus égoïste du monde sans que personne ne puisse lui en vouloir. Bien sûr, elle ne lui dit rien de tout ça. Elle lui dit qu'elle était désolée, que si lui ou ses parents avaient besoin de quelque chose, qu'ils n'hésitent pas. La conversation prit fin, Zoe posa son téléphone sur son lit et s'allongea. Lew était vivant, maintenant il est mort, il s'est tué tout seul, exprès, parce qu'il était seul dans son tourment. Personne n'a vu, personne n'a aidé, personne n'a empêché. C'est de leur faute, à ses prétendus amis. C'est de sa faute. Elle l'a poussé dans la tombe, en ayant plus peur pour elle que pour lui. C'est elle qui devrait être morte, pas lui. Et eux aussi ils devraient être morts. Ils ne sont qu'une bande d'égoïstes, tels des animaux vils et irréfléchis qui s'empressent de fuir et se retourner les uns contre les autres dès qu'ils ont peur. La honte, la culpabilité et le chagrin s'entremêlent dans ses larmes qui humidifient son oreiller. Elle ne saurait dire combien de temps elle resta ainsi, à pleurer jusqu'en être las. Lorsqu'elle cessa enfin, elle fixa le mur accolé à son lit, observant toutes ses aspérités et irrégularités. Elle frôla celles-ci du bout de ses doigts, presque inconsciemment. Enfin, elle s'arrêta, observa à nouveau le mur quelques instants et se leva, laissant les larmes imprégnées dans ses draps derrière elle.

Nous croyions en l'avenir orgastique qui d'années en années recule devant nous. Il nous a échappé cette fois ? Qu'importe, demain nous courrons plus vite, nous tendrons les bras plus loin et un beau matin... C'est ainsi que nous avançons, barque à contre courant, sans cesse ramenés vers le passé.

L'avenir organistique, il lui a échappé pour de bon. Maintenant, Lew, il est dans une boîte avec un trou dans la tête. Elle l'a vu, Zoe, Lew dans sa boîte en bois vernis, mais elle est passée devant en ne lui accordant pas plus que ce que ses yeux avaient vu malgré elle en rentrant dans la salle. Elle ne voulait pas le voir avec le teint blafard et cireux, ses cheveux bien coiffés pourtant indomptables du temps de son vivant. En fait, elle ne voulait pas le voir dans toute sa splendeur d'être mort et sans vie, qui n'avait rien à voir avec sa splendeur d'être vivant, absolument rien. L'idée de faire un dernier adieu à un cadavre est absurde et morbide ; pourquoi voudrait-on venir imprégner l'image d'un cadavre sur sa rétine, une image qui s'éloigne presque en tout point de nos souvenirs de ce que fut cette personne. Il n'y a aucun sens à vouloir se souvenir du visage d'un mort, qui n'en a plus rien à faire de nous puisqu'il n'est plus. Si l'on soulèverait les paupières de Lew, on ne verrait que des yeux bleus fixant le vide, sans aucune lueur ni éclat. On ne verrait que des yeux pâles et sans intérêt. Zoe ne comprenait décidément pas cette volonté, quasi universelle, de souhaiter tacher nos mémoires d'une dernière vision, une vision noire et lugubre, au lieu de chérir les derniers instants où l'on a vu cette personne heureuse, et surtout, vivante. Mais Zoe est tout de même venue, pour Danny et parce que c'était Lew. Il méritait au moins ça. Alors elle s'est assise, presque le plus loin du cercueil trônant fièrement au fond de la salle, en regardant partout où il n'y avait pas Lew. Mais Lew, il était partout. Il était dans le coeur de ses proches venus lui adresser un dernier adieu. Il était dans les larmes de ceux pleurant sa disparition venue trop tôt. Il était dans les sanglots de ceux se blâmant de n'avoir pas vu son désespoir l'ayant poussé à s'ôter sa propre vie. Lew était dans le coeur, les larmes et les sanglots de Zoe ; le coeur tapi au fond de sa cage thoracique usant des côtes et de la chair comme barrières à la douleur, les larmes qui étaient interdites de ne serait-ce qu'embuer sa vue et dans les sanglots qui la frappaient de l'intérieur pour s'échapper. Mais surtout, Lew était dans ses parents ; dans les traits, dans les expressions, dans les gestes et dans le langage. Zoe est allée leur exprimer leurs condoléances, bien qu'ils ne devaient sûrement avoir aucune idée de qui elle était. Elle s'est présentée comme une amie de leur fils, ce qu'elle était après tout. Elle a vu dans leurs regards, un reproche à peine voilé. C'est le même regard que son image dans le miroir lui reflète tous les jours, et encore aujourd'hui lorsqu'elle s'est vu habillée de noir une dernière fois avant de se rendre ici. Ils avaient bien raison de lui en vouloir de n'avoir rien vu, à celle qui prétend être l'amie de leur fils mais qui n'a rien fait pour qu'eux soient encore à Plymouth au jour d'aujourd'hui, avec Lew toujours vivant. Zoe s'en voulait aussi, terriblement, ça la rongeait de l'intérieur. Mais elle n'avait personne avec qui partager sa peine, parce qu'elle en voulait terriblement à ses amis, aux amis de Lew, qui pleuraient aujourd'hui sa disparition alors qu'il y a encore quelques jours, ils s'étaient tous ligués contre lui. Jessica leur avait tout dit, tout ce que Zoe lui avait raconté ce soir-là au téléphone. Et ils l'ont dit à Danny. Danny. Zoe, s'étant empressé de s'enfuir du regard accusateur mais des paroles polies des parents des deux frères, scrutait la salle pour apercevoir Danny, qui devait se sentir bien plus seul et devait souffrir bien plus que tous ces gens pleurant à foison tout en profitant, non sans gêne, du buffet mis à disposition. Elle vit Jessica, effondrée dans les bras de Tom, mais n'y porta aucune attention. Elle cherchait Danny, mais Danny n'était pas là. Non, il n'était pas là mais le cercueil ouvert de Lew oui. Et malheureusement, en cherchant du regard un frère, elle finit par apercevoir le mauvais Weaver. Le décédé.

Ils avaient fait du mieux qu'il pouvait, mais la blessure ouverte entre les deux yeux de Lew était tout de même nettement visible. Cela jurait avec son teint livide. Zoe s'était promis qu'elle ne viendrait pas voir le cadavre de Lew. Pourtant, elle se trouvait maintenant devant, à observer tous les détails qui ne concordaient pas avec ses souvenirs. Elle s'était sentie attirée jusqu'ici, comme une obligation ; celle de lui dire ce qu'elle aurait aimé lui dire, avant. Si tu savais comme je m'en veux terriblement. Tous les soirs je m'imagine où on serait, tous, si on avait vu quelque chose, si on avait compris. Surtout si j'avais pas été si aveugle et stupide. Je m'en veux tellement d'avoir pensé que tu voulais me faire du mal alors que tu cherchais juste à t'échapper de ton propre mal à toi. Lew, pardonne-moi. J'aurais dû insister ce soir-là, j'aurais dû te parler plus longtemps, te demander ce qu'il y avait. Mais j'ai rien fait. Tu méritais pas de mourir Lew, t'avais ton futur devant toi ; t'allais avoir une belle carrière, t'aurais rencontré la femme de ta vie, t'aurais eu une magnifique famille. T'aurais été heureux. Pardon, pardon, pardon. C'est de ma faute, tu tendais la main pour être sauvé et je t'ai laissé tomber. Je t'ai laissé te faire ça, je t'ai laissé crever. L'expression dure et froide de Zoe avait disparu. Ses lèvres étaient tremblantes et faisaient leur possible pour se maintenir en une ligne ferme et droite. Une larme coulait le long de sa joue et elle ne pouvait même plus distinguer Lew correctement. Un voile de larmes qu'elle retenait à tout prix obstruait sa vision. Peut-être n'était-ce pas plus mal, de ne pas le voir mort. Lew ne méritait pas d'être mort, alors il valait mieux le voir vivant, dans nos souvenirs. Tu dois te demander ce que je fais là hein. On a pas notre place ici, moi, Jessica, Tom et les autres. On se connaissait depuis si peu de temps comparé à certaines de ces personnes présentes. Mais tu comptais pour moi aussi. Tu comptes toujours énormément à mes yeux et je suppose qu'il y aura toujours une partie de moi pour qui tu compteras, jusqu'à la fin de mes jours. Même si je ne comptais pas forcément à tes yeux. Mais est-ce que j'ai vraiment ma place ici, parmi tes proches qui t'ont connu depuis que t'étais gosse et ceux que tu as aimés de tout ton coeur ? Je devrais pas être là. Je sais même pas si tu peux m'entendre, et si oui tu dois trouver ça stupide que je t'adresse de telles choses dans ma pensée, moi qui aie toujours cru qu'après la mort, y'avait rien du tout. Pas une once de conscience, juste le néant. Mais si tu m'entends, je veux que tu saches deux choses, et je t'en supplie peu importe ce que tu penses de moi après que je t'ai abandonné, ne les oublie jamais. La première, c'est que je suis tellement désolée pour tout ce qui t'es arrivé Lew, sincèrement. La deuxième, c'est que - « Vous avez fini, ma chère ? » D'un geste sec et rapide, Zoe sécha ses larmes de ses mains et se retourna vers la dame âgée ayant posé sa main sur son épaule. « Oui, oui, je vous en prie » répondit-elle en s'éloignant du cercueil, le coeur brisé.

Zoe ne pouvait plus maintenir cette façade de dureté et de quasi-indifférence, ses yeux brouillés de larmes menaçaient de les laisser s'écouler d'un moment à l'autre et ça ferait trop mal pour que Zoe veuille laisser quiconque la voir ainsi. Dès qu'elle laissa sa place à la vieille femme et son mari devant le cercueil de Lew, elle s'empressa de se diriger vers les toilettes. Elle alla poser sa main sur la poignée pour ouvrir la porte que celle-ci s'ouvrit d'elle-même. Derrière cette porte, il y avait Danny. Le Weaver qu'elle avait cherché avec ferveur il y a quelques minutes dans toute la salle, alors que Danny était dans cette petite pièce exiguë, seul, si l'on peut même qualifier cet homme fantomatique de Danny Weaver. Ce n'était qu'une pâle copie qui se tenait devant Zoe, un être exténué par sa peine pesant bien trop lourd sur ses frêles épaules. Ses yeux étaient rouges. Son teint cireux concurrençait celui de son frère. Zoe qui voulait absolument le voir pour le rassurer, pour lui dire tout ce qu'elle pouvait pour qu'il se sente moins mal, pour être là pour lui devant toute cette noirceur, elle fut décontenancé. Elle avait une vague idée de ce qu'on pouvait dire à quelqu'un faisant le deuil d'un membre de sa famille. Mais que peut-on dire à quelqu'un qui fait le deuil de sa propre âme ? Rien. Du moins, rien ne venait à l'esprit de Zoe en voyant Danny dans cet état-là. Ils se fixèrent quelques secondes, les yeux dans les yeux. Puis, lorsqu'ils semblèrent tous deux commencer à partir dans des directions opposées, Zoe posa sa main sur l'épaule droite de Danny et s'éleva sur sa pointe des pieds. Elle resta ainsi, un infime moment mais qui sembla être une éternité, cherchant ses mots. Puis, elle approcha ses lèvres de l'oreille de Danny et lui murmura, à un volume à peine audible : « Danny... Tu méritais pas de le perdre, si tu.... Je suis là, d'accord ? Je suis là pour toi, promis. » Zoe faisait peut-être rarement des promesses, mais à ses yeux, cette promesse-ci était la plus importante de toutes, celle qu'elle ne brisera jamais, quoiqu'il en advienne.

Lorsqu'ils se séparèrent, Zoe s'enferma dans les toilettes. Les larmes s'écoulèrent enfin, après tant de retenue. Lew était mort alors qu'il avait sa vie devant lui et que trop de choses avaient été gardées sous silence dans un coffre fermé à clef sombrant dans les abysses d'un océan de regrets. Et Danny semblait mort. Ça lui avait brisé le coeur de le voir ainsi. Il y a encore si peu, les deux frères partageaient une joie de vivre contagieuse dès qu'ils étaient ensemble. Mais ce temps est révolu ; Lew dans son cercueil et le spectre qu'était devenu Danny pouvaient en témoigner. On pense toujours que ces tragédies ne touchent que les autres, dans le plus pire des scénarios, nos proches éloignés. Alors quand la mort vous saute à la gueule comme ça, ça vous prend par surprise, ça vous ébranle et ça vous blesse en profondeur. Mais l'on doit donner l'impression d'être inébranlable. Alors Zoe sécha ses larmes, corrigea du mieux qu'elle put toute trace de son débordement émotif et sortit de la pièce, pour retourner dans le monde dur et froid qui l'attendait.

On l'avait autorisé à assister à l'incinération, mais elle se sentait de trop parmi ces quelques personnes, les vrais proches de la famille Weaver. Elle n'avait définitivement pas sa place ici et se demandait si on ne l'avait fait entrer uniquement par pitié pour Danny. En guise de béquille pour un homme trop blessé pour se soutenir seul. Zoe doutait de cette nécessité. Danny pouvait se débrouiller seul, elle devait davantage être un fardeau qu'un support à ses yeux. Cependant, elle ne dit rien et observa silencieusement le cercueil avancer vers sa destinée finale. Comme si elle ne réalisait pas tout à fait que c'était Lew qui était à l'intérieur, que c'était lui qui deviendrait cendres. Ce fut un frôlement de doigts qui lui fit revenir à la réalité, aussi horrible soit-elle. C'était Danny, debout à ses côtés, elle n'avait même pas besoin de vérifier. Elle entremêla ses doigts aux siens et il serra sa main autour de la sienne, fort, fort. Ça ne faisait pas mal. Lew qui devenait cendres, c'était douloureux. Danny détruit, ça l'était également, tout comme ses mots et ses choses que l'on aurait souhaité dire et faire. Alors Zoe serra la main de Danny, fort, fort, pendant que ses larmes coulaient face à tous ses regrets devenant cendres. C'est que je t'aime.

M
ort. Adjectif ; sens 1 : qui a cessé de vivre, sens 2 : inactif, sens 3 : hors d'usage. Lew est mort, Lew a cessé de vivre. Lew est inactif. Lew est hors d'usage.  La mort on en riait bien quand on pensait qu'elle allait nous frapper dans une cinquantaine d'années. Mais on avait oublié son caractère primordial, une petite chose qui semble futile au premier abord mais qui est ô combien dangereuse ; la mort est imprévisible. Tu peux crever dans ton lit de vieillesse, tu peux crever d'un cancer à quatre ans, tu peux crever en traversant la rue à dix-neuf ans, tu peux crever en te foutant une balle dans la tête à vingt-cinq ans. Comme Lew. Laissant derrière lui une famille, un frère. Danny. Pauvre Danny, qui doit être dévoré doucement mais sûrement par le chagrin, le sentiment amer d'avoir perdu un proche, un frère, un meilleur ami. Mais Zoe se lamente seule dans sa chambre au lieu d'être là pour lui, le soutenir dans cette épreuve douloureuse, empêcher qu'il finisse hors d'usage lui aussi. Elle lui avait promis. Elle tient toujours ses promesses. Mais cette mort leur était trop dure à surmonter pour voir quelqu'un d'autre touché par ce cataclysme. Un cataclysme imprévisible. Elle restait cloîtrée chez elle, à repenser aux moments où ils étaient encore tous en train de rire, de s'amuser, elle, Lew, Danny et les autres. Ce n'est que lorsqu'on tambourina à sa porte, pendant plus d'une minute et de manière virulente, qu'elle sortit de sa torpeur pour reprendre contact avec la réalité. La réalité où tu peux crever à tout instant.
« Robb ? » Dès que la porte s'ouvrit à lui, l'homme rentra à l'intérieur sans en demander la permission. Il était agité et nerveux, il ne pouvait rester en place et se frottait les mains avec force. « Robb, qu'est-ce que tu fais ici ? » « Qu'est-ce qu'ils ont de plus que moi ?! Tu veux plus me voir mais tu traînes avec eux quasiment tous les jours ?!  » « Pardon ?! T'es bourré ? Sors de chez moi, on en parlera quand t'auras décuvé, par téléphone. » Mais il ne bougea pas d'un pouce et son regard glaça le sang de Zoe. Il avait un regard désespéré, furieux et surtout, fou. Il s'approcha en grandes enjambées d'elle et lui cria à la figure « Ça t'amuse de briser le coeur de pauvres gens ?! Tu comptais pour moi ! t'en cumules combien là ? 2, 3, 4 ? T'es une belle petite salope. » De la terreur pure et dure. Voilà ce que Zoe ressentait en ce moment même quand il lui crachait ces mots et quand il lui empoigna les cheveux à l'arrière de la tête violemment pour poser son front contre le sien. Il fallait qu'elle trouve une échappatoire, il fallait qu'elle le calme, peu importe comment. Elle encadra son visage dans ses mains et le regarda droit dans les yeux, empreints de compassion. « Robb, Robb, calmes-toi. Tu comptais pour moi aussi. Je vois pas de qui tu parles, je vois personne, je sors même plus de chez moi Robb. Je t'en prie, calmes-toi. Tu me fais peur. Calmes-toi, s'il te plaît. » « NE ME MENS PAS! » C'est là qu'il lui assena le premier coup, un geste brusque, mi-gifle mi-coup de poing, à la mâchoire. Malgré l'impact douloureux, Zoe releva la tête et courut à la cuisine pour attraper un couteau, mais elle ne fut pas assez rapide. Sa main allait se refermer sur le manche de l'objet coupant lorsqu'il envoya sa tête s'écraser contre le placard. Il vint blottir sa tête contre la sienne, de sorte que Zoe fut coincée entre le placard et la tête de Robb. Désespérée, elle fouilla sa cuisine du regard pour trouver quelque chose, n'importe quoi, qui puisse la sortir de là, lorsqu'elle l'entendit susurrer à son oreille : « T'as tout gâché, on aurait pu être heureux. Je t'aimais, vraiment. Je t'aime toujours Zoe. Mais faut que tu comprennes que c'est moche de traiter les gens comme tu le fais. On jette pas les gens comme ça, comme s'ils étaient que de la-ARGH » Robb ne put terminer sa phrase avant que Zoe lui explose une bouteille de vin sur le crâne. Sur le coup, il lâcha prise, ce qui permit à la jeune femme de se dégager. Mais il faut croire que la rage décuple les forces et atténue les douleurs, car aussitôt la tête de Zoe rencontra violemment le dessus du comptoir. Une fois, nez cassé. Deux fois, arcade ouverte. Trois fois, du sang partout. Lorsqu'elle crut rencontrer la surface dure une quatrième fois, elle eut une vive douleur au cuir chevelu et se fit tirer jusqu'au miroir sur le mur du salon. « ON AURAIT PU ÊTRE PARFAIT TOUS LES DEUX, POURQUOI TU LE VOIS PAS ! REGARDE-NOUS ! T'AS TOUT FOUTU EN L'AIR ! » Il dégagea les cheveux de Zoe du visage de celle-ci, mais il aurait peut-être mieux valu les laisser là. Du sang, mêlé à des larmes, dégoulinaient tout le long de son visage, sa lèvre était fendue, ses yeux étaient injectés de sang. Mais elle le regarda droit dans les yeux, à travers le reflet du miroir, avec un regard de défiance et de mépris total. Il resserra l'emprise sur ses cheveux et lui colla la tête au miroir. « REGARDE ! » Zoe ferma les yeux avec force, en essayant au possible de ne pas faire couler ses larmes. Elle se sentit être tirée vers l'arrière mais n'eut pas le temps de réagir avant d'être envoyée, face la première, contre le miroir qui se brisa à l'impact. Les éclats de verre tombèrent au sol, tout comme Zoe. Crachant une giclée de sang, elle prit appui sur ses mains et ses genoux pour tenter de se relever, malgré des forces amoindries, mais ce fut vain lorsque Robb lui donna un coup de pied dans l'abdomen et qu'elle s'effondra au sol, à nouveau, en gémissant, ventre contre terre et les mains écorchées par les morceaux de verre éparpillés. « Les connasses comme toi, ça reste au sol ! T'es incapable d'aimer qui que ce soit. Tu pourriras en enfer, seule. » Un autre coup de pied, un deuxième dans les côtes, un troisième dans le coccyx, un quatrième dans la gueule. Mais elle rampe quand même, faisant fi des coups et de ses os qui hurlent, en direction du téléphone. Elle y était presque, au téléphone, suffisait de tendre les bras et les doigts. CRAC! Les os frêles de sa main craquent et se brisent sous la semelle de sa chaussure. Un cri de douleur échappe de la bouche de la victime et les larmes coulent sans barrières dorénavant. D'un geste brusque du pied, il envoie le téléphone à l'autre bout de la pièce. Et là, elle sait que c'est fini. Le cataclysme imprévisible ne l'avait pas touché à la mort de Lew, non, il l'avait uniquement effleuré. C'est maintenant, ici, quand elle est en sang et brisée au sol, que la mort l'enserre et la compresse dans son étreinte. À travers le sang qui coule devant ses yeux, Zoe pourrait presque voir les lèvres de l'esprit noir se rapprocher des siennes. Elle aurait certainement pu, si Robb ne l'avait pas retourné sur le dos et s'était assis à califourchon sur elle. Les gémissements, les pleurs coulent à flots. Mais il n'y a aucune supplication, aucune plainte verbale. Il n'y a pas même d'espoir. Il y a du vide, du sang et des os cassés. Puis, il y a un coup qui la frappe en plein visage. Puis, un autre et encore un autre. Le poids de son bourreau sur sa cage thoracique vide ses poumons de tout air. Tout est flou, tout est sang. Encore un coup. Il y a un rire qui s'échappe de la bouche ensanglantée de la jeune femme. Il faut croire qu'il n'y a que deux éventualités face à un amour perdu ; le pleurer, ou le battre.
Ironie brutale qui te frappe au visage. Ou serait-ce ses poings, devenus encore plus forts et effrénés, comme pour te faire regretter d'avoir ri ? Tu ne vois plus que des taches de couleurs imperceptibles, avec au centre une tache noire, qui te frappe, frappe, frappe, frappe. La tache noire s'agrandit, emplit toute ta vision. Tu ne vois que du noir. Tu ne sens plus ses coups. Tu n'as plus mal. Tu ne pleures plus. Tu ne ris plus. T'as crevé. T'as crevé à vingt-sept ans, tabassée au point d'en être défigurée par un amoureux transi qui en a perdu la tête. Tu es morte, tu as cessé de vivre. Tu es inactive. Tu es hors d'usage. La dernière fois que Robb vit Zoe, il la trouva franchement laide.







Derrière le masque


pseudo sur internet ☩ manylittlethings prénom ☩ alicia âge ☩ dix-huit ans et pas toutes mes dents comment t'es arrivé(e) ici ?☩ pwah, c'est une longue histoire tu penses quoi de tout ça ? ☩  :was:  le code ☩ un code, où ça ? un dernier mot ?☩ CHOUCROUTE ET TARTIFLETTE




_________________


∇ MONSTERS ARE ALWAYS HUNGRY, DARLING.



please feel free to piss in the garden:
 




Dernière édition par Zoe Walker le Mer 25 Juin - 22:16, édité 41 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t23-zoe-sorry-for-the-blood-in-your-mouth-i-wish-it-was-mine http://insanekids.forumactif.org/t75-zoe-alternate-world
Danny Weaver

❝ la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien l'accepter ❞

✢ DENTS PERDUES : 1174
☩ CERVELLES GAGNÉES : 1930
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 06/05/2014
✢ PSEUDO : radioactive fish
✢ AVATAR : heath ledger
✢ CREDITS : sugar slaughter, wild hunger
✢ AGE DU PERSONNAGE : vingt huit ans, vingt-huit, joli nombre s'il s'en faut, vie trop courte s'il en est
✢ JE SUIS : une chenille avec une chicha, paye les conseils et fumée gratos
✢ DANS TES POCHES : couverture en plumes de jubjubs, lanterne lucioles (encore 15), potions répare-tout (6), somnicakes (6), et un fragment d'une dent du morse dont les propriétés lui sont encore inconnues -elle a au moins le mérite d'être un peu classe-
✢ TA VIE : 54/100
✢ ANCIEN METIER : barman, l'ironie de l'alcoolisme
✢ LOCALISATION : crypte de la chenille, tant qu'à faire, à ruminer dans un coin, ou pourquoi pas à la rivière sanglot, c'est selon l'humeur
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Tumblr_n3gxdxt6QA1syulnzo1_500
If heaven has any plagues beyond what I can drum up, let it wait until your sins are piled high and then hurl them down on you, you destroyer of a whole world of peace ! May conscience eat away at your soul constantly. May you suspect your true friends of being traitors and take the worst traitors as your closest friends. May you never sleep a wink except to dream of a hell full of ugly devils.
NOUVEAUTÉS ICI:
 

✢ JE EST UN AUTRE : l'allemand chelou
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Empty
MessageSujet: Re: ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine   ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine EmptyVen 9 Mai - 20:59

A MOI.  :nyu:  :haan: 

_________________
until the ribbon breaks
your heavy curse ✻  We spend more time seeking out the fleeting glories of this temporary world than looking to the permanent grace of God ! Anyone who builds his hopes on air lives like a drunken sailor hanging on a mast, ready with every dizzy nod of his head to tumble to the bottom of the sea. The things we worry about, like good looks and possessions, aren’t lasting, and they don’t matter.

ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine 367434BAN1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t26-lost-myself-and-i-am-nowhere-to-be-found-dan http://insanekids.forumactif.org/t137-journey-dan
Zoe Walker

❝ la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien l'accepter ❞

✢ DENTS PERDUES : 1973
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2263
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 07/05/2014
✢ PSEUDO : sola gratia.
✢ AVATAR : felicity jones.
✢ CREDITS : angel dust.
✢ AGE DU PERSONNAGE : vingt-sept
✢ JE SUIS : un certain lapin blanc.
✢ DANS TES POCHES : rien qui vaille la peine de la tuer ou de la menacer, croyez-moi. sauf si vous êtes friands de poussière, d'une fleur sèche et d'un morceau de champignon gâté.
✢ TA VIE : 96/100
✢ ANCIEN METIER : risk manager, pas très édifiant ou poétique, mais ça payait bien le loyer.
✢ LOCALISATION : ailleurs, au loin, ici.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Tumblr_n5zdvq3has1s5syojo1_500
this is where the evening splits in half, Henry, love or death. Grab an end, pull hard, and make a wish.

pale shadows.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine 440462amrrrrr
wowowow:
 

✢ JE EST UN AUTRE : fawny.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Empty
MessageSujet: Re: ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine   ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine EmptyVen 9 Mai - 21:44

Je suis pas un objet, vieux goujat  :haan:  :joie: 

_________________


∇ MONSTERS ARE ALWAYS HUNGRY, DARLING.



please feel free to piss in the garden:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t23-zoe-sorry-for-the-blood-in-your-mouth-i-wish-it-was-mine http://insanekids.forumactif.org/t75-zoe-alternate-world
Lew Weaver

❝ la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien l'accepter ❞

✢ DENTS PERDUES : 1031
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2368
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 06/05/2014
✢ PSEUDO : RUTLEDGE ASYLUM.
✢ AVATAR : aaronjohnson.
✢ CREDITS : heyjude.
✢ AGE DU PERSONNAGE : il avait 25 ans, et pour toujours, il aura 25 ans.
✢ JE SUIS : alice, la gosse.
✢ DANS TES POCHES : ☩ (x4) bombes lapin-fumées ☩ (x1) corde ☩ (x2) potions miniatures ☩ (x1) filet électrique
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : il venait de sortir de la fac, voulait faire sa propre boîte. L'a pas eu le temps, le karma a pas joué en sa faveur.
✢ LOCALISATION : sûrement... sûrement, pft, qu'est-ce qu'il en sait au final. En compagnie de Marley, ça c'est sûr, où exactement telle est la question.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Tumblr_mznznooalS1souo92o1_500

BANG. BANG.

Save myself? From death? is that it? Is that why I've come here? I'm not afraid to die. Times I've welcomed death!


ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Tumblr_lst38ydk2A1qg39ewo1_500


✢ JE EST UN AUTRE : nopenope.
ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Empty
MessageSujet: Re: ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine   ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine EmptySam 10 Mai - 10:09

LA SUITE. LA SUITE. LA SUITE.  :uou: :zomg: 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t22-lew-vous-avez-pietre-allure-monsieur-le-chat-mais-votre-sourire-apporte-du-reconfort http://insanekids.forumactif.org/t74-lew-i-know-what-s-real
Contenu sponsorisé


ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Empty
MessageSujet: Re: ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine   ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

ZOE ◮ sorry for the blood in your mouth, i wish it was mine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» armée blood axe en construction
» Blood Bowl, New Ork Jets vs Kass'Krâns
» Black Lagoon Roberta's Blood Trail
» True blood.
» Engins Blood Axes de KoumKoum
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ WHAT HAVE YOU DONE ALICE ?  ::  :: Registre du pays des merveilles :: Tiens donc, viens boire une tasse de thé !-