AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Les conséquences de la première INTRIGUE de WHYDA, c'est par ici ! :proud: :cat:
N'hésitez pas à REMONTER WHYDA sur bazzart ou prd :hin: :fox:

Ce n'est pas parce que le forum a une annexe sur les troubles qu'il est obligatoire de jouer un personnage malade.
UN SAIN D'ESPRIT c'est tout aussi bien. :rabbit: What a Face
Il est obligatoire de BIEN lire les annexes, auquel cas le staff vous mordra les fesses. :ivil:
Nous n'acceptons pas les pseudos à initiales - retournons aux origines simplistes les enfants. :aw:
Entre autre, pour continuer sur les pseudos, les prénoms trop excentriques (drogue, alcool
:chaat: ou autre totalement improbable) sont INTERDITS, merci de rester réalistes. :chaat:
Les personnages du pays des merveilles ne sont pas acceptés, seuls les morts peuvent passer ! :maw:

Partagez | 
 

 nothing but trouble (+) omega

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: nothing but trouble (+) omega   Lun 23 Juin - 19:34



maxim-ace omega prior
un, deux, trois, nous irons au bois


nom ☩ prior, son nom officiel, celui de sa famille adoptive. pour ce qui est de l'officieux, celui de sa famille biologique, elle n'en a aucune idée. pour être honnête, elle n'a jamais cherché à le trouver. prénom ☩ maxim-ace pour ce qui est du premier, omega pour le second. comme ni l’un ni l’autre n’est socialement acceptable, elle préfère tant qu’à faire qu’on l’appelle omega que maxim-ace ou encore maxim. c’était d’ailleurs uniquement lorsqu’elle était dans de sales draps que les adultes l’appelaient ainsi. âge ☩ seize ans, presque dix-sept, mais pas encore tout à fait. ou tout du moins, c’est l’âge qu’elle avait ce fameux jour d'avril. Et, si elle a bien compris, c’est également l’âge qu’elle aura pour le reste de sa "vie" (ou… "existence", plutôt, disons). date de naissance ☩ elle est née le treize juin quatre-vingts-dix-sept. un vendredi. lieu de naissance ☩ londres, vraisemblablement. c'est ce qu'on lui a toujours dit. mais depuis quelques temps, elle a quelques doutes et hésitations à ce sujet. après tout, si on lui mentait pour une chose, pourquoi ne lui aurait-on pas menti pour une autre ? statut social ☩ célibataire, peut-être parce que trop jeune, ou peut-être surtout parce que plutôt solitaire. ce qu'elle faisait avant ☩ elle était lycéenne, élève en première dans une grande école londonienne (dans laquelle elle ne se sentait d'ailleurs pas du tout à sa place). mais c'est de l'histoire ancienne, désormais, et bien qu'elle ait été en  option mathématiques fortes, elle commence tout doucement à oublier les racines complexes, les dérivées, et les systèmes d'inéquations à x inconnues. arme ☩ le cheval bâton. avant sa mort, elle avait une trouille bleue de ces sales bestioles broutantes. celle-ci lui plaît d'autant mieux, surtout qu'elle lui a déjà sauvé la vie à au moins cinq -ou six- reprises. en plus, il ne hennit pas, et n'a pas besoin d'être nourri. que d'avantages. traits de caractère ☩ solitaire ; sarcastique ; acerbe ; un peu mythomane sur les bords, il lui arrive souvent d'enjoliver la vérité pour s'épargner des embrouilles ; hypocrite ; impulsive ; curieuse ; impulsive ; patiente ; bien élevée ; têtue ; rusée ; mature ; fourbe ; discrète ; déterminée ; susceptible ; peut s'avérer blessante parfois (lorsqu'elle décide de laisser son hypocrisie au placard et de se montrer plus franche) ; lunatique ; travailleuse ; charismatique ; patiente ; diplomate (la plupart du temps, sauf quand on la cherche un peu trop) ; crédits ☩ mockingjay ; wild cookie.






Les questions du chat


conte-nous ta mort ☩ développez en quelques lignes les circonstances de votre mort. N'hésitez pas à faire dans l'originalité ! Si vous avez besoin d'aide pour la mort: vous pouvez nous envoyer un MP en cas de panne !

que penses-tu du pays des merveilles actuel ? ☩ développez en quelques lignes votre opinion sur le pays des Merveilles et la situation instable dans laquelle il se trouve suite à l'accident d'Alice.

et sinon, tu dois bien avoir un endroit préféré en ce lieu, non ? ☩ en quelques lignes votre endroit préféré, parce que ce pays a beau être un cauchemar ambulant, on a tous un endroit pour se reposer et qu'on aime inconsciemment.



Les détails du lièvre


10 choses à savoir sur ton personnage. 10 choses à savoir sur ton personnage. 10 choses à savoir sur ton personnage. 10 choses à savoir sur ton personnage. 10 choses à savoir sur ton personnage. 10 choses à savoir sur ton personnage. 10 choses à savoir sur ton personnage. 10 choses à savoir sur ton personnage. 10 choses à savoir sur ton personnage. 10 choses à savoir sur ton personnage.





Dernière édition par Omega Prior le Jeu 26 Juin - 12:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: nothing but trouble (+) omega   Lun 23 Juin - 19:34



Tes maux et tes mots
it's too cold for you here.


« first ; birth »

C
e bébé-là est né sans identité. Un père absent, enfui depuis longtemps. Une mère presque tout aussi ailleurs, d'ailleurs. Elle était là, certes. Oui, elle était là. Mais elle n'était pas mère. Ne l'avait jamais été, et ne le serait probablement jamais. Elle était juste une de ces gosses à peine sorties de leur berceau rouillé, une de ces enfants des bas quartiers londoniens qui doivent se battre pour survivre dans cette société qui ne permet qu'aux aisés de vivre dignement. Mais à la place de ça, ces gosses-là, elles faisaient d'autres gosses. Peu importe avec qui, quand, où, peu importe du moment qu'elles tombaient enceintes. Puis c'était pas difficile, ou presque pas. Presque plus. Fallait cacher le rejeton, coûte que coûte, tout faire pour que leur ventre enflant et disgracieux ne soit pas visible. C'était la première partie difficile. Puis il leur suffisait de se rendre ici, de le sous-sols humide de cette vieille baraque délabrée, dans lequel ne se trouvait, en son milieu, qu'une archaïque table de bois bancale, grinçante, sur laquelle elle n'avaient plus qu'à accoucher. C'était la deuxième partie difficile. Pas de péridurale, non, pas d'anti-douleurs pour ces petites gamines de parfois quatorze ans à peine, qui n'avaient encore posé qu'un pied en-dehors de l'enfance, pas encore adultes. Fallait masquer leurs cris, ceux de leurs bébés. De toute façon, personne ne les entendait. Elles étaient presque seules, dans ce taudis. Et ceux qui les accompagnaient n'en avaient que faire de leur souffrance. Elles l'avaient bien cherché, de toute façon.

Parfois, ça se passait pas bien. Parfois, le bébé ne respirait pas. Parfois, c'était la gamine qui s'arrêtait de respirer. Ces fois-là, rares étaient ceux qui pleuraient. La gosse morte devenait juste une paumée de plus sur la liste des malchanceuses. Le petiot décédé n'était rien de plus qu'une perte de temps.

Celles qui survivaient, et dont le bébé naissait sain pouvaient oublier tous leurs soucis antérieurs, pour quelques temps. 'On' leur prenait le mioche, et sans même qu'elles aient eu le temps de l'entre-apercevoir, 'on' le vendait. Puis 'on' leur donnait leur commission. Entre dix et vingts pourcents, la plupart du temps. Un peu plus, pour celles qui acceptaient de livrer leurs corps d'enfants aux dérivations sexuelles qu'on' voulait leur faire. Moins, pour celles qui se rebellaient. 'On', c'était les autres. Ceux qui attendaient. Ceux qui prenaient le bébé. Ceux qui les vendaient. Ceux qui, eux, ramassaient le gros pourcentage de la vente. Ces macs de la procréation qui s'enrichissaient sur le désespoir des autres, de ces gamines sans défense d'une part, et d'autre part, sur ces couples fortunés incapables de concevoir un enfant.

'On', c'était ceux qui avaient vendu ce bébé-là. Ce bébé-là dont la mère, quinze ans et des poussières, avait clamsé juste après son accouchement. Ce bébé-là qui leur rapporterait du coup cent pour cent du bénéfice total de la vente. Ce bébé jackpot-là.

Ce bébé-là, c'était une petite fille, mais je suis même pas certain qu'on' savait la différence entre les deux. 'On' l'a vendue presque cinq cent mille livres. 'On' était content.

Et ce bébé-là commença sa petite vie tranquillement, comme si de rien n'était. Sa nouvelle famille la baptisa Omega. Comme la dernière lettre de l'alphabet grec. Comme elle était en quelque sorte sorte le bébé de la dernière chance. De son passé, elle ne connaîtrait jamais rien. En principe.

« second ; childhood »

E
lle avait toujours su qu'elle n'avait jamais fait partie du monde dans lequel elle avait pourtant été élevée. Elle ne s'était jamais sentie à sa place, nulle part. Que ce soit dans les robes étriquées qu'elle devait porter pour aller à la messe le dimanche, au beau milieu d'une fête mondaine organisée par ses parents, ou peu importe où, nulle part. Elle était l'électron libre, celle qui ne savait se ranger, celle qui n'était pas comme les autres, jamais.

On dit souvent que les enfants savent des choses que les adultes sont incapables de voir. Ils avaient vu qu'Omega n'aurait jamais vraiment dû être là. Ca ne se faisait pas, chez eux, d'être solitaire. Ca ne se faisait pas, pour eux, de se battre. Ca ne se faisait pas, avec eux, de se rouler dans la boue et de sauter dans les flaques d'eau. Il fallait être sage, poli, quelles que soient les circonstances. Omega n'avait jamais été comme ça. De sagesse, de politesse, elle savait en faire preuve, là n'avait jamais été la question. Mais jamais elle n'acceptait pas de s'écraser. Elle n'hésitait pas à répondre à une remarque, à une moquerie, à une attaque. Et des remarques, de ses professeurs, il en pleuvait. Des moqueries, de ses camarades, elle en essuyait. Des attaques, de qui que ce soit, elle en prenait. Plein la gueule, même, si j'ose dire. Et pour cela, Omega n'avait jamais vraiment acceptée. Ni par ses camarades, ni par son entourage, ni par les trois écoles desquelles elle avait été expulsée. Du coup, elle avait été scolarisée à domicile. Et c'était tant mieux. De toute façon, elle avait toujours préféré être seule. C'est comme ça.

Mais ce n'est pas pour ça qu'elle était malheureuse, au contraire, ou du moins, pas à cette époque-là. Elle avait beaucoup de passions, Omega. Elle aimait beaucoup dessiner, faisait du tir à l'arc, jouait du violon (très mal, d'ailleurs). Elle aimait courir après les pigeons pour leur faire peur, verser du sel sur les limaces pour les voir ensuite se ratatiner peu à peu, couper les pattes des araignées qui avaient eu la mauvaise idée de se promener sur le plancher de sa chambre. Elle s'ennuyait rarement, étant gamine. Et elle s'amusait bien, aussi. Même seule.  

« third ; adolescence »

B
ientôt elle saurait. Enfin elle saurait. Elle saurait ce qui se raconte dans son dos depuis si longtemps. Elle saurait ce que sa mère avait à dire à son père, quelques heures auparavant, alors qu'ils étaient occupés à dîner. C'était Omega elle-même qui avait déclenché la discussion, après avoir été particulièrement méchante à l'égard de sa soeur, et lui avoir vilement balancé une vilaine pique au visage, au sujet de l'une de ses récentes crises de nerfs. En la tournant au sarcasme, la jeune fille avait espéré qu'elle passe inaperçue, ou du moins, que personne à table ne la relève, comme c'était le cas la plupart du temps qu'elle se montrait cynique. Elle avait remarqué que lorsqu'elle parlait de la sorte, sa famille avait tendance à laisser couler. Peut-être pour lui faire croire qu'elle n'intéressait personne avec ses remarques acerbes, peut-être parce que ses parents pensaient qu'au moins d'attention ils lui portaient dans ces moments-là, au moins elle aurait envie de réitérer, ou plutôt, et c'était l'option pour laquelle penchait Omega, parce qu'ils savaient pertinemment qu'elle avait toujours le dernier mot, dans n'importe quel cas.

Pourtant, cette fois-ci, ses parents ne s'étaient pas tus. Sa mère s'était brusquement tournée vers son père, espérant sans doute que celui-ci réprimande sa fille sur son comportement. Ce qu'il avait fait, et ce à quoi elle avait répondu par un simple "oui, papa, désolée", agrémenté un très joli sourire (qu'elle ressortait très souvent dans ces cas-là), et qui lui aurait fait pardonner même un meurtre. Mais cela ne s'était pas arrêté là, et la mère avait presque ordonné au père qu'ils se retrouvent après le dîner, pour une petite discussion en tête à tête. Omega avait tout de suite su qu'elle en serait le sujet de conversation principal, comme d'habitude. Et comme d'habitude, alors qu'ils la croiraient endormie dans sa chambre du deuxième étage, elle redescendrait les escaliers de bois et se glisserait jusqu'à la cuisine, pour tenter d'écouter des bribes de la conversation.

Le carrelage était froid, ce jour-là. Le ton de ses parents aussi. Elle n'avait pas directement compris ce qu'ils se disaient; elle ne comprenaient que certains mots. Pourtant plutôt perspicace, elle avait dû écouter la conversation pendant plus de dix minutes pour comprendre tout à fait de de quoi elle relevait. Un bébé. Acheté. Cher. Pas de parents. Des regrets. Mauvaise décision. Elle. Omega.

Surprise, pas tant que ça. Déçue, sans doute peut-être un peu. Mais pas parce que ses parents ne lui avaient rien dit, non. Parce qu'elle aurait dû s'en douter.  




Derrière le masque


pseudo sur internet ☩ je change cinquante-six fois par mois normalement, mais là ça s'est un peu stabilisé, et c'est *snags, du coup. mais je préfère qu'on m'appelle par mon prénom. prénom ☩ margaux. âge ☩ seize ans et toutes mes dents (plus deux dents de sagesse que je devrai pas enlever, nananinanère). comment t'es arrivé(e) ici ? ☩ par le terrier du lapin blanc, quelle question. tu penses quoi de tout ça ? ☩ en tant que mascotte je pense pouvoir vous dire qu'il est très très moche et que franchement j'suis déçue mais bon j'viens quand même pour vous faire plaisir kwa :chica: le code ☩ c'est validé par king moustache.  :pervers:  un dernier mot ? ☩ omega la patatée est de retour (pour vous jouer un mauvais tour) :superman: .





Dernière édition par Omega Prior le Jeu 26 Juin - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

❝ la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien l'accepter ❞

✢ DENTS PERDUES : 1031
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2124
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 06/05/2014
✢ PSEUDO : RUTLEDGE ASYLUM.
✢ AVATAR : aaronjohnson.
✢ CREDITS : heyjude.
✢ AGE DU PERSONNAGE : il avait 25 ans, et pour toujours, il aura 25 ans.
✢ JE SUIS : alice, la gosse.
✢ DANS TES POCHES : ☩ (x4) bombes lapin-fumées ☩ (x1) corde ☩ (x2) potions miniatures ☩ (x1) filet électrique
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : il venait de sortir de la fac, voulait faire sa propre boîte. L'a pas eu le temps, le karma a pas joué en sa faveur.
✢ LOCALISATION : sûrement... sûrement, pft, qu'est-ce qu'il en sait au final. En compagnie de Marley, ça c'est sûr, où exactement telle est la question.


BANG. BANG.

Save myself? From death? is that it? Is that why I've come here? I'm not afraid to die. Times I've welcomed death!