AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Les conséquences de la première INTRIGUE de WHYDA, c'est par ici ! :proud: :cat:
N'hésitez pas à REMONTER WHYDA sur bazzart ou prd :hin: :fox:

Ce n'est pas parce que le forum a une annexe sur les troubles qu'il est obligatoire de jouer un personnage malade.
UN SAIN D'ESPRIT c'est tout aussi bien. :rabbit: What a Face
Il est obligatoire de BIEN lire les annexes, auquel cas le staff vous mordra les fesses. :ivil:
Nous n'acceptons pas les pseudos à initiales - retournons aux origines simplistes les enfants. :aw:
Entre autre, pour continuer sur les pseudos, les prénoms trop excentriques (drogue, alcool
:chaat: ou autre totalement improbable) sont INTERDITS, merci de rester réalistes. :chaat:
Les personnages du pays des merveilles ne sont pas acceptés, seuls les morts peuvent passer ! :maw:

Partagez | 
 

 (Niall&Faith) Don't wanna let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't wanna hide the truth. (PNJ accepté)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

❝ le pays des merveilles reste amoché dans ton coeur ❞

✢ DENTS PERDUES : 931
☩ CERVELLES GAGNÉES : 1960
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 23/07/2014
✢ PSEUDO : Little Wolf
✢ AVATAR : Dasha Sidorchuk
✢ CREDITS : Dreamy et Tumblr.
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : le lapin blanc aux grandes oreilles.
✢ DANS TES POCHES : Elle n'en a pas. C'est pas très malin de mourir en robe !
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Etudiante en droit. Elle souhaitait faire justice et défendre les causes perdues.
✢ LOCALISATION : Au fond d'un trou, au bord du gouffre. Seule dans tout les cas.


Elle te tendrait la main en te faisant de douces promesses. Petite idiote au regard félin, elle ne cesserait de chercher le bonheur. En se mordant la lèvre, elle te raconterait que sa nouvelle vie l’attend. Douce fleur naïve qui pense que la mort la rend libre. Elle voyait son reflet dans leurs yeux, sentait encore le contact physique dans ses rêves. Elle ne pense qu'à eux, ses hommes qui ont bousculés ses croyances. Un père, un ami. La colombe devrait pourtant se méfier de l'inconnu.



Faizeckiel and Fainiall. What else ?

Spoiler:
 

✢ JE EST UN AUTRE : SexyNono !
MessageSujet: (Niall&Faith) Don't wanna let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't wanna hide the truth. (PNJ accepté)   Ven 1 Aoû - 22:02


NIALL & FAITH

Liberté est le maître mot qui guide mes pas. Je n’aime pas me sentir contraint de faire quelque chose. Je vais donc où j’en ai envie, où le vent me porte. Cela ne change pas de ma vie en Angleterre. Je marche le jour et je dors la nuit. La seule différence c’est qu’au lieu de mendier ou de faire les poches des passants, je chasse et parfois je prends le temps de m’intéresser aux plantes comestibles lorsque mes pièges n’ont rien donnés. La vie est peut-être plus difficile car plus hostile mais avec de bons réflexes ont peut s’en sortir sans trop de mal. Lentement, je refermai ma veste, observant l’orée des marécages. Je n’y passe pas souvent et lorsque j’y suis, ce n’est pas pour longtemps. J’ai tendance à préférer contourner ce lieu. C’est plus long mais parfois plus sécurisant. S’embourber là dedans serait la pire des choses à faire et ce sera sans doute l’une des dernières choses que l’on ferait de son vivant si cela arrive… Tandis que je fourrai mes mais légèrement tremblantes dans mes poches, mes doigts effleurèrent l’un de mes trois derniers paquets de cigarette. J’arrivai à la moitié du paquet. J’ai envie de fumer. Plus qu’une envie, j’ai besoin de fumer. Pourtant je sais pertinemment qu’à chaque cigarette que j’allume, le décompte vers la fin de mes réserves diminue. Cela me rends sensiblement plus irritable de ne plus pouvoir fumer comme je l’entends.

Finalement je cédais à ce besoin. Mes mains tremblantes se saisirent du paquet abimé par le voyage et extirpèrent le petit bâtonnet de tabac. L’autre se saisit de mon briquet tandis que je plaçais la cigarette entre mes lèvres. Je l’allumai le plus rapidement possible, voulant économiser mon briquet. Bientôt j’allais devoir trouver un autre moyen de faire du feu… Rien qu’après la première bouffée j’étais plus calme. Je continuai d’observer en silence la lisière du marais. Un long soupire de bien être s’échappa de mes lèvres tandis que j’expulsais la fumée. Je ne vois pas comment fumer pourrait être nocif pour moi ici… Si il n’y avait pas ce petit souci de la difficulté à trouver des cigarettes dans le coin, je pense que je ne me priverais plus tant que cela. Je commençai à longer la lisière en silence, profitant de l’une de mes rares cigarettes. Des yeux, je fouillai le sol à la recherche d’un bâton assez long et solide. Finalement je trouvai une branche plutôt fine qui était plutôt à ma convenance. Cela faisait longtemps que je n’avais plus été au marais. Le soleil de la pleine journée –si tant est qu’il y ai réellement des journées logiques ici- rendais le lieu un peu moins triste, un peu moins déprimant. Seulement il ne le rendait pas moins dangereux. Beaucoup de monde évite ce lieu mais  certains prédateurs en ont fait l’un de leurs lieux de chasse. Ils attendent que quelqu’un ne soient piégé par la vase et ils se font les dents sur leur victime. Dans cette situation on peut difficilement se défendre sans s’enfoncer encore plus. C’est la mort assuré. D’où mon bâton.

Je m’engageai dans le marais, tâtant le sol de ma branche avant de marcher quelque part. C’est encore le meilleur moyen d’éviter de tomber dans ce piège mortel de la nature. J’évoluai lentement, prenant mon temps. Lorsque j’arrivai au bout de ma cigarette, je la jetai au sol avec regret. Une de moins. Cependant je me sentais déjà un peu plus calme et moins obsédé par les paquets qui alourdissent mes poches. J’évoluai dans le marais depuis un moment lorsque j’entendis les cris. « À l'aide ! Aidez-moi je vous en supplie. » Plus par instinct qu’autre chose, ma tête se tourna vers la source du cris. J’accélérai un peu le pas, guidé par ma curiosité. Prenant tout de même le temps de ne pas me déplacer à découvert, je me dirigeai vers la source du cri, cherchant la jeune femme des yeux. Il ne manquerait plus qu’elle nous ramène quelques créatures immondes sur la tête et je n’ai pas vraiment envie de me battre aujourd’hui. Lorsque je l’eux localisée, je vis la jeune rousse enfoncée dans la vase jusqu’à la poitrine. Je ne pouvais honnêtement pas partir en la laissant là à la merci des prédateurs. Je poussai un long soupire et repris ma marche rapide en sa direction. En m’approchant, je vis ses mains blanchies sous l’effort, agrippées à un buisson. Cela sentait le désespoir de la personne qui sent sa fin arrivée mais qui refuse de se laisser faire.  Je finis par lâcher mon bâton pour sauter sur ce qui me semblait être une plateforme viable, celle dont la jeune femme avait apparemment glissée. Sans la moindre hésitation, je m’allongeai dans la boue pour être un peu plus stable que si j’avais été accroupi et j’attrapai la main de la demoiselle en me préparant à tirer.  « Je vais te sortir de là mais reste calme et silencieuse. Je voudrais pas finir avec des saloperies au cul. » Sur ces mots, je commençai à tirer pour la sortir de là. Ce ne fut pas particulièrement facile et je du me replacer à diverse reprise pour avoir plus de forces mais je ne tardai pas trop à la ramener sur un vrai sol. Je me relevai ensuite et allai ramasser mon baton. Je revins ensuite vers elle, tâtant le sol comme je l’avais fait jusqu’à présent.« Tu devrais faire plus attention dans les marais. Les prédateurs du coin n’attendent qu’une chose, trouver une proie facile. Tu as eu de la chance que je passais par là. » Et aussi que je venais de fumer. Je ne suis pas sûr que je l’aurai aidé si j’avais été de mauvaise humeur. Je me serais sans doute contenter de partir en me disant que ça ferait moins de prédateur pour moi. Mais maintenant que je suis là… « Tu devrais faire un feu ou quelque chose du genre pour te sécher un peu. Le soleil va aider mais ce sera assez long. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t300-niall-puisque-je-vous-dis-que-j-ai-pas-de-puce http://insanekids.forumactif.org/t301-niall-clochard-pour-clochard-le-lieu-c-est-un-detail
avatar

❝ le pays des merveilles reste amoché dans ton coeur ❞

✢ DENTS PERDUES : 931
☩ CERVELLES GAGNÉES : 1960
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 23/07/2014
✢ PSEUDO : Little Wolf
✢ AVATAR : Dasha Sidorchuk
✢ CREDITS : Dreamy et Tumblr.
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : le lapin blanc aux grandes oreilles.
✢ DANS TES POCHES : Elle n'en a pas. C'est pas très malin de mourir en robe !
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Etudiante en droit. Elle souhaitait faire justice et défendre les causes perdues.
✢ LOCALISATION : Au fond d'un trou, au bord du gouffre. Seule dans tout les cas.


Elle te tendrait la main en te faisant de douces promesses. Petite idiote au regard félin, elle ne cesserait de chercher le bonheur. En se mordant la lèvre, elle te raconterait que sa nouvelle vie l’attend. Douce fleur naïve qui pense que la mort la rend libre. Elle voyait son reflet dans leurs yeux, sentait encore le contact physique dans ses rêves. Elle ne pense qu'à eux, ses hommes qui ont bousculés ses croyances. Un père, un ami. La colombe devrait pourtant se méfier de l'inconnu.



Faizeckiel and Fainiall. What else ?

Spoiler:
 

✢ JE EST UN AUTRE : SexyNono !
MessageSujet: Re: (Niall&Faith) Don't wanna let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't wanna hide the truth. (PNJ accepté)   Dim 3 Aoû - 18:40


NIALL & FAITH

La jeune femme se releva. Mon regard se porta dans un premier lieu sur sa robe couverte de boue. Trouver de nouveaux vêtements dans Wonderland n’était pas chose aisée. Si j’étais elle je trouverais un endroit où laver ça sans trop tarder. Ensuite je remarquai vaguement les coupures sur les bras et les jambes, témoins muets des difficultés que la jeune femme rencontrait depuis son arrivée dans le coin. J’ai moi aussi reçu quelques cicatrices en cadeau de bienvenue mais rien d’aussi visible. Je m’étais promis d’être moins concerné par la situation dans laquelle pouvait se trouver les autres à mon arrivée ici mais il semblerait que j’en sois bien incapable. De toute évidence, la jeune rousse faisait tout son possible pour survivre dans ce milieu hostile. En dernier lieu, je remarquai son regard. Ses yeux, son sourire. « Je ne vous remercierai jamais assez monsieur. Vous êtes un cadeau du ciel. » Je fus fort étonné de la voir si reconnaissante. Certes, je lui ai sauvé la vie et je peux comprendre qu’on se retrouve dans un tel état dans ces conditions mais compte tenu du quotidien que nous pouvons vivre, être sauvé d’une mort certaine arrive plutôt constamment. La candeur de la jeune femme avait de quoi forcer le respect. Ce serait presque dangereux pour elle si elle venait à croiser une personne mal intentionnée. Elle avait beau être couverte de boue, la jeune femme rayonnait. Il était rare de croiser des gens ainsi à Wonderland. Si ma première impulsion avait été de partir en la laissant sur place, ma curiosité était piquée au vif. De toute évidence, la jeune femme avait du faire face à pas mal d’épreuves et pourtant cela n’avait pas l’air de l’avoir changer. La survie dans ce genre de milieu révèle souvent le pire de ce que l’on peut trouver chez les gens et elle semblait être totalement passée au travers de cette réalité. « Je n'ai pas de quoi faire un feu. A vrai dire, je n'ai rien pour vous récompenser non plus à part de la boue et des buissons. » Elle souriait, le visage couvert de boue. Je mentirais si je dirais ne pas la trouver un peu pathétique dans ses vêtements trempés, me disant qu’elle n’avait rien à offrir, qu’elle n’avait même pas de quoi se réchauffer la nuit. Je poussai un long soupire. J’étais à peu près sur que j’allais céder et lui venir en aide. Elle sembla observer les alentours et je ne pus m’empêcher de faire la comparaison avec un suricate ou un quelconque rongeur vérifiant qu’il n’y a pas de danger. Du regard, je balayai à mon tour les buissons environnants. Pour le moment tout semblait calme. « Je pense plutôt que nous devrions faire quelques pas pour quitter ce lieu avant que les prédateurs nous repèrent. Mais avant. J'aimerais connaître votre nom, monsieur. Si jamais on se perd, je voudrais savoir à qui je dois la vie. Enfin ma seconde vie du moins. » Mon regard quitta les buissons et se reporta sur la jeune fille. C’est qu’elle avait au moins quelques notions de survie… Après tout, pourquoi pas... Je fis demi-tour et tâtai le sol de mon bâton.

Quand j’eux trouvé un chemin ne nécessitant pas de bondir comme des cabris, je me mis en route. A ce même instant je répondis à la jeune femme, l’invitant par la même à me suivre. « Allez, viens. Premièrement, tu peux me tutoyer. Je ne suis pas très à l’aise avec le vouvoiement » Même de mon vivant, je ne pense pas avoir été vouvoyé ne serait-ce qu’une seule fois. Qui prendrait le temps d’être poli et respectueux avec un clochard ? « Ensuite, je ne t’ai pas sauvée pour te demander quelque chose en retour. Garde tes biens pour toi, tu as l’air d’en avoir plus besoin que moi. Je suis à peu près sûr au vu de ton regard que si les rôles avaient été inversés tu ne m’aurais pas non plus laisser m’enfoncer dans la vase sans rien faire. » Je ne suis pas du genre à être particulièrement méfiant mais je ne pense pas que la jeune femme me prépare un coup tordu en douce. Nous évoluions lentement dans les marécages tandis que je prenais bien le temps de tâter le sol avant de me déplacer. Il ne manquerait plus qu’on se retrouve tous les deux embourbés. « Je m’appelle Niall et toi ? » N’ayant d’autre choix, je sautai sur une plateforme solide. Je me retournai et tendis la main à ma protégée du jour pour accompagner son saut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t300-niall-puisque-je-vous-dis-que-j-ai-pas-de-puce http://insanekids.forumactif.org/t301-niall-clochard-pour-clochard-le-lieu-c-est-un-detail
avatar

❝ le pays des merveilles reste amoché dans ton coeur ❞

✢ DENTS PERDUES : 931
☩ CERVELLES GAGNÉES : 1960
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 23/07/2014
✢ PSEUDO : Little Wolf
✢ AVATAR : Dasha Sidorchuk
✢ CREDITS : Dreamy et Tumblr.
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : le lapin blanc aux grandes oreilles.
✢ DANS TES POCHES : Elle n'en a pas. C'est pas très malin de mourir en robe !
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Etudiante en droit. Elle souhaitait faire justice et défendre les causes perdues.
✢ LOCALISATION : Au fond d'un trou, au bord du gouffre. Seule dans tout les cas.


Elle te tendrait la main en te faisant de douces promesses. Petite idiote au regard félin, elle ne cesserait de chercher le bonheur. En se mordant la lèvre, elle te raconterait que sa nouvelle vie l’attend. Douce fleur naïve qui pense que la mort la rend libre. Elle voyait son reflet dans leurs yeux, sentait encore le contact physique dans ses rêves. Elle ne pense qu'à eux, ses hommes qui ont bousculés ses croyances. Un père, un ami. La colombe devrait pourtant se méfier de l'inconnu.



Faizeckiel and Fainiall. What else ?

Spoiler:
 

✢ JE EST UN AUTRE : SexyNono !
MessageSujet: Re: (Niall&Faith) Don't wanna let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't wanna hide the truth. (PNJ accepté)   Lun 11 Aoû - 15:18


NIALL & FAITH

La jeune femme accepta ma main et franchis d’un bon le piège naturel. Je repris alors ma marche, mettant de la distance entre l’endroit où nous avions été si bruyant il n’y a pas si longtemps. Je ne tiens pas à me battre pour le moment. Déjà, parce que le terrain est trop accidenté et qu’on aurait tôt fait de finir tous deux embourbés. Ensuite, parce que la jeune femme de semblait pas une habituée des combats et qu’elle serait indéniablement à un moment où un autre dans mes pattes. Et surtout, je ne pourrais pas garantir sa sécurité. C’est peut-être égoïste mais je l’aurai mauvaise qu’elle se face tuée alors que je viens tout juste de lui sauver la vie. « Je m'appelle Faith. Enchantée. Pas commun comme prénom, je n'avais jamais rencontré de Niall dans le passé. » Entendant le souffle haché de Faith, je ralentis un peu le rythme, faisant mine d’être simplement un peu plus prudent. Je lui lançai un fin sourire alors que mon bâton s’enfonçait dans le sol boueux. Je testai le sol un peu plus loin, essayant de juger si le chemin était praticable ou pas. Le bois s’enfonça dans la boue comme dans du beurre. On ne passera pas par là. « C’est d’origine gaélique. Et je suis Écossais. Je pense que tu es aussi la première Faith que je rencontre. » Après un dernier sourire, je me concentrai à nouveau pour ne pas que nous finissions tous deux nos jours dans cet endroit. Je fis donc un détour. Je ne connais pas encore bien le marais tout simplement parce que je n’y ai pas passé beaucoup de temps. Et quand je jette un œil autour de moi, je comprends pourquoi. Pendant notre évolution, mes yeux fouillèrent les buissons tandis que mes oreilles cherchaient des bruits inhabituels. Jusqu’à présent je n’avais rien remarqué à part notre présence et le souffle court de la rousse. Une chance que j’étais attentif à ce qui se passait autour de nous, sinon je n’aurais peut-être pas remarqué l’arrêt que Faith avait posé. Il est vrai que je suis habitué à marcher. Ce n’est pas le cas de tout le monde. Lorsque je me retournai, ce fut pour la voir appuyée à un arbre, les mains sur les genoux, la tête relevée, ses yeux me fixant. Posant ma branche au sol, je m’appuyai sur cette dernière, observant la jeune femme. « Je vous... enfin... Je t'aurais aussi cherché dans ce marécage mais au contraire, je me serais embourbée avec toi donc je préfère la situation précédente et je te resterai redevable. Que tu le veuilles ou non d'ailleurs. » Un sourire tendre étira mon visage. Je ne pouvais m’empêcher d’être touché par cette bonté que la jeune femme dégageait. Je m’approchai un peu d’elle, détaillant du regard l’arbre où elle s’était arrêtée. Quelques grosses racines sortaient du sol, créant quelques sièges naturels. C’est là que la question que tue fut lancée. « Tu es ici depuis longtemps. Je veux dire... mort... » Je grimaçai sous le mot ‘mort’. A quoi bon s’accrocher à la vie ici s’il n’y a plus de retour possible ? Comment trouver la rage d’avancer, de se battre au fond de soit quand on sait pertinemment qu’on a déjà tout perdu une fois ? Je n’avais pas grand-chose de mon vivant et beaucoup de mes possessions sont venues ici avec moi mais pas les personnes qui m’étaient chères. Wonderland est un univers bien trop dangereux que pour être la terre de la seconde chance. On y a surtout une seconde chance de mourir de faim ou les tripes à l’air.

Je m’asseyais sur l’une des grosses racines, décidant que nous avions mis assez de distance entre le lieu du repêchage et notre position actuelle. Ce n’était pas totalement sécuritaire mais cet endroit en lui-même n’est pas sécuritaire. « Je ne crois pas en la théorie comme quoi nous serions tous morts. Je peux encore penser, marcher, parler, toucher, ressentir. J’ai encore ma propre volonté, mon cœur bas encore. Ce n’est possible que si je suis encore en vie et je ne pense pas qu’il y ai quelque chose après la mort. D’où le fait que je ne crois pas à ma mort, à notre mort. Je me suis fait renverser par une voiture, j’ai toute mes chances de simplement être dans le coma. Cette hypothèse à au moins le mérite de me donner une raison de me battre pour rester en vie. Sinon, à quoi bon ? » Je glissai mes mains dans mes poches. L’une d’elle toucha mes paquets de cigarettes. Je fermai un instant les yeux, m’empêchant d’en fumer une. Ma dernière ne remonte pas à quelques heures. Finalement, je trouvai le petit morceau de tissu plié. Lorsque je trouve des baies dodo, je récolte toujours toutes les baies que je peux, me les gardant de côté. Je les rangeais dans un petit morceau de tissu pour éviter qu’elles ne rendent mes poches collantes si elles venaient à être écrasées. Je sortais le sac improvisé et l’ouvrit, il ne me restait que six baies et elles commençaient à dater. J’en attrapai trois que je tendis à Faith. Elle me faisait un peu pitié ainsi couverte de boue. Seulement je pouvais sentir qu’elle ne se laisserait pas sombrer sans rien faire. « Pour répondre à ta question, non je ne suis pas là depuis si longtemps que cela. Et toi ? Il t’est arrivé quoi pour avoir l’honneur de finir ici ? » De mon autre main, je portai une baie à ma bouche. Je la fis exploser sur mon palais avec ma langue. Ce n’était pas mauvais. C’était même plutôt bon. Dommage que cela crée des somnolences. J’observai la jeune femme en face de moi. Elle semblait avoir un peu repris du poil de la bête. Elle avait cependant besoin d’un bon bain et ensuite d’un bon feu pour se sécher et se réchauffer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t300-niall-puisque-je-vous-dis-que-j-ai-pas-de-puce http://insanekids.forumactif.org/t301-niall-clochard-pour-clochard-le-lieu-c-est-un-detail
avatar

❝ le pays des merveilles reste amoché dans ton coeur ❞

✢ DENTS PERDUES : 931
☩ CERVELLES GAGNÉES : 1960
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 23/07/2014
✢ PSEUDO : Little Wolf
✢ AVATAR : Dasha Sidorchuk
✢ CREDITS : Dreamy et Tumblr.
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : le lapin blanc aux grandes oreilles.
✢ DANS TES POCHES : Elle n'en a pas. C'est pas très malin de mourir en robe !
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Etudiante en droit. Elle souhaitait faire justice et défendre les causes perdues.
✢ LOCALISATION : Au fond d'un trou, au bord du gouffre. Seule dans tout les cas.


Elle te tendrait la main en te faisant de douces promesses. Petite idiote au regard félin, elle ne cesserait de chercher le bonheur. En se mordant la lèvre, elle te raconterait que sa nouvelle vie l’attend. Douce fleur naïve qui pense que la mort la rend libre. Elle voyait son reflet dans leurs yeux, sentait encore le contact physique dans ses rêves. Elle ne pense qu'à eux, ses hommes qui ont bousculés ses croyances. Un père, un ami. La colombe devrait pourtant se méfier de l'inconnu.



Faizeckiel and Fainiall. What else ?

Spoiler:
 

✢ JE EST UN AUTRE : SexyNono !
MessageSujet: Re: (Niall&Faith) Don't wanna let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't wanna hide the truth. (PNJ accepté)   Lun 11 Aoû - 21:15


NIALL & FAITH

La jeune rousse n’accepta pas tout de suite le baies que je lui tendais. Finalement, elle accepta de les prendre. Je ne suis pas bien sûr mais j’ai cru voir un quelque chose briller dans son regard. Une lueur que je connais bien. Celle de la personne qui se retient d’épancher un besoin. J’ai effectivement eu faim les premiers jours de mon arrivée. Finalement, à force de test j’avais fini par trouver un équilibre. Je ne dis pas que je mange à ma faim ou que j’ai de la nourriture fraiche tous les jours. Cependant cela ne change pas vraiment de mon ancien quotidien. Faith ne semblait de toute évidence pas taillée pour la survie et sans que je ne sache réellement pourquoi, cela me peinait un peu. On avait l’air bien tous les deux, compatissant l’un envers l’autre. Elle parce qu’à ses yeux je suis incapable d’accepter l’inacceptable et moi car elle n’a pas l’air de s’en sortir. Sans un coup de pouce il se pourrait qu’elle ne fasse pas si long feu que cela ici. Je l’observai manger la première baie. Beaucoup de gens ici ne pensent qu’à leur propre survie. Ce qui est parfaitement compréhensible. Moi-même je suis loin d’être suffisamment généreux que pour mettre ma vie en danger pour quelqu’un. Cependant la présence de Faith avait quelque chose d’apaisant. Il n’était pas difficile de voir qu’elle ne correspond en rien au profil d’une personne égoïste qui fera tout pour s’en sortir et seulement après, s’arrêtera pour penser aux autres. Ça, ce serait plutôt mon profil personnel. La rousse avait eu de la chance que j’ai fumé une cigarette il n’y avait pas si longtemps lorsque j’ai entendu son appel à l’aide. Cela m’avait mis de plutôt bonne humeur. Je n’ai rien d’un héros ni d’un sauveur. Je ne suis qu’un pauvre mec qui pense avant tout à lui. Cependant je ne pouvais pas résister au charme charitable de la jeune femme.

Elle me semblait si naïve, fragile et innocente que je ne pourrais tout simplement pas tourner les talons et l’abandonner comme ça en plein milieu des marécages. Lorsque je lui demandai de me raconter un peu son histoire, je la vis se fermer comme une huitre. De toute évidence, elle croyait à la théorie des morts et avait plutôt mal vécu ce moment. De qui ce ne serait pas le cas en même temps ? Je me souviens encore de la douleur, de mon corps qui me crie son mal, du bitume qui rafle mon visage tandis que je m’écrase au sol, de la voix d’Olivia qui hurle mon nom, la terreur qui vibre dans sa voix, le son de l’ambulance. Ce n’était pas un souvenir agréable, loin de là. « Comme tu peux le deviner, je viens d'une famille religieuse. C'était toute notre vie au point de rejoindre une secte qui semblait bénéfique à nos croyances. Visiblement pas avec le reculer. Suicide collectif pour retrouver un monde meilleur. Mon père a versé du poison dans mon verre avant de me regarder agoniser. Je n'étais pas au courant. C'est idiot comme mort surtout quand on voit où je suis maintenant. » Je grimaçai. Je comprends mieux qu’elle se soit ainsi fermée quand je lui ai demandé. Qu’un père face cela à sa propre fille… Cela avait quelque chose de révoltant. « Désolé d’avoir amené le sujet sur le tapis. Ce qui t’es arrivé est horrible. Ce genre de choses ne devrait pas se passer. » En même temps, qui suis-je pour dire ce genre de choses ? Je ne suis qu’un clochard, un vagabond au mieux. Mon opinion n’intéresse personne et je n’intéresse personne. Elle avala une nouvelle baie tandis que je l’observai en silence. Elle avait l’air de surmonter cela. Bien que je l’aie vu se tendre, elle semblait tout faire pour aller de l’avant. Cette force mentale cachée sous une apparence plus faible me plaisait chez Faith. Finalement, je mangeai une nouvelle baie. Ce n’était pas grand-chose à part du grignotage. Il faudrait que je pense à essayer de confectionner un piège ou tout simplement chasser quelques lapins. « Merci pour tout. Pour l'aide, pour les baies. Tu es un chouette mec. Le genre de personne pour qui on se bat histoire qu'il n’ait pas sauvé notre peau pour rien. Tu vois le genre. » Ce fut tellement soudain que j’accompagnai Faith dans son rire. Il est bon t’entendre rire quelqu’un ici pour autre chose qu’avoir réussi à se trouver à manger ou pour se sortir d’un combat sans trop de blessures. Ce n’était pas désagréable. Loin de là. Je m’arrêtai cependant bien vite, ne voulant pas que la religieuse ai une image faussée de ce que je suis. Avec ce qu’elle a vécu elle doit déjà avoir du mal à accorder sa confiance à un homme de mon âge, il ne manquerait plus que je la laisse se bercer d’illusions. « Je ne vais pas te mentir. Je ne suis pas un gars bien Faith. Je ne suis même pas sûr que tu te serais rendu compte te ma présence si on s’était croisé à Londres. Je ne suis même pas sûr que je ne t’aurais pas volé ton portefeuille pour pouvoir m’acheter de quoi manger. J’ai longtemps voyagé sans le moindre sous en poche en vivant de ce que j’arrivais à voler ça et là. Je n’en suis pas fier mais j’ai toujours fait passer cela pour une nécessité. » Je marquai une pause, mettant en bouche ma dernière baie. « Cependant j’apprécie ta présence. J’ai été habitué à vivre de ce que je trouvais. Si tu le désires, je peux te donner quelques conseils de survie. Le premier étant d’éviter les marécages si tu n’as pas quelque chose d’important à y faire. » J’offris un maigre sourire à la jeune femme. Non, je n’ai rien d’un héros mais ce genre de choses, je peux encore les faire. Je me demandai l’espace d’un instant à quand remontait le dernier repas de la jeune femme. Je ne préférais pas trop y penser pour le moment. Je lui tendis la branche que j’utilisais depuis tout à l’heure, la lui donnant volontiers. « Deuxièmement, si tu es vraiment obligée de passer dans les marécages, trouve-toi une branche de ce genre pour tâter le sol avant de marcher quelque part. Ça peut paraitre idiot mais ça peut sauver la vie. » Je me releva ensuite et jetai un coup d’œil au ciel. Du moins j’essayai. Il n’y avait pas beaucoup de lumière qui filtrait par ici. « On devrait reprendre la marche et se trouver un endroit où se faire un feu pour te réchauffer un peu. Tomber malade ici n’est pas vraiment la meilleure idée du monde. » Je me penchai et ramassai quelques brindilles au pied de l’arbre où nous nous étions arrêtés. Une fois que j’en eu un certain nombre en main, je me tournai vers Faith, lui faisant signe d’ouvrir la marche. « Voit cela comme ta première leçon de survie. Se déplacer sans risque dans les marécages. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t300-niall-puisque-je-vous-dis-que-j-ai-pas-de-puce http://insanekids.forumactif.org/t301-niall-clochard-pour-clochard-le-lieu-c-est-un-detail
avatar

❝ le pays des merveilles reste amoché dans ton coeur ❞

✢ DENTS PERDUES : 931
☩ CERVELLES GAGNÉES : 1960
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 23/07/2014
✢ PSEUDO : Little Wolf
✢ AVATAR : Dasha Sidorchuk
✢ CREDITS : Dreamy et Tumblr.
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : le lapin blanc aux grandes oreilles.
✢ DANS TES POCHES : Elle n'en a pas. C'est pas très malin de mourir en robe !
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Etudiante en droit. Elle souhaitait faire justice et défendre les causes perdues.
✢ LOCALISATION : Au fond d'un trou, au bord du gouffre. Seule dans tout les cas.


Elle te tendrait la main en te faisant de douces promesses. Petite idiote au regard félin, elle ne cesserait de chercher le bonheur. En se mordant la lèvre, elle te raconterait que sa nouvelle vie l’attend. Douce fleur naïve qui pense que la mort la rend libre. Elle voyait son reflet dans leurs yeux, sentait encore le contact physique dans ses rêves. Elle ne pense qu'à eux, ses hommes qui ont bousculés ses croyances. Un père, un ami. La colombe devrait pourtant se méfier de l'inconnu.



Faizeckiel and Fainiall. What else ?

Spoiler:
 

✢ JE EST UN AUTRE : SexyNono !
MessageSujet: Re: (Niall&Faith) Don't wanna let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't wanna hide the truth. (PNJ accepté)   Mer 13 Aoû - 12:06


NIALL & FAITH

Une main douce et délicate se posa sur mon épaule. Le genre de main fragile qu’on ne veut pas voir réaliser de tâches trop rudes. Le monde n’était décidemment pas juste. Faith était encore jeune et de ce que j’en vois, elle ne méritait pas de finir ici. Si la religion était bel et bien tout pour sa famille, elle a dut mener une petite vie bien sage, bien tranquille, bien ranger. J’aimerais qu’il n’y ai que les salops et les autodestructeurs qui finissent ici. Au moins ça aurait un sens. Quel était le crime de la jeune rousse si ce n’était d’avoir eu confiance en sa famille ? Je ne suis pas sûr de vouloir de la confiance de Faith. Je ne suis pas vraiment le genre d’homme en qui il faut avoir confiance. J’ai conscience de mon égoïsme et je ne voudrais pas détruire cette confiance fraichement accordée. Je ne veux même pas imaginer dans quel état cela pourrait mettre Faith si je lui plantais à mon tour un couteau dans le dos. Pas au sens littéraire bien entendu, je ne suis pas un barbare non plus. Je me retournai à moitié, me dévissant surtout la tête pour pouvoir voir la jeune femme. « Avant cela, je ne retire pas ce que j'ai dit Niall. Tu es un homme bien. Si tu m'avais volé, tu aurais eu tes raisons. Je m'en fiche. À mes yeux, tu es un homme bon qui mérite d'être connu de tous. » Un léger sourire teinté d’une pointe de sarcasme me monta aux lèvres. Je ne doute pas que ce soit le fond de sa pensée mais elle se trompe à mon compte. Il est vrai que lorsqu’on n’a rien, il est parfois plus facile de partager, d’être généreux. Cependant je suis quelqu’un se sélectif. Elle me passa devant, ne daignant apparemment pas entendre de réponse de ma part. Je secouai lentement la tête, mon sourire devenant légèrement plus tendre. C’est qu’elle avait son caractère la petite religieuse. Je suis donc un homme bien et je n’ai pas le droit d’y redire quelque chose je présume. Je gardai le silence, observant avec un certain amusement attendrit la jeune femme reproduire timidement et maladroitement mes gestes précédents.

Tâtant le sol, avançant, déviant parfois légèrement. Petit à petit, elle prenait de l’assurance et nous avancions un peu plus vite. De mon côté, lorsque je voyais des petites branches de bois sec, je les arrachais voir les ramassait, me constituant un début de ballot de bois. « Tu as vu comme je suis forte. On pourrait me confondre avec toi. Enfin, c'est moi qui suis remplie de boue mais si on fait abstraction de ce détail... c'est possible. » Le sourire me monta automatiquement aux lèvres. Le besoin d’identification de la jeune femme était flagrant. En même temps, je peux le comprendre au vue des circonstances. Elle irradiait la fierté et cela faisait plaisir à voir. Je ne pensais pas qu’un jour mon existence puisse ainsi changer celle de quelqu’un d’autre. A force de se dire que personne ne prête attention aux sans-abris et qu’il serait impossible de sortir de cette spirale infernale sans un bras tendu. Et encore. Là c’était moi qui tendais la main et aidait quelqu’un. Cela avait quelque chose de gratifiant. Je posai une main sur son crâne, lui ébouriffant les cheveux. « Il te manque quelque centimètres avant qu’on puisse nous confondre. » C’était agréable. Penser un peu à autre chose que sa survie propre. J’en avais presque oublié à quel point une présence pouvait faire du bien. J’en oubliais presque de faire attention à ce qu’il se passait autour de nous. Mon regard fouilla les troncs tortueux, les flaques de boues et au-delà de ces dernières. Je ne vis rien qui aurait pu être dangereux. C’est là que je vis une sorte de petit ilot. J’arrêtai ma marche, le détaillant. Il est accessible mais cela va demander d’être très discipliné. Il était plutôt dégagé. Cela signifie qu’on sera fort visible mais aussi que nous aurions le temps de voir les problèmes nous arriver dessus et donc d’agir en conséquence. Je ne lui voyais que deux accès. La retraite était donc possible en cas d’attaque mais cela rendait aussi l’endroit facile à défendre. Cela me paraissait Correct. « Faith, je crois que j’ai trouvé un endroit pas trop mal. » Je m’approchai de la plateforme. Je me déplaçai lentement, conscient qu’à un moment où un autre,  mon pied allait s’enfoncer dans le sol. Ce n’était pas une sorte d’îlot pour rien après tout. Je me penchai et ramassai une pierre qui trainait là. Je le lançai sur l’îlot. Un ‘POC’ assourdit m’apprit que le sol y était praticable. Par mesure de sécurité, j’observai un peu la pierre mais elle n’avait pas l’air de s’enfoncer. Les deux accès ? Une série de petites plateformes à première vue viable et de l’autre côté, de grosses racines sortant de la boue.  « Ça n’a pas l’air facile d’accès. Tu penses que tu pourrais y accéder ? » Après tout, il serait idiot qu’elle prenne un deuxième bain de boue aujourd’hui simplement parce qu’elle aurait voulu m’impressionner.


Dernière édition par Niall Southway le Mar 19 Aoû - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t300-niall-puisque-je-vous-dis-que-j-ai-pas-de-puce http://insanekids.forumactif.org/t301-niall-clochard-pour-clochard-le-lieu-c-est-un-detail
avatar

❝ le pays des merveilles reste amoché dans ton coeur ❞

✢ DENTS PERDUES : 931
☩ CERVELLES GAGNÉES : 1960
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 23/07/2014
✢ PSEUDO : Little Wolf
✢ AVATAR : Dasha Sidorchuk
✢ CREDITS : Dreamy et Tumblr.
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : le lapin blanc aux grandes oreilles.
✢ DANS TES POCHES : Elle n'en a pas. C'est pas très malin de mourir en robe !
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Etudiante en droit. Elle souhaitait faire justice et défendre les causes perdues.
✢ LOCALISATION : Au fond d'un trou, au bord du gouffre. Seule dans tout les cas.


Elle te tendrait la main en te faisant de douces promesses. Petite idiote au regard félin, elle ne cesserait de chercher le bonheur. En se mordant la lèvre, elle te raconterait que sa nouvelle vie l’attend. Douce fleur naïve qui pense que la mort la rend libre. Elle voyait son reflet dans leurs yeux, sentait encore le contact physique dans ses rêves. Elle ne pense qu'à eux, ses hommes qui ont bousculés ses croyances. Un père, un ami. La colombe devrait pourtant se méfier de l'inconnu.



Faizeckiel and Fainiall. What else ?

Spoiler:
 

✢ JE EST UN AUTRE : SexyNono !
MessageSujet: Re: (Niall&Faith) Don't wanna let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't wanna hide the truth. (PNJ accepté)   Jeu 14 Aoû - 15:18


NIALL & FAITH

La volonté dont Faith faisait preuve avait de quoi forcer le respect. Cependant, alors que je lui demandais si elle se sentait capable d’atteindre l’îlot, elle me fit la grimace. Il ne fallut que quelques secondes pour que toute la fierté qu’elle avait emmagasinée depuis qu’elle menait la marche ne disparaisse, s’évaporant comme par magie. Je manquai siffler entre mes dents mais je me retins de justesse. Il ne faut jamais être négatif dans ce genre de situations. Si on a le moral et qu’on reste positif, on a beaucoup plus de chance de rester en vie. Ne serait-ce que parce qu’on aborde les choses autrement. On commence par rater quelque chose, ensuite on se dénigre et on rentre dans une spirale infernale où l’on rate tout ce que l’on entreprend. Faith n’avait pas besoin d’aller s’enfermer là dedans. Je suis persuadé qu’il suffirait qu’elle ai plus confiance en elle pour que sa survie soit déjà un peu plus confortable. Il serait donc bon pour son moral qu’elle arrive seule jusqu’à cet îlot. Cependant, je ne la connais pas bien et donc je ne sais pas dans quel état physique elle est. Elle pourrait très bien se sous-estimée comme savoir que ce sera difficile pour elle d’arriver jusque là. « Je ne sais pas. Ça m'a l'air assez complexe pour une maladroite comme moi. Je préférerais que tu passes devant pour me tendre tes bras au cas où. » Sans un mot, je lui lançai un sourire qui se voulait rassurant. Je ne suis pas sûr qu’à sa place, je suivrais un inconnu qui voudrait me faire passer par un endroit qui a l’air relativement dangereux. Surtout si je ne m’en sens pas capable.

En observant le visage maintenant fermé de la jeune religieuse couvert de boue, ses épaules qui se sont un peu affaissées, tout signe de fierté maintenant envolé. Ensuite quelque chose se produisit, elle ferma les yeux et me tourna le dos, prenant une grande inspiration. « Quand on sera sur l'îlot, ce petit passage ne sera qu'un mauvais souvenir. Nous serons en sécurité. Je ne veux pas être le maillon faible. » Mon sourire s’agrandit. Je préférais cela. Ce n’était pas super optimiste comme manière de voir les choses mais c’était déjà mieux que rien. Je resserrai contre moi le ballot de bois que j’avais amassé lors de notre marche, m’assurant que je ne perdrais pas trop de branches lors de la traversée. C’est qu’en dehors d’un arbre, il n’y avait pas beaucoup de bois sur ce petit îlot. « Je vais déposer le bois et ensuite je viens te chercher ok ? » J’observai le chemin, calculant enjambements et sauts. Le ballot de bois allait être handicapant mais si on ne peut pas faire de feu là bas, autant ne pas y aller. Les plateformes n’étaient pas bien grandes mais elles pouvaient accueillir deux personnes sans qu’on ne soit trop serré. J’aurais donc plus facile à ramener la jeune femme que je ne l’avais cru dans un premier temps.

Sans plus attendre, je me lançai. Une grande enjambée était suffisante pour moi pour atteindre la première plateforme. Il fallait juste que je ne m’arrête pas en plein milieux comme l’avait fait Faith. C’est encore l’un des meilleurs moyens de perdre l’équilibre. C’est un constat que j’avais vite fait ; même si on ne sait pas faire quelque chose, la confiance en soit facilite la tâche. Je ne dis pas que je ne crains pas d’aller barboter à mon tour dans la boue et la vase. Je sais qu’à moins d’être ingénieuse, Faith serait incapable de me remonter. Je m’appliquai donc, sautant sur une plateforme après l’autre. Je manquai perdre l’équilibre une fois mais je n’étais pas loin de l’îlot. J’y avais donc jeté le bois et j’avais donc ainsi pu éviter de prendre un bain de boue à mon tour. Je me retournais, lançant un sourire à la jeune femme. Je ne veux pas qu’elle s’inquiète quant à la difficulté du passage. Maintenant délesté de ce poids supplémentaire, je retournai sur la première plateforme en quelques sauts calculés. « C’est pas difficile. Il faut juste que tu ais un peu confiance en toi. » Sur ces mots que je voulais rassurant, je lui tendis la main, près à la rattraper après son premier saut.


Petit mot pour ma Faith:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t300-niall-puisque-je-vous-dis-que-j-ai-pas-de-puce http://insanekids.forumactif.org/t301-niall-clochard-pour-clochard-le-lieu-c-est-un-detail
avatar

❝ le pays des merveilles reste amoché dans ton coeur ❞

✢ DENTS PERDUES : 931
☩ CERVELLES GAGNÉES : 1960
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 23/07/2014
✢ PSEUDO : Little Wolf
✢ AVATAR : Dasha Sidorchuk
✢ CREDITS : Dreamy et Tumblr.
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : le lapin blanc aux grandes oreilles.
✢ DANS TES POCHES : Elle n'en a pas. C'est pas très malin de mourir en robe !
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Etudiante en droit. Elle souhaitait faire justice et défendre les causes perdues.
✢ LOCALISATION : Au fond d'un trou, au bord du gouffre. Seule dans tout les cas.


Elle te tendrait la main en te faisant de douces promesses. Petite idiote au regard félin, elle ne cesserait de chercher le bonheur. En se mordant la lèvre, elle te raconterait que sa nouvelle vie l’attend. Douce fleur naïve qui pense que la mort la rend libre. Elle voyait son reflet dans leurs yeux, sentait encore le contact physique dans ses rêves. Elle ne pense qu'à eux, ses hommes qui ont bousculés ses croyances. Un père, un ami. La colombe devrait pourtant se méfier de l'inconnu.



Faizeckiel and Fainiall. What else ?

Spoiler:
 

✢ JE EST UN AUTRE : SexyNono !
MessageSujet: Re: (Niall&Faith) Don't wanna let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't wanna hide the truth. (PNJ accepté)   Jeu 21 Aoû - 15:43


NIALL & FAITH

Alors que, le bras tendu, j’attendais que Faith saute l’espace qui nous séparait, je me demandais vaguement si je n’avais pas changé depuis mon arrivée ici. Tous ces gens qui ont eut un toit sous leur tête, qui on eut un confort auquel je n’ai plus goûté depuis longtemps, à une certaines période je les avais haïs. Peut-être est-ce juste le temps qui fait son œuvre. Déjà avant mon accident je n’avais plus cette même colère envers les gens ayant un foyer à eux, un endroit où passer les hivers froids, un endroit où ils pouvaient retrouver quelqu’un qui les attends. Je ne pense pas être devenu un vieux sage que la maturité à amené à faire certaines remises en question. Peut-être que dans cette jeune fille en train de s’embourber, je me suis vu moi plus jeune. Quand bien même, loin de cette métaphore, je ne suis pas un assassin et ne rien faire aurait signifié la mort de la jeune fille. C’est sans doute le fait que je vive fort dans mon passé qui me pousse à aider Faith, à lui apprendre la survie. Quand j’ai commencé à vivre dehors, sans toit, j’ai reçu quelques conseils de personnes habituées. A l’époque cela m’avait beaucoup aidé et par la suite, j’avais aussi à l’occasion aidé quelques jeunes, leurs donnant conseils et astuces. La situation présente n’est pas si différente. Faith n’a pas l’air de s’en sortir.

Une aide, même minime me semble être la moindre des choses. Le savoir est fait pour être partagé et elle ne semble pas le genre de personnes à être agressives. Il est rare de partager un moment avec quelqu’un à Wonderland. Ne pas profiter de l’occasion de parler entre personnes plus ou moins civilisées, ce serait idiot. Et quitte à parler, autant être utile. « J'ai confiance en toi, c'est déjà un bon début. On va arriver sur cet îlot. Le premier qui pose le pied dessus à gagné. » Une confiance si vite accordée… Cela avait quelque chose de touchant. Je ne suis pas sûr que je me serais fait confiance à sa place. Je lui ai peut-être sauvée la vie mais je pourrais très bien rester jusqu’à ce qu’elle s’endorme pour lui faire les poches. Bien qu’elle m’ai assurée qu’elle n’a rien sur elle à m’offrir, une arme en plus ça ne se refuse pas et elle doit bien en avoir une comme tout le monde ici. Pas que je compte lui faire les poches comme une crapule mais sa naïveté me fait un peu peur pour son futur. Elle pourrait très bien accorder sa confiance à la mauvaise personne et… Pourquoi je m’inquiète autant pour une personne que je viens juste de rencontrer ? Seulement, même si je ne la connais pas bien, son histoire me touche et je l’aime bien. Malgré qu’elle ne s’en sorte pas bien, je perçois en elle une volonté à toute épreuve. Faith est le genre de femmes qui se relèverait de tout. Une qualité que j’admire beaucoup car j’en serais personnellement incapable.

Alors que la jeune femme me dépassait, je lui embrayais le pas. Il était hors de question de la dépasser et risquer de la déséquilibrer. Je pris donc mon temps, lui laissant une plateforme d’avance, près à la rejoindre si elle perdait l’équilibre ou si elle glissait. Logiquement, elle gagna sa course. Je m’attendais à ce que la traversée soit plus longue et plus périlleuse que cela. « Bah alors papy, on a peur de décrocher son dentier. » Son rire doux et chaleureux résonna dans le marécage. Cela avait quelque chose d’étrange dans le sens où ce n’est pas vraiment le genre de rire qu’on entend dans un endroit pareil. En même temps ce n’est pas le genre de rire qu’on entend à Wonderland. Et quelque part, cela faisait du bien. Je sentis mes épaules se détendre d’une tension que j’ignorais jusqu’alors. D’un bond, je rejoignis la rousse. Se faire traiter de grand père, ça faisait un peu mal mais Faith ne pensait pas à m’insulter. Cela sonnait plus comme une taquinerie chaleureuse. Cela me poussa à m’interroger sur son âge. Elle a l’air plus jeune que moi, c’est indéniable mais elle n’a pas non plus l’air de sortir de l’adolescence. « Papy, comme tu y vas. J’ai encore quelques années devant moi avant de pouvoir me faire appeler comme ça » Et surtout il faudrait que j’ai des enfants et des petits enfants pour cela. Ce qui n’est pas vraiment gagné. J’ai cependant accepté cela depuis longtemps. Cela ne m’empêcha donc pas de sourire à Faith tandis qu’elle se penchait sur notre futur feu, rassemblant les brindilles les plus fines. Pour ma part, je ramassai la pierre que j’avais lancé plus tôt ainsi que quelques autres que je ramenai près de la religieuse. Je m’asseyais à ses côté après avoir mit tout le matériel à portée de main. « Tu es quoi comme homme au juste. Un justicier ? Un sauveur ou simplement un mec qui s'ennuyait et qui adore voir des jeunes filles boueuses ? » Ce fut mon tour de rire. La question avait quelque chose de surprenant dans le sens où je ne savais pas trop quoi répondre. « Super Niall, à ton service. » Je ris quelques secondes tandis que je disposai mes quelques pierres en cercle. Il n’y en avait pas assez pour vraiment encercler le feu mais ça devrait tout de même le faire.

« Plus sérieusement, je ne suis rien de tout ça. J’ai passé pas mal d’année à galérer. Ca fait relativiser. Comme on dit, donne un poisson à un homme et il n’aurait pas faim ce soir mais apprends lui à pêcher il n’aura plus jamais faim. Tu n’as pas l’air d’être le genre de personne à s’apitoyer sur son sort en attendant que tout se face sans rien faire. Je ne pense pas être un mec généreux de nature mais quand je vois quelqu’un qui a envie de s’en sortir mais qui n’en a juste pas les moyens, je prends en général la peine de partager quelques unes de mes connaissances. Après tout, on est dans la même galère. » Pendant mon laïus, je commençai à disposer les branchages en une sorte de tipi. Je laissai une ouverture où je fis passer les plus fines brindilles, celles qui prendraient feu le plus rapidement. Je gardai une poignée de brindilles à côté de moi au cas où je n’arriverais pas à faire démarrer le feu du premier coup. « Et toi, qui es-tu pour faire aussi vite confiance en un homme que tu viens à peine de rencontrer ? Si ça se trouve, je pourrais être le pire des tordus doublé d’un pervers. » Je sortis alors mon briquet de ma poche. Je n’aime pas l’utiliser trop souvent. Ce serait ballot de tomber à court de feu avant de tomber à court de cigarettes… Avec ce dernier, j’allumai le bout de quelques brindilles que j’avais choisis pour leur longueur. Une fois qu’elles eurent prises, j’essayai de faire prendre les brindilles que j’avais placées sous le tipi de bois. Le bois humide n’étant pas, je dû souffler dessus à plusieurs reprises avant que le feu ne semble vouloir commencer à prendre. Bon, on avait un début de feu. Je rapprochai un peu les pierres pour qu’elles prennent la chaleur. Si le feu ne tenait pas, on aura toujours des pierres chaudes pour diffuser un peu de chaleur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t300-niall-puisque-je-vous-dis-que-j-ai-pas-de-puce http://insanekids.forumactif.org/t301-niall-clochard-pour-clochard-le-lieu-c-est-un-detail
avatar

❝ le pays des merveilles reste amoché dans ton coeur ❞

✢ DENTS PERDUES : 931
☩ CERVELLES GAGNÉES : 1960
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 23/07/2014
✢ PSEUDO : Little Wolf
✢ AVATAR : Dasha Sidorchuk
✢ CREDITS : Dreamy et Tumblr.
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : le lapin blanc aux grandes oreilles.
✢ DANS TES POCHES : Elle n'en a pas. C'est pas très malin de mourir en robe !
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Etudiante en droit. Elle souhaitait faire justice et défendre les causes perdues.
✢ LOCALISATION : Au fond d'un trou, au bord du gouffre. Seule dans tout les cas.


Elle te tendrait la main en te faisant de douces promesses. Petite idiote au regard félin, elle ne cesserait de chercher le bonheur. En se mordant la lèvre, elle te raconterait que sa nouvelle vie l’attend. Douce fleur naïve qui pense que la mort la rend libre. Elle voyait son reflet dans leurs yeux, sentait encore le contact physique dans ses rêves. Elle ne pense qu'à eux, ses hommes qui ont bousculés ses croyances. Un père, un ami. La colombe devrait pourtant se méfier de l'inconnu.



Faizeckiel and Fainiall. What else ?

Spoiler:
 

✢ JE EST UN AUTRE : SexyNono !
MessageSujet: Re: (Niall&Faith) Don't wanna let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't wanna hide the truth. (PNJ accepté)   Mar 26 Aoû - 22:00


NIALL & FAITH

Je rangeais mon briquet. C’était sans doute le bien le plus précieux que j’avais à ma disposition et je doute qu’il soit possible d’en trouver un nouveau dans le coin. J’observai le feu prendre lentement, séchant le bois avant de commencer à réellement le bruler. Juste par mesure de sécurité – on est jamais trop prudent – je jetai à coup d’œil rapide aux rives qui nous entouraient. Ne voyant rien de potentiellement dangereux, je reportai mon attention sur Faith. Elle n’avait toujours pas répondu à ma question. J’avais peut-être sans le vouloir abordé un point sensible et je m’en voulais déjà un peu pour cela. J’avais tout juste rencontré la jeune femme mais déjà je sentais ce besoin de la protéger. Sa soif de vie me forçait à m’incliner, à l’admirer pour cela. Quelque part, ce petit bout de femme que j’avais trouvé embourbé dans les marais m’impressionnait. J’avais l’air d’être celui qui donnait les leçons mais l’optimisme de Faith était sans doute tout aussi inspirant à mes yeux. Elle se pensait morte et elle savait encore avancer, elle avait cette rage de vie qui bouillait en elle. Je me débrouille peut-être mieux qu’elle mais avec moins de panache. Elle se rapprocha un peu et posa son épaule contre la mienne. Cet étrange de le dire mais n’importe quelle autre femme aurait fait ce geste, je me serais poser certaines question quant à savoir si c’était volontaire ou pas. Cependant, avec Faith, ce geste affectif était plus proche de celui qu’on aurait vis-à-vis de son grand-frère ou de son père. Cette sensation était étrange mais pas dérangeante. On se connaissait tout juste mais je sentais déjà une confiance mutuelle s’installer entre nous deux. « A vrai dire, je ne sais pas qui je suis. C'est drôle mais j'ai toujours fait ce qu'on me disait. Par contre, je sais ce que je veux devenir en ce monde. Une survivante qui pense par elle-même et qui avance avec des personnes qu'elle apprécie. Je veux faire le bien. » Elle posa sa tête sur mon épaule, ses cheveux mettant pleins de boue sur ma veste. Je n’en avais pas grand-chose à faire à vrai dire. Lorsqu’on vit dans notre situation, on finit toujours par se salir à un moment ou un autre. Elle se dégagea assez vite pour pouvoir observer le feu.

Déjà, je sentais sa chaleur vive et crue sur mon visage. Ce n’était pas désagréable de s’en faire un de temps en temps… Dommage que je n’ai rien à cuir sur moi. « Je sais, c'est un peu cliché mais j'ai cru connaître le bonheur pendant tout ce temps. J'avais peut-être un toit et une famille mais je n'avais pas le plus important. La liberté. Il a fallu que je meure pour m'en rendre compte. Pitoyable. » Dans un geste que j’avais tant de fois eux pour ma propre sœur lorsqu’elle avait besoin de réconfort, d’une présence, j’encerclai les épaules de la jeune femme. Et d’une caresse presque rude, je la secouai un peu. « De ce que j’ai vu de toi, tu as largement le profil d’une survivante. C’est rare les gens qui prennent cet endroit pour une seconde chance. » Je lui tapotai l’épaule avant de récupérer mon bras. Les genoux pliés, je posai mes bras en appuis sur ces derniers, laissant mes mains pendre mollement dans le vide. « Il est difficile de savoir avec précision quel genre de personne on est. Même quand on a sa propre liberté. Quoi que liberté soit un concept bien abstrait. Je n’ai jamais vraiment eut l’impression d’être libre. » J’ai beau avoir vécu en marge de la société, avais-je vraiment été libre ? Est-ce de la liberté que de dépendre de l’argent que l’on vol ou de celui que l’on vous donne ? Je ne payais pas d’impôts, je ne dépendais d’aucune infrastructure sociale. Je faisais ce que je voulais lorsque je le voulais. Dommage que j’ai été trop absorbé par le fait d’avoir quelque chose à me mettre sous la dent, un endroit plus ou moins chaud ou dormir que pour réellement en profiter. Au final, je pense que cet endroit n’est pas si mal que cela. Au moins nous sommes tous au même pied d’égalité. Je regardai à nouveau Faith, laissant la chaleur du feu glisser sur le côté de mon visage. Déjà, une fumée grise s’élevait dans le ciel. Une chance que le léger vent nous soufflait dans le dos. « La… mort ou tout du moins nous pousse à réfléchir à notre vie passée et aux choix qu’on a pu faire dans cette dernière. C’est tout à fait normal. Quelque part je t’envie d’arriver à voir cet endroit comme une seconde chance. Je n’arrive qu’à y voir une épreuve supplémentaire. » Encore un endroit où la vie devait s’arracher, où les moments doux de repos se faisaient si rare qu’il était difficile d’y croire lorsqu’on en vivait. Un peu comme ici.

Bien que je tende l’oreille, je n’entendais pas le moindre son suspect, juste la nature autour de nous, le feu qui craque et nous. C’était reposant. La présence de Faith m’apaisait un peu. Comme si ma présence à ses côté rattrapais ces années où j’ai été absent pour ma petite sœur. Je n’ai jamais été très proche de mes parents mais quelques parts je regrette aussi de les avoir quittés ainsi. Je ne sais même pas s’ils sont encore en vie pour tout dire. Je poussai un long soupire et me laissai aller en arrière, m’allongeant à même le sol. Ici, il n’était pas trop humide. Toutes ces questions autour du bonheur, de la liberté et tout cela, ça faisait longtemps que je ne me les étais plus posées, que je me refusais de les poser en fait. Quelque part, je trouvais cela aberrant cette volonté de se raccrocher à la vie, même si on vie dans les rues et qu’on ne mange pas un jour sur trois. Pourtant, même ici, je suis l’un des premiers à tout faire pour me maintenir en vie, sans savoir pourquoi. « Je suis persuadé que tu seras très douée pour la survie une fois que tu auras les bases. Le meilleur conseil que je puisse te donner face à l’inconnu, c’est la prudence et l’observation. » Quelque part, j’avais envie d’en apprendre plus sur la jeune femme. Mais d’un autre côté, cela voulait dire poser des questions par rapport à notre autre vie. Et je n’avais pas la moindre envie d’entendre tout cela. C’était encore un peu trop tôt, un peu trop prématuré à mon goût. Je ne voulais arrêter de regarder en arrière et essayer pour une fois de me concentrer sur mon présent, voir mon futur. « Juste par curiosité, tu faisais quoi dans les marécages pour finir embourbée à ce point ? » Me moquai-je gentiment. Le présent était un sujet de conversation plus sûr, plus confortable. Je n’avais pas envie qu’il y ai un malaise entre Faith et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t300-niall-puisque-je-vous-dis-que-j-ai-pas-de-puce http://insanekids.forumactif.org/t301-niall-clochard-pour-clochard-le-lieu-c-est-un-detail
avatar

❝ cet endroit a quelque peu changé ❞

✢ DENTS PERDUES : 221
☩ CERVELLES GAGNÉES : 1862
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 06/05/2014
✢ PSEUDO : alice.
✢ AVATAR : liddell.
✢ CREDITS : de moi à moi.
✢ AGE DU PERSONNAGE : qui saurait vraiment le dire ?
✢ JE SUIS : ce que j'ai toujours été.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : créatrice.
✢ LOCALISATION : dans un lit d'hôpital.

✢ JE EST UN AUTRE : la reine de coeur, le chat, le chapelier, je suis tout et rien à la fois.
MessageSujet: Re: (Niall&Faith) Don't wanna let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't wanna hide the truth. (PNJ accepté)   Sam 30 Aoû - 19:55



1,2,3, nous irons aux (a)bois
cueillir des âmes exquises

S
erait-ce un pied ensanglanté dépassant de ce buisson ? Si l'on tire un peu dessus, un corps sans vie sort d'en dessous les feuilles, mais il ne faudrait pas tirez trop fort où le pied pourrait vous rester dans la main. Réfrénez vos haut-le-coeur, ce corps flasque n'est qu'un détail mineur d'une fin misérable. On lui a enfoncé les yeux dans le crâne au gosse infortuné, comme si on refusait la culpabilité de son regard apeuré. Sa peau douce tantôt arrachée avec fureur, tantôt découpée avec soin, n'était plus là. Le moutard n'étant pas assez défiguré semble-t-il, on avait jugé bon de coudre au fil noir et épais des lettres dans sa chair mise à nu. « Là où tout a été brisé, » pouvait-on lire sur le bras gauche, la suite incrustée dans la viande rose de l'autre bras « Là où son enfance s'est arrêtée, ». Si l'on assemblait les deux bouts manquants brodés dans les jambes du mioche, l'on peut déchiffrer « Là où la perversité s'est enlisée, là vous trouverez ce que vous cherchez. ». Au centre de corps flétri, il n'y qu'un trou béant ; plus d'coeur, plus d'âme. Cependant, l'auteur de cette aberration a fait preuve d'assez de considération pour mettre une plaque de bois, autour du cou écorché de l'enfant, où étaient taillées des lettres. C'est vrai que sans cela, il aurait été bien difficile de la reconnaître, cette pauvre Loly.



_________________
Everything's a nail, is it, Miss Hammerhead? First it was your search, freighted with fear and fragmented memories. Now it's the train! Never time for tea. While your brain's on holiday, we're ruined!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org
avatar

❝ le pays des merveilles reste amoché dans ton coeur ❞

✢ DENTS PERDUES : 931
☩ CERVELLES GAGNÉES : 1960
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 23/07/2014
✢ PSEUDO : Little Wolf
✢ AVATAR : Dasha Sidorchuk
✢ CREDITS : Dreamy et Tumblr.
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : le lapin blanc aux grandes oreilles.
✢ DANS TES POCHES : Elle n'en a pas. C'est pas très malin de mourir en robe !
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Etudiante en droit. Elle souhaitait faire justice et défendre les causes perdues.
✢ LOCALISATION : Au fond d'un trou, au bord du gouffre. Seule dans tout les cas.


Elle te tendrait la main en te faisant de douces promesses. Petite idiote au regard félin, elle ne cesserait de chercher le bonheur. En se mordant la lèvre, elle te raconterait que sa nouvelle vie l’attend. Douce fleur naïve qui pense que la mort la rend libre. Elle voyait son reflet dans leurs yeux, sentait encore le contact physique dans ses rêves. Elle ne pense qu'à eux, ses hommes qui ont bousculés ses croyances. Un père, un ami. La colombe devrait pourtant se méfier de l'inconnu.



Faizeckiel and Fainiall. What else ?

Spoiler:
 

✢ JE EST UN AUTRE : SexyNono !
MessageSujet: Re: (Niall&Faith) Don't wanna let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't wanna hide the truth. (PNJ accepté)   Jeu 11 Sep - 8:37


NIALL & FAITH

« Tu arriveras à voir le bien dans ce monde. Certes, c'est une épreuve mais on en ressortira tous grandis. Tu es un mec bien, Niall. Je suis sûre que tu vas t’épanouir ici. » A ses yeux, je voyais qu’elle ne mentait pas. Elle était vraiment persuadée qu’il n’était qu’une question de temps avant que je vois ce monde de fou où chaque erreur peut être fatale comme quelque chose de positif. Je lui offris un léger sourire tendre, touché qu’elle visualise un tel futur pour moi. Il se dégage quelque chose de Faith et je n’arrive pas à mettre le doigt dessus. Elle est trop jeune et trop naïve pour que j’arrive à la voir comme une femme dont je voudrais être intime. Pourtant j’aimerais la protéger de ce monde, la voir s’épanouir sans qu’aucun obstacle ne se dresse sur sa route. Quelque part, cela me fait penser à la manière dont j’étais avec Olivia. Olivia… Je me demande comment elle va, ce qu’elle a fait de sa vie… J’aurais aimé en faire partie et me voilà coincé ici. Ce n’est pas vraiment l’endroit rêvé pour passer des vacances. A mon arrivée j’avais beau dire « clochard pour clochard… », cependant avec le temps les différences s’étaient fait sentir. Dure et cruelle. J’aurais dû le savoir lorsque j’avais trouvé ce paquet de cartes coupantes à côté de moi à mon réveil. Je me souviens encore de mes mains s’enfonçant dans l’abdomen d’une guêpe samouraï. Non, ce monde n’avait rien à voir avec le nôtre. Il nous mettait constamment à l’épreuve, nous rappelant sans cesse que nous nous battons pour notre vie. Bien qu’à ce stade on parle plus de survie que de vie. « Il paraît que les bains de boue sont bons pour la peau. J'ai voulu être la plus belle. » La religieuse réussit à m’arracher un rire, l’accompagnant pendant qu’elle gloussait. Elle reprit cependant bien vite son sérieux et je l’imitais, ne voulant pas lui manquer de respect. « Je me suis endormie à l'entrée des marécages et à mon réveille, j'ai eu un élan de bêtises. J'ai cru être plus forte que ce monde et j'ai perdu l'équilibre. » Encore une fois, prudence de tous les instants. Ce monde savait se rappeler à nous lorsqu’on pensait être en sécurité, au-dessus du danger. Je m’assombris un peu. Je me doutais qu’elle s’était retrouvée dans cette situation un peu de cette manière. Comment d’autre d’ailleurs ? Si elle avait glissée parce que poursuivie par quelque chose ou quelqu’un, ça aurait été des cris d’agonie que j’aurais entendu plus tôt, pas des appels à l’aide pratiquement frénétique.

C’est là que quelque chose de très étrange se produisit. Faith semblait avoir vu quelque chose. Elle se leva. Je ne la suivis pas dans un premier temps, me contenant d’observer son parcourt. Sur notre petit îlot, il n’y avait pas grand-chose à faire. Devant maintenant me retourner pour la voir, je la quittais du regard, portant mon attention au feu. J’y rajoutais un peu de bois maintenant qu’il avait bien démarré. « Niall. Niall. » Avec les craquements du feu, j’en avais presque loupé la petite voix de Faith. Quelque chose n’allait pas. Je me retournai pour la voir face à un buisson. De là où j’étais je ne pouvais pas voir ce qu’elle fixait de la sorte. « Il faut que tu viennes. Vite. Vite s'il te plaît. » Je bondis sur mes pieds et réduisit rapidement l’espace qui nous séparait. En arrivant à sa hauteur, je le vis. Le corps d’un enfant. Au milieu des marécages, nous n’avions pas senti l’odeur du corps qui avait commencé à se décomposer. Maintenant que je l’avais en face de moi, ça empestait. Je retins un haut le cœur. Ce n’était pas le moment de flanché. J’attrapai Faith et la pris dans mes bras, enfouissant sa tête contre mon torse. Elle n’a pas besoin de voir quelque chose aussi horrible que cela. Pendant ce temps, je détaillais avec dégout le cadavre de l’enfant qui venait d’être découvert. Ce n’était pas le premier cadavre humain que je voyais. Il y avait eu cette femme que j’avais retrouvée agonisant dans son sang avant de quitter Édimbourg. Je me souviens encore de la panique qui m’avait saisi à l’époque. J’aime autant vous le dire de suite, on ne s’y fait pas. En tout cas, moi je ne m’y fait pas. La vue des orbites enfoncées, des phrases cousues à même la chair la peau arrachée et découpée, le trou béant à la place du cœur. Je devais avoir perdu mes couleurs. Rapidement, je fouillais mes souvenirs pour essayer de me rappeler les gestes qu’avaient eues les ambulanciers pour moi cette fois où j’avais retrouvé cette femme. Rien ne me vint à l’esprit si ce n’est que je devais éloigner Faith du corps. D’autorité, je l’éloignais de là, la ramenant près du feu. Je fis attention à ce qu’aucun comment elle n’ait le corps dans son champ de vision. Je la fis s’asseoir et m’accroupis à côté d’elle pour qu’elle puisse profiter de la chaleur du feu. La chaleur, c’est bien, ça réconforte un peu le corps. J’attrapai son visage avec douceur et délicatesse, la forçant à me regarder dans les yeux. Les mots me manquent, je ne sais pas quoi dire ou faire dans ce genre de situation. J’ai envie de vomir, de prendre Faith avec moi et de disparaitre comme si nous n’avions jamais mis les pieds sur cet îlot. Du pouce, j’essuyai une de ses larmes. Aller observer le corps ne servirait à rien mais on avait ôté la vie d’un enfant ici. Je doute qu’il y ai un Scotland Yard dans le coin qui va se charger d’examiner le corps pour essayer de trouver le coupable. De toute évidence, il ne s’agit pas de l’un des nombreux monstres qui peuplent ce pays. Ce n’aurait pas été aussi minutieux dans la monstruosité. Cet endroit avait bel et bien toujours le chic pour se rappeler à vous au pire moment possible. A chaque instant où l’on se pense enfin au calme, que l’on profite de la présence de quelqu’un ou d’une situation agréable, il faut toujours qu’il y ait quelque chose pour nous rappeler où nous sommes. Comme si chaque instant de calme avait un prix. « Faith. Respire lentement. Il faut que tu te calmes. Il ne t’arrivera rien tant que je suis là, ok ? » Bien que je devais être livide, je forçais ma voix à être assurée et stable. Il ne fallait pas que nous soyons deux à paniquer. Suivant mon propre conseil, je calmais ma respiration.

Du coin de l’œil, je pouvais voir le corps à moitié sorti du buisson. Cela me fendait le cœur tout comme cela m’intriguait. Quel était le but d’une telle démarche ? Ce monde n’était pas suffisamment malade comme cela ? Il fallait en plus qu’on se mette à tuer les enfants ?! « Je… » Je n’étais pas bien sûr d’avoir envie de finir cette phrase. Pourtant, je savais que je le ferais, transporté par ma curiosité et le besoin de compréhension. « Je vais y jeter un œil, essayer de comprendre ce qu’il s’est passé. Reste ici, près du feu. » Je ne voulais pas qu’elle soit à nouveau confronté à pareil spectacle. Lentement, je me levais. Je m’approchais du buisson et m’accroupis à ses côtés, retenant ma respiration. Je l’observais un instant, prenant note des détails mentalement. Je ne suis pas un héros ni un policier mais je pouvais faire attention à ce qui m’entourais. Alors que j’étais en train de déchiffrer une phrase cousue à même la chair, s’en fut trop. L’odeur, la peau arrachée, le sang, les yeux manquant, je m’éloignais pour aller rendre le contenu de mon estomac un peu plus loin. C’était un enfant bordel de merde ! Quel genre de malade pouvait faire ça à un enfant ?! Tandis que j’en étais à vomir ma bile, je sentis un long frisson glacer me remonter le long du dos. Je n’aurais pas dû m’approcher autant du corps. Finalement, je retournais m’asseoir auprès de Faith, essayant de trouver la bonne chose à faire. « On ne peut quand même pas le laisser là... » Soufflai-je, pas bien sûr d’avoir envie d’approcher à nouveau le corps du gamin. Ce monde fou avait peut-être son propre simulacre de police, cet enfant devait bien avoir des parents bouffés par l’inquiétude et l’espoir. Il serait facile d’offrir le corps aux marécages en guise de sépulture mais je ne me sentirais pas meilleur que la personne qui a commis cet acte barbare. Je ne voulais pas non plus mêler Faith à ce genre de décision mais il allait bien falloir qu’on fasse quelque chose. En tout cas, je me refuse à le laisser là, dans ce buisson.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insanekids.forumactif.org/t300-niall-puisque-je-vous-dis-que-j-ai-pas-de-puce http://insanekids.forumactif.org/t301-niall-clochard-pour-clochard-le-lieu-c-est-un-detail
avatar

❝ le pays des merveilles reste amoché dans ton coeur ❞

✢ DENTS PERDUES : 931
☩ CERVELLES GAGNÉES : 1960
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 23/07/2014
✢ PSEUDO : Little Wolf
✢ AVATAR : Dasha Sidorchuk
✢ CREDITS : Dreamy et Tumblr.
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : le lapin blanc aux grandes oreilles.
✢ DANS TES POCHES : Elle n'en a pas. C'est pas très malin de mourir en robe !
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Etudiante en droit. Elle souhaitait faire justice et défendre les causes perdues.
✢ LOCALISATION : Au fond d'un trou, au bord du gouffre. Seule dans tout les cas.


Elle te tendrait la main en te faisant de douces promesses. Petite idiote au regard félin, elle ne cesserait de chercher le bonheur. En se mordant la lèvre, elle te raconterait que sa nouvelle vie l’attend. Douce fleur naïve qui pense que la mort la rend libre. Elle voyait son reflet dans leurs yeux, sentait encore le contact physique dans ses rêves. Elle ne pense qu'à eux, ses hommes qui ont bousculés ses croyances. Un père, un ami. La colombe devrait pourtant se méfier de l'inconnu.



Faizeckiel and Fainiall. What else ?

Spoiler:
 

✢ JE EST UN AUTRE : SexyNono !
MessageSujet: Re: (Niall&Faith) Don't wanna let you down but I am hell bound. Though this is all for you, don't wanna hide the truth. (PNJ accepté)   Dim 14 Sep - 21:10