AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Les conséquences de la première INTRIGUE de WHYDA, c'est par ici ! :proud: :cat:
N'hésitez pas à REMONTER WHYDA sur bazzart ou prd :hin: :fox:

Ce n'est pas parce que le forum a une annexe sur les troubles qu'il est obligatoire de jouer un personnage malade.
UN SAIN D'ESPRIT c'est tout aussi bien. :rabbit: What a Face
Il est obligatoire de BIEN lire les annexes, auquel cas le staff vous mordra les fesses. :ivil:
Nous n'acceptons pas les pseudos à initiales - retournons aux origines simplistes les enfants. :aw:
Entre autre, pour continuer sur les pseudos, les prénoms trop excentriques (drogue, alcool
:chaat: ou autre totalement improbable) sont INTERDITS, merci de rester réalistes. :chaat:
Les personnages du pays des merveilles ne sont pas acceptés, seuls les morts peuvent passer ! :maw:

Partagez | 
 

 helen, i'm searching for a brain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Helen Austen
Helen Austen

❝ on peut changer en bien ou en mal ❞

✢ DENTS PERDUES : 127
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2113
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 11/07/2014
✢ PSEUDO : clemisch
✢ AVATAR : suzanne clément
✢ CREDITS : manylittlethings ♥
✢ AGE DU PERSONNAGE : quarante-six
✢ JE SUIS : l'impérissable reine rouge
✢ DANS TES POCHES : un pochon de coke, une paille de papier usagée, mes éternelles chesterfield, un zippo, diverses cartes inutilisables, une photo de clarence et de moi même dans mon soutien gorge
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : esthète collagiste partageant des messages avec le monde
✢ LOCALISATION : dans les méandres piétinées de mon existence
helen, i'm searching for a brain. F48pPkZ
✢ JE EST UN AUTRE : pas à ce que je sache
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptyVen 11 Juil - 18:56



Helen Austen
Toute débauche parfaite a besoin d'un parfait loisir.


nom ☩ Austen, typiquement Anglais. Oui, j’ai un accent tout à fait craquant. prénom ☩ Helen, très certainement issu de la passion de ma mère pour l’Illiade. âge ☩ Quarante-six ans. date de naissance ☩ Le vingt mars mille neuf cent soixante-huit. lieu de naissance ☩ A Londres, melting pot anglais, au Royaume Uni. Mais je suis une pure américaine de cœur. statut social ☩ Célibataire endurcie invétérée. ce qu'il faisait avant ☩ J’ai étudié à l’université des arts de Londres, en m’intéressant tout d’abord à la mode mais il se trouve que les dessous de ce domaine m’aient quelque peu dégoûté. Je me suis donc tourné vers les mass-médias, devenant une artiste collagiste reconnue, que mon pauvre galeriste exploité durant des années, regrette fortement actuellement. Jean Cocteau disait qu’il fallait être un homme vivant et un artiste posthume. arme ☩ pistolet à la rose. traits de caractère ☩ distante, solitaire, inaccessible, indomptable, fière, franche, spontanée, obstinée, combative, perfectionniste, rêveuse, mélancolique, passionnée, cultivée, esthète, sensible, versatile, naturelle, authentique, simple, caractérielle, excessive, égoïste, aimante, chaleureuse, réaliste, tourmentée. crédits ☩ manylittlethings ♥ (merci merci merci).






Les questions du chat


conte-nous ta mort ☩ A y repenser, je ris. Mon décès est en tous points une incroyable boutade. Voilà maintenant plus de vingt cinq ans que je n’avais pas mis les pieds à Londres. J’y étais retournée pour y monter ma prochaine exposition, que j’avais longuement négociée avec Clarence. En parlant de Clarence, je suis sûre qu’il me tuerait, m’insulterait, me piétinerait, s’il me voyait. Je l’imagine, consterné, menant les opérations d’une main de maître, froid et distant. J’aurais aimé vivre cinq minutes de plus pour m’excuser de tout ce que je lui ai fait subir. Mais je ne regrette pas d’être partie. Je suis morte depuis des décennies. La drogue aura eu ma peau. Douleurs lancinantes, interminables, tétanie, mon corps s’embourbait dans un délire confus avant que mon palpitant ne fasse un infarctus. Un vide lacunaire m’a alors embaumé, jamais une crise d’overdose ne m’a terrassé ainsi. Valium et cocaïne, cocktail détonant. Mon système nerveux n’a guère toléré. Épuisé, il a laissé la fatalité m’emporter. Je le comprends, après tout je pense que j’aurais fait la même chose.

que penses-tu du pays des merveilles actuel ? ☩ Je n’ai jamais été croyante. Et cela va sans dire, que le passage obligatoire à la messe provoquait en moi d’incroyables colères. Mais mon arrivée dans ces étranges lieux, certes à la fois merveilleuse et totalement inconcevable, a fini par faire germer le doute au plus profond de moi-même. Finalement, le dit enfer existerait-il ? Ou serait-ce peut être la drogue, je savais qu’il me fallait arrêter les acides mais tout de même, même Salvador Dali ou le détenteur du record des camés, n’aurait imaginé telle horreur singulière. Peut-on mourir une seconde fois ? J’en doute fortement. Mais si c’est le cas, je ne tenterais pas le diable, je ne veux guère tomber plus bas qu’ici.

et sinon, tu dois bien avoir un endroit préféré en ce lieu, non ? ☩ Les pleurs, signe purement mélodrame. Mais j’aime ça, sangloter. Alors, pour me sentir en toute confiance, je rejoins la vallée des larmes, où je trouve la sérénité. Cet endroit confère à cet univers une sorte de quiétude tout à fait non négligeable. Je peux y rester des jours et nuits entières à y faire le vide, m’amnistier la mémoire. Sa poésie m'emporte et l'eau si cristalline, m'empêche de contempler mon reflet, ou du moins ce qu'il en reste.



Les détails du lièvre


Helen est née dans une famille de classe moyenne, dont le père, ayant quelques problèmes avec l’alcool, était plus ou moins débordé pour être présent. Sa mère endossa alors les deux rôles, alliant une éducation presque militaire à une douceur revêche. Elle possèdait une sœur, Sybille. Helen et cette dernière étaient les seuls enfants du clan Austen. Elles étaient donc très proches et fortement complices. Mais cette sincère connivence se dégrada au fur et à mesure que les années passaient, ne restant alors plus que de leur relation, ces quelques mails désespérés envoyés sans aucune conviction. Les deux sœurs se mirent à fréquenter le monde des raves et des free party durant la fin de leur adolescence. Helen y a prit connaissance de ses premiers émois amoureux, de cette toute nouvelle sensation de liberté et de bien-être, qu’elle n’a depuis jamais quitté. Entre les deux jeunes sœurs, ce fut l’apogée, elles ne pouvaient pas plus s’aimer. Suite à ses études, à l'orée des vingt trois ans, Helen s’est rendue aux Etats-Unis afin d’y faire carrière. Elle avait eu l’occasion de se faire quelques contacts dans le métier par le biais de stages et de voyages, et était fermement décidée à poser ses valises  au pays de l’oncle Sam. Elle était cocaïnomane. D’innombrables substances illicites ont pénétrés son organisme, maintes et maintes fois, qu’elle a fini par ne plus compter le nombre de prises. Elle a tout essayé, mais le st Graal, la crème, le fleuron, la quintessence, le fin du fin, c’est bien la mère Cocaïne comme aimait l’appeler Helen. A ses vingt cinq ans, elle fit un déni de grossesse. Aimé, son petit ami de l’époque, avait trafiqué ses pilules contraceptives. Apprenant l’origine de sa grossesse non désirée, Helen prit la fuite, abandonnant amant et enfant, ne supportant pas qu’on puisse l’enfermer contre son gré. Depuis, elle versait une pension tous les mois à son fils dont elle ignorait même le nom, c’est le seul contact qu’elle n’ait jamais gardé avec lui. Quant à Aimé, elle a définitivement coupé les ponts, à son instar qui a tenté plusieurs fois de renouer avec elle. Vingt ans après la naissance de son fils, Helen est tombée dans une grave dépression, due à de lourdes fuites sur sa vie privée qui conduisit à un énorme coup médiatique. Ainsi, elle reçue bon nombre de lettres de jeunes hommes attestant être le dit garçon Austen. Helen resta plusieurs mois enfermée, sans voir personne ou presque, multipliant les prises de drogue, délirant sur les souvenirs lointains de son bambin. Solitaire et esseulée, elle supporte peu la présence de ses confrères. Tout particulièrement celle des femmes, dont elle n'est guère une fervente admiratrice. Aussi, il y a quelques années, elle s’était offert un dalmatien, rare être vivant qui puisse bénéficier de l’attachement d’Helen. C’est une amoureuse éperdue, impérissable célibataire qui a pour règle d’or de ne jamais s’attacher à qui que ce soit. Alors elle papillonne, passe d’une relation à une autre, aime chacun de ces hommes un instant, durant un moment de passion et disparaît à jamais de leur existence. Pour étouffer toute rumeur de flirts qui éviterait d’autres pressions médiatiques, le galeriste et meilleur ami d’Helen depuis son entrée dans le monde de l’art contemporain, a conclu un marché avec cette dernière, un mariage et un domicile conjugal factice. Ainsi, elle pouvait plus ou moins vagabonder comme bon lui semblait, amenant ses invités dans sa garçonnière se trouvant en banlieue, jouant l’épouse modèle quand elle ne passait pas ses nuits avec d’autres hommes. Son arrivée au Pays des Merveilles fut une des expériences les plus étranges vécues au cours de sa vie. Elle ne s'en remet d'ailleurs toujours pas, persistant dans sa solitude, broyant du noir.





Dernière édition par Helen Austen le Mer 27 Aoû - 23:22, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t233-helen-i-m-searching-for-a-brain#4112 https://insanekids.forumactif.org/t286-helen-a-pain-that-i-m-used-to
Helen Austen
Helen Austen

❝ on peut changer en bien ou en mal ❞

✢ DENTS PERDUES : 127
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2113
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 11/07/2014
✢ PSEUDO : clemisch
✢ AVATAR : suzanne clément
✢ CREDITS : manylittlethings ♥
✢ AGE DU PERSONNAGE : quarante-six
✢ JE SUIS : l'impérissable reine rouge
✢ DANS TES POCHES : un pochon de coke, une paille de papier usagée, mes éternelles chesterfield, un zippo, diverses cartes inutilisables, une photo de clarence et de moi même dans mon soutien gorge
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : esthète collagiste partageant des messages avec le monde
✢ LOCALISATION : dans les méandres piétinées de mon existence
helen, i'm searching for a brain. F48pPkZ
✢ JE EST UN AUTRE : pas à ce que je sache
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptyVen 11 Juil - 18:56



Tes maux et tes mots
The moment I met you, I knew I was in for something extraordinary.

Aimé



Rue de Dresde. J’ai toujours particulièrement admiré l’art des Expressionnistes Allemands. Ces traits décharnés, ces couleurs exubérantes, criardes, cette authenticité expressive. Je sentais dès lors, cet air de changement venu d’un autre temps me traverser, sortant tout droit de ces scènes de rues dépeintes par de jeunes artistes, révolus à batailler contre cette modernité tellement effrayante les accablant. Nous étions là, béats devant cette violence picturale, où nos regards se sont croisés dans un échange spontané. « Je vois que vous appréciez Kirchner », souffla t-il d’un ton expert et enjôleur. Dans un sourire accessible, je répondis de ce même ton compétent. « Je n’en reviens pas d’enfin voir ce tableau. Il illustre si bien l’aliénation psychologique de son époque, au travers d’une règle stricte qui est de ne pas en avoir. » Die Brücke était maintenant un prétexte, une excuse à l’idylle venant de germer entre nos deux personnes. Tous les mois, nous faisions le tour du Moma afin d’y découvrir à chaque fois les nombreux trésors qu’il recelait, en prônant le passage devant Rue de Dresde, franchissement devenu obligatoire et symbolique au travers de notre propre temps.
___
Aimé était le genre de type inabordable. Un homme présomptueux, un tantinet méprisant, parfois même provocant. Il était de cette classe aisée et ploutocrate dont la vie s’était bien gardé de faire accroître. Son accent aux sonorités françaises bien prononcées, attisait cette facette orgueilleuse que je n’appréciais guère chez lui. Sa suffisance était sa plus haute dignité, quand bien même il me prit sous son aile, moi, pauvre fille de quartier à peine diplômée. Je ne supportais plus l’air britannique, étouffant et morne. Les vapeurs rances d’alcool, de vin frelaté et de décomposition embaumaient le domicile familial. Je ne pouvais guère plus tolérer cette suffocation palpable, au sein même de ma fratrie. Seule ma sœur eut le courage de braver cette routine abjecte. Oserais-je dire que j’ai étais lâche ? Non, j’ai également mes mauvais penchants. Je n’ai donc pas hésité une seule seconde à dissimuler à Aimé les deux premières décennies de mon existence. Nous ne parlions point de nos familles. L’intérêt de notre relation se portait essentiellement sur le profit, la jouissance de la vie. Nous dégustions tout ce qui nous entourait, jour après jour, sans avoir la crainte du lendemain. Entre deux vernissages, deux visites d’exposition, nous profitions à notre manière, simplement, passionnément. Mais au fil des mois, Aimé tenait tout particulièrement à fréquenter plus amplement les gens de la haute comme il disait. Entre un verre chez une amie photographe, un café chez un ami mécène, un brunch chez une connaissance galeriste, nous n’arrêtions pas les facéties, entre sourires erronés et intérêt mensonger. Tout n’était plus que réduit à l’illusion. Aimé enrageait de plus belle, jaloux de ce que je possédais, et de ce qu’il ne pourrait jamais obtenir, la liberté. Je m’enfonçais chaque fois un peu plus dans mes passes temps, délaissant le monde de l’art, bien trop factice à mon gout. Certes, Aimé m’apportait sécurité, contact et protection, mais son amour n’en était que plus dévastateur. Au plus je le fuyais, au plus il m’enclavait. Ce fut une lourde période, où la drogue était ma seule et véritable compagne. Mes cavités nasales étaient à chaque fois blanches quand je rentrais dans notre appartement au centre ville de New York, milieu qui avait fini par m’épuiser tant il était uniforme, bourré de ces clichés bourgeois, rempli de ces meubles extrêmement onéreux. Plats de luxe et mets de choix emplissaient nos placards et réfrigérateurs. Moi, tout ce que je voulais, c’était bouffer d'la merde à même les mains, quelque chose de repoussant, de grossier, d'épais. Je voulais retourner par-dessus tout à la crasse. Je m’étais mise à fréquenter les lieux les plus sordides, les plus souillés de tout New York. Toujours plus de drogue, de la coke plein le nez, et dans un élan d’assurance, encore plus de disputes, à chaque fois monumentales. J’ai fini par le tromper, dans une soirée quelconque, où à mon niveau d’ivresse, je ne contrôlais plus rien. Ma vie était devenu un impayable, faramineux, invraisemblable bordel.
___
Sous cocaïne, on se fiche pas mal de ce que peuvent bien penser les gens. On surpasse nos complexes, on prend de l’assurance, tout semble tellement plus simple. Une fois la redescente passée, on en reprend et c’est ainsi que le cercle vicieux s’installe et s'ancre à jamais. On a besoin de sa dose quotidienne de conviction, on ne peut guère plus s’en passer. Une nuit, après une sortie fortement tardive, je fus prise par de renversantes douleurs. J’ai pensé à une crise. J’ai alors tout essayé mais rien n’y faisait, mon corps était en train de couler et tout ce que je pouvais faire c’était de le regarder périr sans rien pouvoir faire. Un homme bienveillant que je fréquentais à l’époque pour ses expériences hors du commun, m’amena à l’hôpital et qu’elle ne fut pas sa réaction quand il découvrit le réel mal qui rongeait mon organisme. Mon utérus se déchirait sous ses yeux ébahis tandis que mes cris retentissaient à travers tout l’étage. J’étais encore sous les effets de la drogue quand je mis au monde mon seul et unique enfant. Mais il eut le courage de rester jusqu’au bout, supportant mes mains le lacérant, caressant mon front dégoulinant de sueur, ne cessant de prier pour que tout se déroule à terme. Le travail dura de longues et interminables heures, jusqu’à ce que j’entende ce que je n’avais jamais désiré écouter. Ses pleurs étaient cruellement intenables, le contact avec l’enfant fut intolérable. Ce fut Aimé qui le prit en charge, décontenancé qu’il était, arrivé un temps après l'accouchement. Mon corps entier fulminait, entre l’extinction et la rage. Je ne voulais plus qu’une chose, m’enfuir de cette chambre aseptisée qui exhalait la mort et me déglinguer l’encéphale à l’aide de stupéfiants. Mais ils étaient là, à me dévisager chacun à leur manière. A peine né, il m’en voulait déjà. Que pouvais-je bien faire ? J’étais seule, envers et contre tous et le calvaire dura ainsi plusieurs jours. Je ne dormais plus, ne m’alimentait plus et je baignais dans ma propre crasse. Le regard inhabité voguant dans le néant, je me laissais dépérir à petit feu.
___
L’heure du départ venait de percer le ciel, grondant d’une façon menaçante. Mes membres épuisés avaient fait de moi une masse indolente et végétative. Une infirmière m’emmena jusqu’au taxi, ne pipant guère un seul mot, me dévisageant simplement d’un œil diffamateur. Je n’ai point réagi, préférant garder mes dernières capacités pour affronter le chaos avenant. Elle ferma la portière, restant plantée là où elle m’avait laissé. Elle suivit la voiture du regard jusqu’à ce que nous disparaissions dans la jungle urbaine. J’ignore quel était son sentiment sur la situation. Les buildings n’avaient de cesse de défiler à une vitesse fulgurante, dans une vision vaporeuse et imprécise. J’appréhendais les événements à venir, songeant à tout ce qui venait de se dérouler, mais ne réalisant guère. L’arrivée devant l’immeuble me donna des nausées que je ne pus réprimer. Ma bile s’étala sur l’asphalte tandis que je pouvais apercevoir Aimé derrière la fenêtre. Et j’étais là, retardant l’explication, finissant par sortir de ma torpeur, pénétrant alors dans le hall du building. Le reste de mon corps étant amorphe, ce furent mes pieds qui me conduisirent jusqu’à mon étage. La clé s’introduisit dans la serrure dans un jeu d’engrenages et de cliquetis mécaniques, ouvrant alors la porte des enfers. Aimé était là, se tenant toujours devant cette maudite fenêtre. Dans l’ébranlement de mon cerveau, une pensée noire scinda mon esprit. Vas-y, saute. Je m’avançais d’un pas flegmatique tandis qu’il s’évertuait encore à regarder au dehors. Un éclat de voix puéril vint pulvériser le mutisme ambiant, creusant une échappée affligeante dans ma boîte crânienne. Je me retrouvais au sol, les mains sur la tête, la mâchoire serrée, suppliant le retour au silence. Aimé se retourna enfin, le visage creux et neutre, me regardant choir sans une once de miséricorde. « J’espère que tu t’es bien reposée à l’hôpital, que tu t’es convenablement remise de tes frasques. » Il s’avança vers moi, m’agrippant les cheveux. Mes rugissements n’en firent rien. « Tu t’serais pas tapé l’autre enguirlandé de l’autre fois hein ? D’où il sort ce mioche bordel ? Putain Helen si tu ne me réponds pas, je vais commettre une énorme erreur ! » Mes hurlements ne cessèrent point, tant l’affliction était cuisante. Mes sanglots redoublaient de plus belle quand il m’administra une gifle m’envoyant valdinguer au sol. « Arrête, arrête, je t’en supplie arrête ! » Les braillements de l’enfant ne faisaient qu’empirer tandis qu’Aimé, épris par la frénésie, ne voulait rien entendre. « J’en sais rien, étouffais-je dans un reniflement. Je t’assure que j’en sais rien, tu l’as entendu comme moi. J’ai fait un déni putain ! J’ai jamais voulu avoir d’gosse, tu le sais très bien. » Contrairement à Aimé, mon envie de progéniture était totalement nulle. « J’ai toujours pris ma pilule, j’ai toujours fais attention merde ! » Certaines de nos dernières querelles ressemblaient à celle-ci, mais jamais avec un tel degré de véhémence. Je n’avais jamais vu Aimé dans un tel état, bien qu’au fond je savais, que son impétuosité était toute aussi grande que sa fierté. Le peu de forces me restant m’aida à me relever. L’homme que j’avais aimé durant plus de deux ans ne leva pas même un muscle pour m’épauler. Je me tins à la table, vacillante, reprenant mon équilibre avec peine. Ma respiration se faisant plus ardue, je me rendis à la cuisine pour tenter d'esquiver une nouvelle brimade. Mais il n’avait point rendu son dernier mot. « Et si t’arrêtais de prendre toutes ces saloperies, ce gosse comme tu dis, serait en bien meilleure santé et ne serait pas né prématurément ! » Je manquais de m’étrangler à l’écoute de ces derniers mots. Mon sang ne fit qu'un tour et mes cordes vocales surpassèrent les siennes. « C’est tout c’que ça t’fais ? J’te rappelle que je viens de sortir un être vivant de mon ventre, et ça sans que je puisses soupçonner quoi que ce soit ! T’as bien plus de considération pour cet enfant dont tu viens à peine de connaître l’existence que pour moi ! Tu crois pas que j’ai eu ma dose ?! Et toi alors ? Tu t’enverrais pas aussi ces quelques petites putes que t’as osé me présenter à tous ces vernissages merdiques auxquels j’étais obligée d’assister ? N’ose pas dire le contraire, j’ai vu comment tu les bouffais des yeux, y’avait qu’un pas à faire entre ta langue et leur putain d’intimité ! » Il ne cilla point. Mon corps tout entier tremblait, sa réaction ne présageait rien de bon. « Je pars Aimé. Je n’en peux plus. Et lui, c’est la goutte qui a tout fait inondé. Qu’importe la façon dont il est arrivé, je ne le cautionnerais pas. » La riposte ne fut pas bien longue à attendre. Il se jeta sur moi, m’agrippant les bras, enfonçant ses ongles dans ma chair, vociférant à mon visage. « Tu veux savoir comment il est arrivé là ? Tu veux vraiment le savoir ? J’ai trafiqué tes pilules, et chaque fois que j’te baisais, chaque foutue fois où j'entrais en toi, j’avais l’espoir de t’engrosser mais t’étais tellement pas coopérative que bien évidemment, t’as pas fais ça par la voie normale comme toutes les autres bonnes femmes, non, toi t’es pas conventionnelle, tu veux pas être comme les autres. Tu te juges si spéciale mais en réalité, tu n'es qu'une camée, rien de plus, et exemptée de talent en plus de ça ! » La fureur s’empara de mes membres endoloris, et dans un geste examiné, je m’extirpais de mon étreinte, ma tête fracassant son front. J’eus à peine le temps de recouvrir mes esprits et de m’échapper de la cuisine. « Enfoiré, t’es vraiment qu’un enfoiré ! Personne ne m’enferme t’entends ? Personne, est-ce que c’est clair ? Bordel, est-ce que c’est clair dans sa sale tête d’enfoiré de misogyne ? » Nous n’entendions plus l’enfant, la révolte grondait ici bas et nos cris couvraient tout son avoisinant. « Je me casse maintenant et définitivement. Tu m’laisses faire mes valises et tu m’reverras plus jamais. Si tu fais le moindre geste brusque, le moindre faux pas, je te dégomme la tête t’entends ?! » Je m’étais emparée de la statue de bronze de je ne sais plus quelle tapette de figure grecque afin de m’en servir contre toute attaque de sa part. Je ne mis pas une minute pour vider mon armoire au sol, remplir je ne sais combien de sacs, tout en lorgnant de près mon amant passé. J’expédiais les valises dans l’ascenseur, me couvrit de plusieurs manteaux et partit, sans demander mon reste, sans rien laisser m’appartenant. Pas un mot, pas une phrase d’adieu, je ne savais que dire. L'addition s'il vous plaît. Je pris les escaliers, les dévalant à une vitesse folle, manquant de me fouler la cheville un bon nombre de fois. Les valises arrivées au rez-de-chaussée, je les sortis une à une sur le trottoir, hurlant à tout va ; TAXI, m’égosillant la voix de plus belle. On aurait dit une arriérée complètement siphonnée. Je pénétrais dans la première voiture venue, chargeant toutes mes histoires, tous mes souvenirs dans le coffre. Et mes larmes se remirent à couler, sans que je prenne la peine de les sécher.



Clarence



Clarence. Qui est t-il ? Je n’en sais rien. Très certainement un être de lumière, déposé par je ne sais quelle connerie de force supérieure, afin d’élucider le calvaire qu’est ma chienne de vie. Je n’ai jamais pu clairement définir notre relation. Sûrement car au fond, ça n’en était point une, ou alors, c’est juste qu’on n’avait pas besoin de poser des mots dessus pour crier notre bonheur. Mais étant donné que la société contemporaine se délecte de dénominations inénarrables, je vais finir par vous avouer que Clarence était très certainement mon âme sœur dans ce bas monde.
___
Nous nous sommes rencontrés par le biais de fréquentations communes. En effet, toute histoire a un début et ces prémices ont été bâtis grâce à la plaisante collaboration d’Aimé. A l’époque, nous étions de jeunes cons peu instruits, nous découvrions tous deux le monde de l’art contemporain, qui plus est aux States. Clarence était un jeune artiste conceptuel touche à tout, officiant dans une galerie peu connue de New York, mais qui allait s’avérer sous peu se distinguer incontestablement de ses aînées. Aimé le décrivait comme un génie, une fraîche personne insouciante et non grimée, qui possédait notamment un sacro-saint flair pour l’art. Certains le détaillaient fou furieux, d’autres comme le Robinson Crusoé de la ville. De nombreuses        légendes volaient de ci et là à son sujet dans toute la mégalopole. Je dois avouer qu’il avait de quoi m’intriguer ce diable, à l’époque où chacun me témoignait son avis sur cette personnalité intrigante.
C’était un soir d’été, lors d’une de ces soirées mondaines qu’adulait tout particulièrement Aimé. Organisée dans un pavillon des plus select, l’atmosphère sentait l’opulence, le Luxe avec une majuscule, la surabondance. Les effluves d’alcool étaient elles aussi invitées cette nuit là. Pas d’alcool frelaté, bien évidemment que non, mais des grandes marques de whisky de renom, des vins français à la robe délicate, et bien entendu, cet incorrigible champagne débordant des coupes assemblées en pyramides. Oui, cette soirée était un des clichés sociaux les plus aberrants qu’il m’ait été donné de voir. Je consommais sans aucune pondération, goûtant à toute sorte de breuvage se trouvant dans mon secteur. Le climat disparate était presque retenu malgré la musique très 70’s, en passant par des groupes actuels de l’époque. Aimé avait à nouveau revêtu sa tenue de coq, dévisageant tout ce qui comportait un pénis autour de nous. Ça ne l’empêchait guère d’aller roucouler auprès d’autres de mes compères à vagin. Le temps se faisait long et le taux d’hypocrisie était bien trop élevé pour que je puisse respirer convenablement. Il me prit de sortir un instant, laissant Aimé et la masse substantielle à leurs occupations. Cigarette en bouche, j’eus à peine le temps d’expirer qu’une étincelle crépita, venant éclairer le bout de mon nez. Ma stupeur fut d’égale à mon admiration, tant le spécimen dressé devant moi tenait de l’humilité. « Nous n’avons pas été présentés » souffla t-il de cet éclat de gorge si limpide. Son regard cristallin me coupa la respiration, ne réussissant à balbutier qu’une vaine tentative de réponse. « Clarence ? » Il se mit à sourire, lentement, dévoilant ainsi un alignement parfait de sa dentition, dans une clarté incomparable. « Helen je présume ? » Je ne pus acquiescer autrement que par un hochement de tête, sincèrement farouche. Il me prit la main du bout de ses doigts efféminés et me conduisit dans de nouvelles étendues. Nous étions dans une des nombreuses arrières salles du cottage. La pénombre nous accompagnait, on ne voyait pas plus loin que le bout de son nez. Clarence alluma ce même feu qu’auparavant, démystifiant son visage, interprétant le mien. « J’ai quelque chose pour toi. Ne bouge surtout pas. » Il fit volte face, me laissant dans les ténèbres les plus profondes. Après quelques minutes qui me parurent être des heures, ses doigts vinrent effleurer les miens, me menant jusqu’à une petite table de bois brut quelque peu typique qu’il éclaira de son briquet. Trois lignes de coke étaient posées là, parfaitement linéaires, sans qu’un grain ne s’échappe du rang. Une tige creuse faite d’un bout de parchemin jauni sentant le livre ancien me faisait office de paille. Il me regarda et dans ce sourire qui devint mon pêché mignon par la suite, m’invita à y goûter. Ni une ni deux, mon organisme absorba la substance. Il restait un rail, la cocaïne était d’une pureté. Clarence se pencha, frôlant mon visage de bien trop près, murmurant à mon oreille. « Trop aimable tendre Helen. » Puis plus rien, l’éclat trépassa, laissant place entière à nos deux souffles effrénés. Nous avions trop de choses à nous dire mais nous avions préférés passer sous silence et profiter simplement de cette symbiose naissante. Le mois suivant, j’eus reçu une lettre de Clarence. Heureusement pour moi, Aimé ne contrôlait point encore mon courrier. Il avait fait un croquis, me représentant dans cette pénombre qui avait su nous fusionner. Seuls quelques mots l’accompagnaient, au dos du papier. Pourrais-je entrevoir ta véritable nature ? Je n’avais guère ressenti un tel désir auparavant. Il n’était pas seulement charnel, mon corps tout entier aspirait à en savoir plus, dans des élans qui me semblaient être alors de l’amour. Si cette sensation était réellement ce à quoi je pensais, alors c’était bel et bien la première fois que je tombais amoureuse. Nous nous vîmes de nombreuses fois, où nous passions la majeure du temps à nous observer, à prendre de la coke, à nous observer encore et encore, sans échanger trop de paroles. Clarence concluait chacune de nos entrevues par un dessin, à chaque fois plus poussé, nous faisant dévaler nos plus profonds retranchements. Notre dernier rendez vous s’est terminé par un croquis, me présentant nue. Je n’ai eu depuis, plus aucune nouvelle.
___
Mes valises expulsées de la voiture, je me retrouvais là, figée sur le trottoir morne, sur lequel la pluie avenante venait de déverser ses premiers sanglots. Mes bagages roulèrent dans l’enceinte du bâtiment quelque peu défraîchi par le temps, dont l’exhalation de renfermé me prit au nez. Mes sens étaient décuplés, à vif, et la moindre odeur me donnait des relents. Dans cet immeuble il n’y avait pas d’ascenseur. L’escalier en colimaçon faisait mine de m’observer, provoquant ainsi ma détermination. Va-t-elle réussir à gravir chacune de mes marches ? Il me fut difficile de les fouler, une à une, sachant que je me rendais bien évidemment au dernier étage. L’ascension fut pénible et lente. Arrivée sur le dit palier, mon doigt eut à peine la force de se poser sur la sonnette, qui ne retentit alors qu’une fois tant mon bras était faible. Livide, la lumière intérieure baigna mon visage, lui redonnant quelques couleurs. Il était là, droit comme un i, fier et massif, condescendant. Mon visage esquissa un pâle sourire avant que je m’écroule au sol, sans qu’il n’ait le temps de faire quoique ce soit. Et je me réveillais, dans un accès de soulagement, son expression de joie au dessus de ma tête tel un veilleur bienveillant. « Ne dis rien surtout. Je suis heureux de te voir Helen, je ne t'attendais plus. » Les larmes revinrent au grand galop, illustrant mon ravissement tout autant que mon désarroi. Il me prit dans ses bras, son étreinte fut des plus douces. J’aurais aimé ne jamais en sortir.
___
Ainsi débuta notre interminable association. Certes, nous formions une grande équipe. Clarence m’avait accueilli chez lui, sans aucune condition. Nous nous mirent à parler, à échanger des conversations, à débattre sur des sujets nous tenant à cœur. Après notre première phase d’observation, venait celle de l’approfondissement. Bien évidemment, les sensations ressenties naguère revenaient à grand pas. Ces fourmillements dans le bas ventre, ces papillons volant gaiement dans l’estomac, la chaleur diffuse se propageant dans le corps. Clarence voyait tout cela, mais ne faisait aucun pas. Il était si ésotérique, subtil et occulte. Souvent, il se métamorphosait. C’était une personne changeante, ondoyante, voguant sur des flots incertains. Mais il m’apportait une certaine quiétude. Nous nous complétions chacun à notre manière. Il m’aidait à enterrer mes vieux démons, marchant sur mes affligeants souvenirs. Tandis que je l’inspirais, j’étais sa muse, son regain d’énergie, j’illuminais ses journées comme il faisait briller les miennes. Après plus de vingt ans de vie commune, Clarence et moi n’avions plus aucun secret l’un pour l’autre, hormis un seul. Celui de notre amour. Bien qu’il fût présent entre nous, nous ne pouvions le toucher. Car, quand l’un était attiré, l’autre décampait, et ainsi de suite. Je vous avouerais qu’en matière d’avances, Clarence avait toujours été bien plus entreprenant que moi. Il avait interrompu de nombreuses choses rien que pour moi. Il cessa son activité artistique pour me pousser à reprendre goût à l’art. J’avais des choses à dire, et c’est lui qui m'a donné cette impulsion. Ainsi, il prit possession de la galerie où il officiait et devint galeriste, enfin, plus personnellement le mien. Il stoppa également toute prise de drogue quotidienne, à commencer par la cocaïne, pour ne finir qu’à en prendre occasionnellement, pour au final au travers des années, ne plus en consommer du tout. Il aurait apprécié que je suive le même chemin mais il m’était bien trop difficile de suivre son rythme. Les multiples crises de manque que j’avais fait l’ont amené à prendre d’autres dispositions. Mais je n’en avais que faire. J’avais deux amours dans ma méprisable existence, la drogue, et Clarence. Dans certaines passades, il est vrai que je préférais la compagnie de mes antidépresseurs, benzodiazépines et autres substances illicites. Etant une solitaire de nature, je pouvais tout à fait me passer de présence humaine et ceci, Clarence l’avait compris dès le début, contrairement à Aimé. C’est pour cela que j’aimais Clarence à tous les sens du terme, car il ne cherchait guère à me confiner, à me garder pour lui seul. Mon bien-être était essentiel au sien, nous faisions rarement les choses l’un sans l’autre. Frère, ami et amant passionné, il était également un très bon manager, tout aussi impartial avec moi qu’avec ses autres poulains. Bien sûr, j’avais quelques exigences supplémentaires par rapport aux autres qu’il aimait à satisfaire, car soyons honnêtes, je peux être fatigante. Je pouvais passer des heures à questionner la scénographie pour telle ou telle exposition, à titiller sur des détails. Avec certains, cela ne passait pas, j’avais droit en quelque sorte à un traitement de faveur. Mais il savait me remettre à sa place quand cela prenait de trop grandes proportions. J’étais donc tout de même bénéficiaire, en raison de notre relation si particulière je ne sais pas, mais en vue de mon travail je le confirme. Bien sûr, nous n’échappions point à certaines médisances. Histoires de coucheries, jalousies hâtives, tout était bon pour me faire couler. Mes collègues s’empressaient de faire de la moindre rumeur un événement. Mais nous n’avions jamais couché ensemble. C’est bien le seul homme que je n’avais guère touché. Clarence connaissait cet amour impérieux que j’entretenais avec la gent masculine. Il savait que je vagabondais à la recherche de plaisir charnel. Et son expression, lorsque je rentrais de mes courtes nuits, neutre autant que froide me laissait de marbre. Alors je recommençais. Puis ce fut une habitude. Les gens se régalaient de me voir papillonner ainsi, dénigrant des propos infâmes sur ma personne, bravant ma soi disante fidélité, alors qu’ils ne connaissaient rien de nous. Notre histoire était la nôtre, elle était déjà suffisamment complexe pour que nous nous embêtions avec des fictions sordides. Alors Clarence avait imaginé un plan, pour couper court à toute rumeur. Il me proposa, dans cette grimace solennelle, que nous nous marions. Il faut avouer que j’ai cru en la demande, de manière sérieuse mais il s’agissait d’une escroquerie en vue de notre intérêt commun bien sûr. Une cérémonie fut alors célébrée en grande pompe, où nous firent quelques photographies, diffusées largement auprès des médias. La nuit de noce ne fut pas bien évidemment pas marquée, malgré ma vaine tentative. Clarence me rendait fou à me résister ainsi, tandis que je lui compliquais également les choses de mon côté. Au fond, je crois bien que je commençais réellement à m’attacher, chose inouïe qui m’arrivait pour la première fois. Clarence fit partie de mes nombreuses premières expériences et je ne l’en remercierais jamais assez, pour tout ce qu’il m’a apporté et ce qu’il me procurera toujours.
___
Londres. Ces émanations grisâtres, cette pâleur monotone. Je comprenais réellement désormais pourquoi j’ai eu tellement envie de quitter cette ville. Nous préparions une exposition à la Tate Modern, événement qu’il me fut pénible d’accepter tant je craignais de revenir parcourir mes états d’âmes de fillette. Mes mémoires d’enfant étaient bien une des choses que je redoutais le plus après l’Affection. Mais Clarence sut me convaincre, je ne sais pourtant point comment mais nous nous étions rendus là bas. Le vernissage se préparait, avec pour toutes victuailles des boissons et plats typiquement anglais. Clarence avait ici préconisé un côté familial, local, pour ainsi honorer la ville et son pays. C’était certes, du Clarence tout craché. Crackers, canapés, champagne et bouteilles de vin étaient à proscrire. Lui, il mettait les pieds dans le pied, et se les essuyait ensuite sur le sol propre. Une femme de gastropub avait été embauchée pour faire le service. Cette dernière était comme sa cuisine, riche et conviviale. J’avais pu lire dans son regard une pointe de compassion envers ma personne. Aussi, préférais-je l’éviter durant la soirée. Les palpitations avaient pris possession de mon palpitant, faisant trembler mon corps à coups saccadés. Quelques dizaines de minutes avant le vernissage, je ne pus aller m’empêcher de me faire une ligne. S’il m’avait vu, il me placarderait au mur, faisant de moi un trophée de la honte peu conventionnel. Les badauds arrivèrent, s’empressant de pénétrer à l’intérieur du musée. Un discours était de mise lors de ce genre de soirée. Aussi, je ne pus réprimer à nouveau l’envie d’un autre rail, que je m’expédiai aussitôt dit dans le nez. Le désir de m’enfuir se faisait de plus en plus irrépressible quand je sentis le regard des autres pointer sur moi. La drogue n’aidait point en toutes circonstances, et bien que ce ne fut pas ma première exposition, ni mon premier discours, je voulais me barrer plus que jamais et emporter Clarence dans mes conneries, loin de tout mais surtout loin d’ici. Je m’étais mise à le chercher, éperdument, le cœur battant à tout rompre. Où étais-tu, que faisais-tu ? Les gens, avides et curieux, m’horripilaient, me dégoutaient. Je les bousculais, sans aucune gêne, ne m’excusant guère, passant aux travers des mailles du filet, laissant les autres poissons se faire attraper, les branchies à l’air libre, suffoquant hors de leur milieu naturel. Tous ces cochons de bourgeois, mais laissez moi passer bordel de merde ! Dans ma course effrénée, je distinguais enfin la clairvoyance du regard de mon aimé. Il décrivait une de mes œuvres à une marie-couche-toi-là de grand chemin en faisant usage de mots peu gratifiants. Dénigrer mon travail devant une potiche à deux sous afin de l’appâter, c’était petit, si bas de ta part Clarence. Je ne voulais ni en entendre, ni en voir plus. S’il avait eu l’idée de mettre fin à sa longue période d’abstinence avec elle, je n’avais plus qu’à lui souhaiter bonne chance. Qui sait, c’était peut être sa nouvelle pouliche. Je me faisais trop vieille, peu ragoutante. Ma jeunesse passée riait de moi, me narguant à des années lumière. L’amertume me monta à la gorge, et je ne pus que faire demi-tour. Fini le vernissage, finie l’exposition, je n’aurais pas à énoncer ma pitoyable plaidoirie. Ni à eux, ni à Clarence. Je n’aurais plus rien à lui dire. Si m’amener à Londres était sa manière de se délester de moi et de s’enticher d’une autre femme, et bien il avait réussi. Le divorce, cette fois ci bien réel sera alors prononcé et j’irais me labourer le cerveau avec toute la cocaïne que je pourrais trouver. Je t’emmerde Clarence.
___
Et voilà. Ainsi se termine un récit abject, quelques mots miséreux couchés sur le papier. Je me suis éteinte, clamsant comme un chien dans un club londonien merdique où j’ai cru bon m’en foutre plein la gueule. Salut chienne de vie, bonjour le trépas. Je ne crois finalement pas que ce soit l’overdose qui ait eu ma peau, mais belle et bien la jalousie. J’avais cru bon renier tout sentiment d’affection tout au long de ce temps sempiternel, mais en réalité, tout ce que je n’avais autant jamais désiré, c’était d’aimer et de l’être en retour.





Derrière le masque


pseudo sur internet ☩ clémisch. prénom ☩ clémentine. âge ☩ vingt. comment t'es arrivé(e) ici ? ☩ j'ai longtemps vogué à la recherche d'un forum et je suis tombée sur la pub sur bazzart. :hu: tu penses quoi de tout ça ? ☩ ça m'a l'air franchement foutrement sympa ici. l'ambiance a l'air extra, les membres fabuleusement cools, j'apprécie énormément le concept et tout ça me semble incroyablement bien construit, bref ça donne envie :fire: :pervers: le code ☩ gournandine ? (ce que c'est trognon) un dernier mot ? ☩ bordel à cul, vous avez des licornes, ah trop bien. :leuv: 





Dernière édition par Helen Austen le Jeu 24 Juil - 17:25, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t233-helen-i-m-searching-for-a-brain#4112 https://insanekids.forumactif.org/t286-helen-a-pain-that-i-m-used-to
Posy Mulligan
Posy Mulligan

❝ êtes-vous pion ou reine ? ❞

✢ DENTS PERDUES : 152
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2152
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 25/06/2014
✢ PSEUDO : Pondy*
✢ AVATAR : KathrynPrescott
✢ CREDITS : Sil
✢ AGE DU PERSONNAGE : vingt-trois ans
✢ JE SUIS : Alice
✢ DANS TES POCHES : une ombrelle, des patins et un élastique à cheveux.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Projectionniste/Jammeuse dans une équipe de roller derby
✢ LOCALISATION : Le village des arikamis
UC Je suis enrecherche d'un trucdelamortquitue
✢ JE EST UN AUTRE : Not yet ;)
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptyVen 11 Juil - 21:08

Oh je ne connais pas ton avatar mais elle est très jolie. Hâte de découvrir ton perso ;). Bienvenuuuuuue à toi.
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t88-now-is-good https://insanekids.forumactif.org/t285-posy-notebook http://paidmydues.forumactif.org/
Lew Weaver
Lew Weaver

❝ la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien l'accepter ❞

✢ DENTS PERDUES : 1031
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2547
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 06/05/2014
✢ PSEUDO : RUTLEDGE ASYLUM.
✢ AVATAR : aaronjohnson.
✢ CREDITS : heyjude.
✢ AGE DU PERSONNAGE : il avait 25 ans, et pour toujours, il aura 25 ans.
✢ JE SUIS : alice, la gosse.
✢ DANS TES POCHES : ☩ (x4) bombes lapin-fumées ☩ (x1) corde ☩ (x2) potions miniatures ☩ (x1) filet électrique
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : il venait de sortir de la fac, voulait faire sa propre boîte. L'a pas eu le temps, le karma a pas joué en sa faveur.
✢ LOCALISATION : sûrement... sûrement, pft, qu'est-ce qu'il en sait au final. En compagnie de Marley, ça c'est sûr, où exactement telle est la question.
helen, i'm searching for a brain. Tumblr_mznznooalS1souo92o1_500

BANG. BANG.

Save myself? From death? is that it? Is that why I've come here? I'm not afraid to die. Times I've welcomed death!


helen, i'm searching for a brain. Tumblr_lst38ydk2A1qg39ewo1_500


✢ JE EST UN AUTRE : nopenope.
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptyVen 11 Juil - 21:39

Wow. :was: Tout comme Posy, j'connais pas la madame mais omg, elle pue la classe comme tout. :red: :fox: :bril: J'suis curieuse de voir ce que ton personnage va donner. :chica: I love you Par contre, j'vais me permettre une toute petite remarque, l'image à côté du texte d'entrée nom, prénom, etc, doit être de 200x320 donc comme un avatar normal.  :leuv: :uni: VOILAVOILA. ET MERCI POUR LES COMPLIMENTS.  :love: BIENVENUE PARMINOU ET BONNE CHANCE POUR TA FICHE.  :mex: :string: :shufflin: 
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t22-lew-vous-avez-pietre-allure-monsieur-le-chat-mais-votre-sourire-apporte-du-reconfort https://insanekids.forumactif.org/t74-lew-i-know-what-s-real
Zoe Walker
Zoe Walker

❝ la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien l'accepter ❞

✢ DENTS PERDUES : 1973
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2442
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 07/05/2014
✢ PSEUDO : sola gratia.
✢ AVATAR : felicity jones.
✢ CREDITS : angel dust.
✢ AGE DU PERSONNAGE : vingt-sept
✢ JE SUIS : un certain lapin blanc.
✢ DANS TES POCHES : rien qui vaille la peine de la tuer ou de la menacer, croyez-moi. sauf si vous êtes friands de poussière, d'une fleur sèche et d'un morceau de champignon gâté.
✢ TA VIE : 96/100
✢ ANCIEN METIER : risk manager, pas très édifiant ou poétique, mais ça payait bien le loyer.
✢ LOCALISATION : ailleurs, au loin, ici.
helen, i'm searching for a brain. Tumblr_n5zdvq3has1s5syojo1_500
this is where the evening splits in half, Henry, love or death. Grab an end, pull hard, and make a wish.

pale shadows.
helen, i'm searching for a brain. 440462amrrrrr
wowowow:
 

✢ JE EST UN AUTRE : fawny.
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptySam 12 Juil - 6:53

BIENVENUE SUR WHYDA ! :red: :cc: :bn:

Je connaissais pas Suzanne Clément, mais elle a l'air de déchirer grave ! :ivil: :bril:

Bon courage pour ta fiche, si tu as une question ou besoin d'aide, nous sommes là ! :cc: :coeur:

COEUR SUR TA TÊTE ! :haan:

_________________


∇ MONSTERS ARE ALWAYS HUNGRY, DARLING.



please feel free to piss in the garden:
 


Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t23-zoe-sorry-for-the-blood-in-your-mouth-i-wish-it-was-mine https://insanekids.forumactif.org/t75-zoe-alternate-world
Ginny Buckley
Ginny Buckley

❝ êtes-vous pion ou reine ? ❞

✢ DENTS PERDUES : 200
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2319
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 25/06/2014
✢ PSEUDO : candies-world
✢ AVATAR : alexis bledel
✢ CREDITS : avatar: whiskey lullaby ; gifs: tumblr ; signature: petulia ; chanson: Nightwish - Storytime.
✢ AGE DU PERSONNAGE : trente ans à peine
✢ JE SUIS : semblable à un petit être effrayé qui court après le temps
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : maîtresse d'école pour une classe de primaire, et auteure d'album jeunesse à ses heures perdues. également maman à plein temps.
✢ LOCALISATION : dans la vallée des larmes, seul refuge réconfortant dans ce monde inconnu et étrange
helen, i'm searching for a brain. Tumblr_munxn8giuu...jyo9_250-466ef0c
Ring around the rosy
Pocket full of posies
Ashes, ashes,
We all fall down
helen, i'm searching for a brain. Tumblr_n5j9fjeuhg...qwo1_400-466ef38
✢ JE EST UN AUTRE : grace samuels, son côté obscur de la force
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptySam 12 Juil - 7:38

Bienvenuuuuuue :uni:
Tout comme mes camarades, je ne connais pas ton avatar mais elle a l'air trop trop classe :red: Et puis ton pseudo AUSTEN JANE AUSTEN AAAAAAAAAAH :arrg: J'ai hâte de voir ce que tu nous réserve :bril:
Bon courage pour ta fiche en tout cas :bril:
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t91-ginny-welcolme-to-this-carnival-of-rust https://insanekids.forumactif.org/t211-ginny-some-of-them-want-to-use-you-some-of-them-want-to-get-used-by-you
Vladislas Oridor
Vladislas Oridor

❝ tu n'as toujours pas retrouvé le sens de la réalité ❞

✢ DENTS PERDUES : 562
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2572
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 08/07/2014
✢ PSEUDO : vntmlsc
✢ AVATAR : Andrej Pejic
✢ CREDITS : Eylika
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : Le chapelier fou.
✢ DANS TES POCHES : Un calepin et un stylo, quelques plantes rammassées ci et là, des ficelles.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Météorologue.
✢ LOCALISATION : Probablement dans les écuries lunaires.

Maybe I should cry for help
Or maybe I should kill myself
helen, i'm searching for a brain. Tumblr_nad79ukgYR1qd576ko1_500
✢ JE EST UN AUTRE : Non.
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptySam 12 Juil - 12:03

Bienvenue parmi nous  :leuv: !
Moi je connais Suzanne, qui vient du Québec si je ne me trompe :chica: ?
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t224-vladislav-le-monstre-et-le-prodige-ont-les-memes-racines https://insanekids.forumactif.org/t231-vladislav-primadonna-girl
Helen Austen
Helen Austen

❝ on peut changer en bien ou en mal ❞

✢ DENTS PERDUES : 127
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2113
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 11/07/2014
✢ PSEUDO : clemisch
✢ AVATAR : suzanne clément
✢ CREDITS : manylittlethings ♥
✢ AGE DU PERSONNAGE : quarante-six
✢ JE SUIS : l'impérissable reine rouge
✢ DANS TES POCHES : un pochon de coke, une paille de papier usagée, mes éternelles chesterfield, un zippo, diverses cartes inutilisables, une photo de clarence et de moi même dans mon soutien gorge
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : esthète collagiste partageant des messages avec le monde
✢ LOCALISATION : dans les méandres piétinées de mon existence
helen, i'm searching for a brain. F48pPkZ
✢ JE EST UN AUTRE : pas à ce que je sache
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptySam 12 Juil - 15:56


Posy > merci beaucoup, c'est trop gentil :pervers: 

Lew > toutes mes excuses pour l'image :*-*: je fais mon grand retour sur les forums et je cafouille beaucoup. Certes oui elle est très classe mais pas moyen de trouver d'avatars :was: du coup, je dois faire affaire avec mes bases très restreintes en graphisme helen, i'm searching for a brain. 3528019369 j'espère ne pas vous décevoir en ce qui concerne mon Helen. En tout cas je pense que j'vais beaucoup radoter mais c'est trop chou, vous êtes adorables :coeur: :leuv: merci beaucoup :red: 

Zoe > c'est noté :love: merci, merci, merci, merci :v: je viendrais vous enrober d'amour dès que j'aurais terminé tout ce foutoir. :proud: 

Ginny > oh, tu viens de m'apprendre quelque chose. Je connaissais Austen pour la typographie du même nom sur Dafont :frfr: c'est de là que m'est venu le nom. Merci pour l'information ahah, c'est très gentil, merci milles fois :coeur: 

Vladislas > j'aime beaucoup ton pseudo :*-*: oui oui oui gagné, c'est une des muses de Xavier Dolan (d'ailleurs Laurence Anyways vaut vraiment le coup, je vous recommande chaudement ce film). En temps normal je suis pas méga fan de ses films qui se ressemblent beaucoup trop et que j'trouve un poil trop autobiographiques, redondants et qui finissent par être ennuyants mais celui là, est magnifique. Bref, parenthèse cinématographique fermée.

Merci énormément à tous les poulets, j'espère être à la hauteur I love you :): 
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t233-helen-i-m-searching-for-a-brain#4112 https://insanekids.forumactif.org/t286-helen-a-pain-that-i-m-used-to
Jillian Hale
Jillian Hale

❝ si ton cerveau déraille, c'est fini ❞

✢ DENTS PERDUES : 2220
☩ CERVELLES GAGNÉES : 3662
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 25/06/2014
✢ PSEUDO : V. (quentin)
✢ AVATAR : Jennifer Lawrence
✢ CREDITS : wild heart et tumblr
✢ AGE DU PERSONNAGE : 23 nouvelles années au compteur
✢ JE SUIS : Il est l'heure, bienvenue chez le Mad Hatter
✢ DANS TES POCHES : Un pauvre sac à dos; le narguilé furie.
✢ TA VIE : 78/100
✢ ANCIEN METIER : Etudiante en Archéologie
✢ LOCALISATION : Vallée des Larmes ou le Labyrinthe Rouge, à voir, cherche.
helen, i'm searching for a brain. 20.51
Sweet innocence

✢ JE EST UN AUTRE : Zeze l'exorcisé
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptySam 12 Juil - 16:36

J'adore le choix du pseudo :bril: Bienvenue et courage chez les fous :bril:
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t77-jillian-hale-the-future-you-had-hoped-for-is-now-burning https://insanekids.forumactif.org/t100-jillian-real-yes-bitch-is-not-a-dream
Victoria Hale
Victoria Hale

❝ on peut changer en bien ou en mal ❞

✢ DENTS PERDUES : 105
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2177
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 25/06/2014
✢ PSEUDO : CHOCO.CHANEL
✢ AVATAR : scarlett johansson.
✢ CREDITS : glass skin pour l'avatar et tumblr pour la signature.
✢ AGE DU PERSONNAGE : vingt-neuf ans.
✢ JE SUIS : une chatte !
✢ DANS TES POCHES : ce qu'elle avait au moment de son décès, soit, rien de très utile au pays des merveilles ... sauf si un miroir de poche peut réussir à assommer un lapin ?
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : ancienne étudiante en chirurgie pédiatrique.
✢ LOCALISATION : si j'ai besoin de toi, tu sauras où me trouver.
helen, i'm searching for a brain. Tumblr_m7zw2fL58t1rcclhqo1_500

ancienne londonienne issue d'un milieu bourgeois ▬ étudiante en chirurgie pédiatrique, elle terminait ses études ▬ anciennement fiancée à un avocat de londres ▬ morte lors de la soirée du nouvel an 2014 ▬ violée puis laissée pour morte ▬ elle tient sa soeur comme responsable de son trépas ▬ au pays des merveilles, sa principale activité est de survivre. c'est son but ultime. sa principale aspiration ▬ autrefois joyeuse, amoureuse de la vie et jeune femme brillante, lumineuse et charismatique ▬ elle s'est forgée un caractère plus sombre, froid, manipulateur et égoïste à son arrivée ici. soyez sur que si elle doit sacrifier votre vie pour sauver la sienne, elle le fera sans broncher.

helen, i'm searching for a brain. Tumblr_m8psehWEds1qdg1yho4_r1_250
✢ JE EST UN AUTRE : non.
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptySam 12 Juil - 17:59

Bienvenue  What a Face 
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t76-better-you-die-than-i https://insanekids.forumactif.org/t140-you-re-like-me-now-maybe-worth http://with-fire-and-blood.forumactif.fr/
Vladislas Oridor
Vladislas Oridor

❝ tu n'as toujours pas retrouvé le sens de la réalité ❞

✢ DENTS PERDUES : 562
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2572
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 08/07/2014
✢ PSEUDO : vntmlsc
✢ AVATAR : Andrej Pejic
✢ CREDITS : Eylika
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : Le chapelier fou.
✢ DANS TES POCHES : Un calepin et un stylo, quelques plantes rammassées ci et là, des ficelles.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Météorologue.
✢ LOCALISATION : Probablement dans les écuries lunaires.

Maybe I should cry for help
Or maybe I should kill myself
helen, i'm searching for a brain. Tumblr_nad79ukgYR1qd576ko1_500
✢ JE EST UN AUTRE : Non.
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptySam 12 Juil - 21:44

Helen Austen a écrit:



Vladislas > j'aime beaucoup ton pseudo :*-*: oui oui oui gagné, c'est une des muses de Xavier Dolan (d'ailleurs Laurence Anyways vaut vraiment le coup, je vous recommande chaudement ce film). En temps normal je suis pas méga fan de ses films qui se ressemblent beaucoup trop et que j'trouve un poil trop autobiographiques, redondants et qui finissent par être ennuyants mais celui là, est magnifique. Bref, parenthèse cinématographique fermée.


Oui, grâce à Dolan que je la connais  :pervers: ! Merci, et bon courage pour ta fichette (et bon retour dans le monde du rpg  :leuv:  !)
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t224-vladislav-le-monstre-et-le-prodige-ont-les-memes-racines https://insanekids.forumactif.org/t231-vladislav-primadonna-girl
Helen Austen
Helen Austen

❝ on peut changer en bien ou en mal ❞

✢ DENTS PERDUES : 127
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2113
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 11/07/2014
✢ PSEUDO : clemisch
✢ AVATAR : suzanne clément
✢ CREDITS : manylittlethings ♥
✢ AGE DU PERSONNAGE : quarante-six
✢ JE SUIS : l'impérissable reine rouge
✢ DANS TES POCHES : un pochon de coke, une paille de papier usagée, mes éternelles chesterfield, un zippo, diverses cartes inutilisables, une photo de clarence et de moi même dans mon soutien gorge
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : esthète collagiste partageant des messages avec le monde
✢ LOCALISATION : dans les méandres piétinées de mon existence
helen, i'm searching for a brain. F48pPkZ
✢ JE EST UN AUTRE : pas à ce que je sache
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptyLun 14 Juil - 18:51


Jillian > Merciiii, c'est chou. :coeur: 

Victoria > Merci beaucoup. :v: 

Vladislas > C'est un peu comme Christoph Waltz, avant Tarantino on le voyait que dans des films/téléfilms allemands. Dolan l'a bien remonté la Suzanne, et vu que beaucoup de nénéttes françaises l'adorent :chica: bref. Trop gentil (j'avoue que le retour est pas facile, tant niveau image qu'écriture :fire::love: 
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t233-helen-i-m-searching-for-a-brain#4112 https://insanekids.forumactif.org/t286-helen-a-pain-that-i-m-used-to
Danny Weaver
Danny Weaver

❝ la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien l'accepter ❞

✢ DENTS PERDUES : 1174
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2109
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 06/05/2014
✢ PSEUDO : radioactive fish
✢ AVATAR : heath ledger
✢ CREDITS : sugar slaughter, wild hunger
✢ AGE DU PERSONNAGE : vingt huit ans, vingt-huit, joli nombre s'il s'en faut, vie trop courte s'il en est
✢ JE SUIS : une chenille avec une chicha, paye les conseils et fumée gratos
✢ DANS TES POCHES : couverture en plumes de jubjubs, lanterne lucioles (encore 15), potions répare-tout (6), somnicakes (6), et un fragment d'une dent du morse dont les propriétés lui sont encore inconnues -elle a au moins le mérite d'être un peu classe-
✢ TA VIE : 54/100
✢ ANCIEN METIER : barman, l'ironie de l'alcoolisme
✢ LOCALISATION : crypte de la chenille, tant qu'à faire, à ruminer dans un coin, ou pourquoi pas à la rivière sanglot, c'est selon l'humeur
helen, i'm searching for a brain. Tumblr_n3gxdxt6QA1syulnzo1_500
If heaven has any plagues beyond what I can drum up, let it wait until your sins are piled high and then hurl them down on you, you destroyer of a whole world of peace ! May conscience eat away at your soul constantly. May you suspect your true friends of being traitors and take the worst traitors as your closest friends. May you never sleep a wink except to dream of a hell full of ugly devils.
NOUVEAUTÉS ICI:
 

✢ JE EST UN AUTRE : l'allemand chelou
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptyMar 15 Juil - 10:01

Trois plombes en retaaaard... :siffly:
BIENVENUE.  :love:  :leuv:  :haan: 
Je plussoie les gens du dessus, je connais pas non plus la madame mais elle a l'air de roxxer du poney ! :red: Et puis j'approuve le métier et le caractère. :bril:
Bon courage pour la fin de la rédaction ! :cc:

_________________
until the ribbon breaks
your heavy curse ✻  We spend more time seeking out the fleeting glories of this temporary world than looking to the permanent grace of God ! Anyone who builds his hopes on air lives like a drunken sailor hanging on a mast, ready with every dizzy nod of his head to tumble to the bottom of the sea. The things we worry about, like good looks and possessions, aren’t lasting, and they don’t matter.

helen, i'm searching for a brain. 367434BAN1
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t26-lost-myself-and-i-am-nowhere-to-be-found-dan https://insanekids.forumactif.org/t137-journey-dan
Elias Quigley
Elias Quigley

❝ le pays des merveilles reste amoché dans ton coeur ❞

✢ DENTS PERDUES : 910
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2032
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 27/06/2014
✢ PSEUDO : ohmagad, anna
✢ AVATAR : lee pace
✢ CREDITS : (c) money honey et salewperie (a)
✢ AGE DU PERSONNAGE : 35 ans déjà, doux jésus !
✢ JE SUIS : jeannot lapin, le névrosé, le blanc, le retardataire
✢ DANS TES POCHES : une croix en argent, un mouchoir en tissu, une couverture en plumes de jubjub (x1), une lanterne lucioles (x15), des potions répare-tout (x6), des somnicakes et le baromètre à danger du lapin blanc.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : prêtre, homme de dieu, d'église, de foi, de tout
✢ LOCALISATION : dans la forêt luminescente, à essayer d'apprendre le civisme aux lutins
helen, i'm searching for a brain. Tumblr_n5h4t2CGgG1tyhp7yo1_500

✢ JE EST UN AUTRE : caleb, ce bg
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptyMer 16 Juil - 15:37

pour pas changer des autres, je vais t'avouer que, comme eux, je la connaissais pas, mais elle en jette  :red: :pervers: :love: 

bienvenue par ici ma belle et courage pour la fiche :maw: :cc:

:uni:
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t128-elias-what-is-dead-may-never-die https://insanekids.forumactif.org/t164-elias-jamais-les-crepuscules-ne-vaincront-les-aurores
Helen Austen
Helen Austen

❝ on peut changer en bien ou en mal ❞

✢ DENTS PERDUES : 127
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2113
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 11/07/2014
✢ PSEUDO : clemisch
✢ AVATAR : suzanne clément
✢ CREDITS : manylittlethings ♥
✢ AGE DU PERSONNAGE : quarante-six
✢ JE SUIS : l'impérissable reine rouge
✢ DANS TES POCHES : un pochon de coke, une paille de papier usagée, mes éternelles chesterfield, un zippo, diverses cartes inutilisables, une photo de clarence et de moi même dans mon soutien gorge
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : esthète collagiste partageant des messages avec le monde
✢ LOCALISATION : dans les méandres piétinées de mon existence
helen, i'm searching for a brain. F48pPkZ
✢ JE EST UN AUTRE : pas à ce que je sache
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptyDim 20 Juil - 13:42


Danny > Hiiii, merci beaucoup. I love you Flûte, Heath a des airs de quelqu'un que j'connais sur cet avatar, c'est monstrueux. :huhu: Pas de soucis, j'ai aussi quelques soucis de ponctualité What a Face Je finis vite, je prends mon temps mais ça vient. :chou: Merci encore :red: :v: :coeur: 

Elias > Oh Lee Pace, ça me donne envie de re-revoir Pushing Daisies :hu: plus tard, j'ai une fiche à faire :boude: merci merci, c'est trop chou. :pervers: :love: 

Ah, je bave sur vos avatars, ils sont vraiment magnifiques.:leche: :leuv:  
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t233-helen-i-m-searching-for-a-brain#4112 https://insanekids.forumactif.org/t286-helen-a-pain-that-i-m-used-to
Zoe Walker
Zoe Walker

❝ la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien l'accepter ❞

✢ DENTS PERDUES : 1973
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2442
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 07/05/2014
✢ PSEUDO : sola gratia.
✢ AVATAR : felicity jones.
✢ CREDITS : angel dust.
✢ AGE DU PERSONNAGE : vingt-sept
✢ JE SUIS : un certain lapin blanc.
✢ DANS TES POCHES : rien qui vaille la peine de la tuer ou de la menacer, croyez-moi. sauf si vous êtes friands de poussière, d'une fleur sèche et d'un morceau de champignon gâté.
✢ TA VIE : 96/100
✢ ANCIEN METIER : risk manager, pas très édifiant ou poétique, mais ça payait bien le loyer.
✢ LOCALISATION : ailleurs, au loin, ici.
helen, i'm searching for a brain. Tumblr_n5zdvq3has1s5syojo1_500
this is where the evening splits in half, Henry, love or death. Grab an end, pull hard, and make a wish.

pale shadows.
helen, i'm searching for a brain. 440462amrrrrr
wowowow:
 

✢ JE EST UN AUTRE : fawny.
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptyMar 22 Juil - 6:12



Ouh, ça va faire mal
pas tout de suite, mais bientôt

Q
ue nous sommes vilains tu dois te dire ! Pourtant, ce petit message n'est qu'à titre d'information - histoire de te prévenir. Parce que oui mon petit lapin, ça va faire dix jours que tu as lancé ta fiche, celle-ci n'étant pas finie, il te reste encore quatre jours, aujourd'hui inclus, pour le faire. :frfr: :aw: Attention à toi malgré tout, parce que si tu dépasses ton premier délai, tu n'auras pas droit à un deuxième - et oui, parce que deux semaines, c'est largement suffisant, m'après si t'as une raison en béton genre pc mort, soucis irl on comprendra et on pourra t'offrir des jours en plus. :proud: ALLEZ. TU VAINCRAS. :mex: Sinon on t'envoie du thé bouillant dans la face. :hatter: :ivil:



_________________


∇ MONSTERS ARE ALWAYS HUNGRY, DARLING.



please feel free to piss in the garden:
 


Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t23-zoe-sorry-for-the-blood-in-your-mouth-i-wish-it-was-mine https://insanekids.forumactif.org/t75-zoe-alternate-world
Danny Weaver
Danny Weaver

❝ la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien l'accepter ❞

✢ DENTS PERDUES : 1174
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2109
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 06/05/2014
✢ PSEUDO : radioactive fish
✢ AVATAR : heath ledger
✢ CREDITS : sugar slaughter, wild hunger
✢ AGE DU PERSONNAGE : vingt huit ans, vingt-huit, joli nombre s'il s'en faut, vie trop courte s'il en est
✢ JE SUIS : une chenille avec une chicha, paye les conseils et fumée gratos
✢ DANS TES POCHES : couverture en plumes de jubjubs, lanterne lucioles (encore 15), potions répare-tout (6), somnicakes (6), et un fragment d'une dent du morse dont les propriétés lui sont encore inconnues -elle a au moins le mérite d'être un peu classe-
✢ TA VIE : 54/100
✢ ANCIEN METIER : barman, l'ironie de l'alcoolisme
✢ LOCALISATION : crypte de la chenille, tant qu'à faire, à ruminer dans un coin, ou pourquoi pas à la rivière sanglot, c'est selon l'humeur
helen, i'm searching for a brain. Tumblr_n3gxdxt6QA1syulnzo1_500
If heaven has any plagues beyond what I can drum up, let it wait until your sins are piled high and then hurl them down on you, you destroyer of a whole world of peace ! May conscience eat away at your soul constantly. May you suspect your true friends of being traitors and take the worst traitors as your closest friends. May you never sleep a wink except to dream of a hell full of ugly devils.
NOUVEAUTÉS ICI:
 

✢ JE EST UN AUTRE : l'allemand chelou
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptyJeu 24 Juil - 7:57

Warning petit poulet. :aw:
Tu as jusqu'à demain pour finir ta fiche, sinon ton compte sera supprimé et ta fiche archivée. :3:

_________________
until the ribbon breaks
your heavy curse ✻  We spend more time seeking out the fleeting glories of this temporary world than looking to the permanent grace of God ! Anyone who builds his hopes on air lives like a drunken sailor hanging on a mast, ready with every dizzy nod of his head to tumble to the bottom of the sea. The things we worry about, like good looks and possessions, aren’t lasting, and they don’t matter.

helen, i'm searching for a brain. 367434BAN1
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t26-lost-myself-and-i-am-nowhere-to-be-found-dan https://insanekids.forumactif.org/t137-journey-dan
Danny Weaver
Danny Weaver

❝ la mort imprévue fait partie de la vie, il faut bien l'accepter ❞

✢ DENTS PERDUES : 1174
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2109
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 06/05/2014
✢ PSEUDO : radioactive fish
✢ AVATAR : heath ledger
✢ CREDITS : sugar slaughter, wild hunger
✢ AGE DU PERSONNAGE : vingt huit ans, vingt-huit, joli nombre s'il s'en faut, vie trop courte s'il en est
✢ JE SUIS : une chenille avec une chicha, paye les conseils et fumée gratos
✢ DANS TES POCHES : couverture en plumes de jubjubs, lanterne lucioles (encore 15), potions répare-tout (6), somnicakes (6), et un fragment d'une dent du morse dont les propriétés lui sont encore inconnues -elle a au moins le mérite d'être un peu classe-
✢ TA VIE : 54/100
✢ ANCIEN METIER : barman, l'ironie de l'alcoolisme
✢ LOCALISATION : crypte de la chenille, tant qu'à faire, à ruminer dans un coin, ou pourquoi pas à la rivière sanglot, c'est selon l'humeur
helen, i'm searching for a brain. Tumblr_n3gxdxt6QA1syulnzo1_500
If heaven has any plagues beyond what I can drum up, let it wait until your sins are piled high and then hurl them down on you, you destroyer of a whole world of peace ! May conscience eat away at your soul constantly. May you suspect your true friends of being traitors and take the worst traitors as your closest friends. May you never sleep a wink except to dream of a hell full of ugly devils.
NOUVEAUTÉS ICI:
 

✢ JE EST UN AUTRE : l'allemand chelou
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptyJeu 24 Juil - 23:44



Bravi, bravu, bravo !
t'es encore entier ? Bieeeen !

Ooooh my god. :was: OMG. :red: Mon dieu, j'ai tellement aimé ta fiche damn. :bril: :damn: Sérieux, y'a une telle justesse dans le monde artistique que tu décris, et puis, Helen est tellement chouette, aussi, c'est juste pfouuuah, j'ai juste adoré. :coeur: Toi, obligé, il te faudra un lien avec Johann mon DC, voilà. :siffly:  :chica: Quuuue dire de plus ? T'écris vraiment bien, c'est tout, genre vraiment bien.  I love you 

A
lors comme ça, t'es convaincue que tu peux survivre ici, toi, petit tas de viande ? Vraiment ? Oh, très bien, tu pourras pas dire qu'on t'a pas prévenue, c'est à tes risques et périls de t'aventurer dans cet univers douteux. Qui plus est, tu veux savoir le meilleur ? Tu m'rappelles énormément quelqu'un qui habitait ici, qui appréciait ce monde malgré ses mauvais côtés, on dirait que t'es la reine de coeur, c'est étonnant comme les esprits peuvent se croiser. Quoi qu'il en soit, ces êtres ne sont plus là et c'est bien pour une raison, mourir une fois c'est une chose, claquer une deuxième fois et ici, c'est une autre histoire. Pour commencer, avant de t'offrir le repos du guerrier, tu vas devoir recenser ta face de rat, parce que certes les dieux du forums sont multi-fonctions mais il faut que tu bouges un peu toi aussi ! Ensuite, tu pourras en toute innocence te diriger vers les liens, les rps, c'est toujours plus amusant de butter du monstre à deux, ou plus, non ? Ceci étant fait, tu pourras toujours par extension, te créer une autre âme en peine, parce que plus y'a de fous, plus ça rigole dans les couloirs ! Et pour finir ? Rien, si ce n'est gaffe à ta tête qui peut bien vite tomber. (au cas où tu l'aurais pas remarqué, nous t'offrons 10 points pour ta validation, sicépabo ça ?)

Le staff de WHYDA te souhaite bon amusement, bon RP et bon décès !      



_________________
until the ribbon breaks
your heavy curse ✻  We spend more time seeking out the fleeting glories of this temporary world than looking to the permanent grace of God ! Anyone who builds his hopes on air lives like a drunken sailor hanging on a mast, ready with every dizzy nod of his head to tumble to the bottom of the sea. The things we worry about, like good looks and possessions, aren’t lasting, and they don’t matter.

helen, i'm searching for a brain. 367434BAN1
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t26-lost-myself-and-i-am-nowhere-to-be-found-dan https://insanekids.forumactif.org/t137-journey-dan
Helen Austen
Helen Austen

❝ on peut changer en bien ou en mal ❞

✢ DENTS PERDUES : 127
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2113
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 11/07/2014
✢ PSEUDO : clemisch
✢ AVATAR : suzanne clément
✢ CREDITS : manylittlethings ♥
✢ AGE DU PERSONNAGE : quarante-six
✢ JE SUIS : l'impérissable reine rouge
✢ DANS TES POCHES : un pochon de coke, une paille de papier usagée, mes éternelles chesterfield, un zippo, diverses cartes inutilisables, une photo de clarence et de moi même dans mon soutien gorge
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : esthète collagiste partageant des messages avec le monde
✢ LOCALISATION : dans les méandres piétinées de mon existence
helen, i'm searching for a brain. F48pPkZ
✢ JE EST UN AUTRE : pas à ce que je sache
helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. EmptyVen 25 Juil - 13:42

oooooh :hu: c'est trop gentil, merci beaucoup ! Ca faisait un an que je n'avais plus écrit et j'avoue avoir eu un peu du mal, contente que tout cela t'ai plus :leuv: hihi, j'avoue avoir longuement lorgné sur la fiche de Johann, je n'avais pas terminé de lire mais je le ferais avec plaisir car j'apprécie également beaucoup ton écriture et ton personnage est juste incroyablement intéressant :proud: bref, je pense qu'un lien avec nos deux âmes esseulées trouerait des culs, je viendrais te harceler très prochainement I love you encore merci, merci, merci :love:
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t233-helen-i-m-searching-for-a-brain#4112 https://insanekids.forumactif.org/t286-helen-a-pain-that-i-m-used-to
Contenu sponsorisé


helen, i'm searching for a brain. Empty
MessageSujet: Re: helen, i'm searching for a brain.   helen, i'm searching for a brain. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

helen, i'm searching for a brain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ WHAT HAVE YOU DONE ALICE ?  ::  :: Registre du pays des merveilles :: Tiens donc, viens boire une tasse de thé !-