AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Les conséquences de la première INTRIGUE de WHYDA, c'est par ici ! :proud: :cat:
N'hésitez pas à REMONTER WHYDA sur bazzart ou prd :hin: :fox:

Ce n'est pas parce que le forum a une annexe sur les troubles qu'il est obligatoire de jouer un personnage malade.
UN SAIN D'ESPRIT c'est tout aussi bien. :rabbit: What a Face
Il est obligatoire de BIEN lire les annexes, auquel cas le staff vous mordra les fesses. :ivil:
Nous n'acceptons pas les pseudos à initiales - retournons aux origines simplistes les enfants. :aw:
Entre autre, pour continuer sur les pseudos, les prénoms trop excentriques (drogue, alcool
:chaat: ou autre totalement improbable) sont INTERDITS, merci de rester réalistes. :chaat:
Les personnages du pays des merveilles ne sont pas acceptés, seuls les morts peuvent passer ! :maw:
Le Deal du moment :
MisterGoodDeal : jusqu’à -68% sur ...
Voir le deal

Partagez | 
 

 PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice
Alice

❝ cet endroit a quelque peu changé ❞

✢ DENTS PERDUES : 221
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2401
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 06/05/2014
✢ PSEUDO : alice.
✢ AVATAR : liddell.
✢ CREDITS : de moi à moi.
✢ AGE DU PERSONNAGE : qui saurait vraiment le dire ?
✢ JE SUIS : ce que j'ai toujours été.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : créatrice.
✢ LOCALISATION : dans un lit d'hôpital.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_lqnqu2erAi1qc200lo1_500
✢ JE EST UN AUTRE : la reine de coeur, le chat, le chapelier, je suis tout et rien à la fois.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptyDim 13 Juil - 17:35



L'amanite
casse-croûte pour la duchesse ?



   
   
   
Q
ui pourrait se douter que derrière ces immenses portes couleur crème, se cache un macabre tableau ? Certainement personne, surtout pas le petit amanite. Il est entré dans cette bicoque qui lui parut bien trop douce, et Dieu seul sait maintenant dans quelle pièce il peut se cacher. Si le garde-manger a traumatisé bien des êtres dans ce monde, il y a d'autres salles dans lesquelles personne n'a encore osé mettre les pieds. La cuisine est maîtresse de la maison, tout comme l'odeur d'épices qui y traîne, plus loin vous trouverez un bien grand salon rappelant l'époque victorienne, quant à la chambre de la Duchesse ? Un lit aussi gros qu'elle, s'étalant sur quelques mètres, bien douillet mais imbibé de sang, si on reste trop longtemps là-dedans il est dit qu'on entend les bébés qu'elle a massacrés pleurer sans cesse, jusqu'à ce que vous sortiez d'ici. Et puis après ? De longs couloirs qui changent de visage, passant du violet au bleu, du bleu au vert, du vert au orange, et vice-versa. N'oublions surtout pas la cave dévorée par les toiles d'araignées, aussi puante que le garde-manger et sombre, un conseil pour entrer en ces lieux ne certainement pas avoir peur. Et dans ce silence pesant, quelque part, le jeune Polycarpe se cache, sans pleurer comme les mômes qu'elle a pu tuer. A vous de le trouver, de préférence entier - à moins que le Bandersnatch ne soit passé avant vous.

Marley Lynch
Ginny Buckley
Vladislas Oridor




_________________
Everything's a nail, is it, Miss Hammerhead? First it was your search, freighted with fear and fragmented memories. Now it's the train! Never time for tea. While your brain's on holiday, we're ruined!
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org
Ginny Buckley
Ginny Buckley

❝ êtes-vous pion ou reine ? ❞

✢ DENTS PERDUES : 200
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2435
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 25/06/2014
✢ PSEUDO : candies-world
✢ AVATAR : alexis bledel
✢ CREDITS : avatar: whiskey lullaby ; gifs: tumblr ; signature: petulia ; chanson: Nightwish - Storytime.
✢ AGE DU PERSONNAGE : trente ans à peine
✢ JE SUIS : semblable à un petit être effrayé qui court après le temps
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : maîtresse d'école pour une classe de primaire, et auteure d'album jeunesse à ses heures perdues. également maman à plein temps.
✢ LOCALISATION : dans la vallée des larmes, seul refuge réconfortant dans ce monde inconnu et étrange
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_munxn8giuu...jyo9_250-466ef0c
Ring around the rosy
Pocket full of posies
Ashes, ashes,
We all fall down
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_n5j9fjeuhg...qwo1_400-466ef38
✢ JE EST UN AUTRE : grace samuels, son côté obscur de la force
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptyLun 14 Juil - 9:50


But while he was seeking with thimbles and care
A Bandersnatch swiftly drew nigh
And grabbed at the Banker, who shrieked in despair,
For he knew it was useless to fly.

L
es plaintes d'une mère ne pouvaient qu'éveiller ses instincts protecteurs. Dès qu'elle entendit les rumeurs de cette disparition mystérieuse et inquiétante, elle s'était lancé dans une enquête telle qu'Hercule Poirot aurait pu mener. Questionnant les habitants de ce village bien troublant et étrange -mais elle passait outre à présent vu le temps qu'elle avait passé ici-bas- afin de savoir où était passé ce bambin. Les gens la regardait bizarrement lorsqu'elle passait, mais c'était plus fort qu'elle. Lorsque la vie d'un enfant était en jeu, elle ne pouvait s'empêcher de se mener corps et âme dans cette recherche. Elle aurait voulu qu'on fasse de même avec sa petite Lucy. Lucy, la prunelle de ses yeux, celle pour qui elle aurait donné sa vie. Son enfant qu'elle n'est pas prête de revoir. Alors qu'une mère vive les mêmes douleurs qu'elle, elle ne pouvait l'envisager. Butinant d'une personne à l'autre telle une abeille à la recherche de pollen, elle suivait presque à la trace le parcours de ce jeune bambin insouciant et joueur. Du moins c'était ce qu'il se dégageait de lui. Elle connaissait son apparence, elle connaissait un temps soit peu son caractère. Elle savait à qui elle avait affaire. Mais encore fallait-il qu'elle le retrouve. Et ça, ce n'était pas une mince affaire.

Un dernier témoignage lui glaçait le sang, et peut-être aurait-elle même voulu ne jamais se lancer dans cette recherche d'enfant perdu. Bien sûr la connaissant, elle aurait bien vite accouru s'il lui était arrivé quelque chose, mais il était indéniable que l'endroit qu'on lui indiquait ne lui inspirait pas du tout confiance. La maison de la Duchesse que le vieillard l'appelait. Ginny avait déjà vu cette immense bâtisse, bien trop grande pour quelqu'un de sa taille ou de celle des habitants aux alentours. Il était impossible que quelqu'un qui ne mesurait pas plusieurs mètres de haut puisse y vivre normalement. Du moins, c'était ce qu'elle avait pu en voir lorsqu'elle était entré quelque fois pour voler une ou deux pommes. C'était bien entendu contre ses principes, mais ne connaissant rien au Pays des Merveilles et ses dangers, elle préférait manger des aliments qui lui disaient quelque chose, et qui n'avaient pas l'air d'être empoisonnés surtout. Elle était très méfiante sur les dires des habitants de ce pays étrange, elle préférait lorsqu'Elias lui recommandait tel ou tel animal, plante ou insecte pour se nourrir. Mais au départ, il n'était pas auprès d'elle, et donc elle se nourrissait surtout dans ce qu'elle trouvait dans le garde-manger de cette bâtisse. Elle se méfiait tout autant de tout ce qui s'y trouvait, se doutant qu'une aussi grande personne ne pouvait être bénéfique. Bien qu'on disait que la Duchesse n'était plus, Ginny n'aimait pas cet endroit. Trop grand, trop imposant, bien qu'a priori c'était un endroit accueillant avec ses couleurs douces et chaleureuses. N'étant pas rassurée par ce lieu, on aurait pu la confondre avec ce chérubin disparu.

Presque à reculons, elle se dirigeait néanmoins vers cet endroit gigantesque. Son envie de retrouver l'enfant comme s'il s'agissait de sa petite Lucy était tout de même un peu plus fort que sa peur de ces environs édulcorés mais néanmoins rempli de dangers. Elle s'approchait de la bâtisse, et plus elle avançait et plus il lui semblait apercevoir une silhouette au loin. Et même deux, à mieux y regarder. Et chose rassurante, elles avaient toutes deux une forme humaine, comme elle. Des cheveux blonds étincelants descendant en cascade dorée sur leurs épaules, le peau de porcelaine malgré les quelques éraflures par-ci par-là, les deux personnes semblaient discuter, ou du moins s'échangeaient des regardes lubriques, face à l'immense porte de la maison. Ginny fut rassurée. Elle n'était, semble-t-il, pas la seule à vouloir entrer dans ce lieu pour retrouver Polycarpe. Elle les rejoignit, poussée par un élan de soulagement. Les deux personnes la regardèrent arriver. Après un léger instant de silence, Ginny prit son courage à deux mains pour poser la question qui lui brûlait les lèvres. « Vous êtes vous aussi à la recherche de Polycarpe ? » Elle espérait bien que la réponse soit positive. Elle en aurait presque prier les dieux qui ne la suivaient aucunement dans ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t91-ginny-welcolme-to-this-carnival-of-rust https://insanekids.forumactif.org/t211-ginny-some-of-them-want-to-use-you-some-of-them-want-to-get-used-by-you
Vladislas Oridor
Vladislas Oridor

❝ tu n'as toujours pas retrouvé le sens de la réalité ❞

✢ DENTS PERDUES : 562
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2688
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 08/07/2014
✢ PSEUDO : vntmlsc
✢ AVATAR : Andrej Pejic
✢ CREDITS : Eylika
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : Le chapelier fou.
✢ DANS TES POCHES : Un calepin et un stylo, quelques plantes rammassées ci et là, des ficelles.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Météorologue.
✢ LOCALISATION : Probablement dans les écuries lunaires.

Maybe I should cry for help
Or maybe I should kill myself
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_nad79ukgYR1qd576ko1_500
✢ JE EST UN AUTRE : Non.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptyJeu 17 Juil - 9:53

La nuit avait été agitée. Vladislas n'aimait pas les nuits du pays des merveilles, trop dangereuses et incertaines pour lui. Dans les écuries lunaires, il avait pris l'habitude de dormir en hauteur, sur des bottes de pailles poussiéreuses, manquant de tomber à chaque mouvement. L'atmosphère du lieu et la quiétude des chevaux abîmés le rassurait, l'apaisait au plus profond de lui, pourtant, aujourd'hui, tout était différent. La nuit courte ne lui avait pas permis de se reposer et le piaffement des chevaux inquiets l'avait tiré de son sommeil. Plus rien n'était tranquille, c'est comme si l'équilibre fragile du pays des merveilles avait été rompu, et le mystère qui entourait cette agitation angoissante ne pouvait qu'inquiéter le blond. Assez vite, il attrapa ses quelques affaires, son cheval bâton et sorti des écuries, sur ses gardes. Il aimait flâner près du grand château blanc, à s'imaginer la reine qui devait y habiter, rayonnante et généreuse, dans sa longue robe de flanelle. C'est le ventre de Vladislas qui le tira de ses rêveries, comme d'habitude. Il ne pensait jamais à se nourrir, après tout, il était mort, il s'en souvenait. Son cœur encore parfois jouait avec lui, l’essoufflait, lui donnait l'impression qu'il allait imploser. Et pourtant, il était toujours là, la main sur son ventre bruyant. Mais l’atmosphère du château n'était pas aussi reposante qu'à son habitude. C'était comme une agitation qui y régnait malgré le fait qu'il soit presque désert. Vladislas préférait s'en éloigner pour l'instant, il avait toujours cette peur qu'on s'approche de lui et qu'on lui demande quelque chose, et c'était exactement  le sentiment qui régnait en lui à cet instant. Sa carrure frêle et ses cheveux pâle montrait pourtant bien qu'il n'était pas fait pour effacer les malheurs d'un souffle, bien au contraire. Il inspira profondément avant de se diriger, un peu au hasard, vers une destination inconnue. Il se fiait à son instinct, cette voix intérieur qu'il entendait parfois en temps de crise. Peut-être que, finalement, il devenait fou ici aussi.

Il marchait depuis un moment déjà, mais ne voulait pas s'arrêter. L'air lui faisait mal mais ses jambes continuait d'avancer seules, laissant les différents paysages défiler. Puis, d'un coup, il s'arrêta. Le fruit était beau, reluisant, et même sucré. Il ne s'était pas posé la question de savoir si c'était comestible et avait fondue dessus comme un fauve ayant repéré sa proie. Il sortit son carnet, notant l’apparence du fruit, son goût, sa texture. C'est quelque chose qu'il aimait bien faire, ainsi, il savait quoi manger ou non, même si sa mémoire lui faisait défaut, il n'y avait jamais assez de précaution à prendre. Le blond finit par s’asseoir, regardant le paysage magnifique, toujours habité par ce sentiment désagréable. Soudain, on l’Agrippine par le col, ses fesses s'envolèrent du sol, ses pieds brusquement remis à contribution l’empêchèrent de tomber. L'haleine putride du vieux le dégoutta alors que son cœur s'accélérait fortement, comme s'il allait encore le faire mourir. Il eut du mal à comprendre l'histoire du petit Polycarpe avec un visage aussi atypique en face de lui, préférant dévisager le vieux plutôt que de réellement l'écouter. « il est parti par là-bas l'petit ! » dit-il, en pointant une maison gigantesque, disproportionné par rapport à eux. Le vieux finit par le lâcher après une histoire de duchesse infanticide et s'en alla en versant quelque larmes touchantes, laissant Vladislas seul face à une jeune femme blonde. Il ne lui donnait pas dix huit ans, comment avait-elle fait pour arriver jusqu'ici ? Vladislas resta les bras ballants, interdit pendant quelques secondes. Ce n'était peut-être pas le meilleur moment pour jouer au timide, en tout cas pas pour le jeune Polycarpe, l'amanite comme avait dit le vieux. « Il faut rentrer là dedans je suppose? » dit-il d'une voix frêle, s'avançant sur la pointe des pieds avant de retomber de tout son poids et de recommencer, tel un balancier. Il se tourna vers les portes, essayant d'évaluer la taille de la maison. Une centaine d'amanite devait se cacher là dedans, peut-être étais-ce une mauvaise idée de partir à sa recherche ?

Se fut l'arrivée d'une deuxième jeune fille qui le dissuada de partir. « Vous êtes vous aussi à la recherche de Polycarpe ? » Vladislas hocha la tête sans dire mot, attrapant son cheval bâton qu'il avait coincé dans son dos avec son ombrelle à l'aide quelques ficelles qu'il avait trouvé dans la paille. Il ne ressentait aucun danger, mais préférait tout de même se préparer à répondre à une quelconque attaque. Le pays des merveilles était, après tout, plein de surpris. « Vladislas » dit-il en se retournant vers les deux filles. « Et vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t224-vladislav-le-monstre-et-le-prodige-ont-les-memes-racines https://insanekids.forumactif.org/t231-vladislav-primadonna-girl
Marley Lynch
Marley Lynch

❝ êtes-vous pion ou reine ? ❞

✢ DENTS PERDUES : 299
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2552
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 25/06/2014
✢ PSEUDO : corbeau
✢ AVATAR : Chloë Moretz
✢ CREDITS : mercure.
✢ AGE DU PERSONNAGE : dix-sept ans aux dernières nouvelles.
✢ JE SUIS : le chapelier fou, au bout de sa table, la langue trop pendue.
✢ DANS TES POCHES : un élastique pour sa tignasse, quelques miettes d'elle ne sait plus trop quoi, un vieux morceau de papier jauni - une liste de courses d'avant, ou un truc du genre.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : lycéenne. bonnes notes, pas si conne, mais trop bavarde. elle espérait vivre assez longtemps pour devenir vétérinaire - oups.
✢ LOCALISATION : va savoir. essaie de chercher Lew - elle en est jamais très loin, de toute façon.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_n9l8bhI6Gc1rsm583o3_250
''l'avenir est un long passé''

✢ JE EST UN AUTRE : meredith, l'handicapée qui veut pas peindre en mille couleurs l'air du vent (ce connard).
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptyVen 18 Juil - 18:32


''Aventure est juste un nom
romantique pour problème.''
La plupart du temps, quand on rencontre Marley ici pour la première fois, on la prend en pitié. Se demande ce qu'une gamine fout ici. Mourir, c'est déjà assez grave, mais finir ici ? C'est plus mauvais encore qu'un coup de pelle dans la cervelle – et pourtant, ça serait plus définitif. On se demande bien ce qui a pu lui arriver, à cette gosse. Elle, elle en parle pas, ou rarement. La vie elle la garde en mémoire, mais ça ressort pas souvent. Elle saurait pas quoi en dire, probablement. Parler de sa mère, ça la rendrait triste et nostalgique, probablement coupable. Les amis, le futur, l'avenir qu'elle dessinait sur un petit cahier depuis quinze ans, tout ça, j'sais pas. Elle irait se cacher dans un coin, ne parlerait plus pour un moment. Généralement, Marley qui ne parle pas, c'est plutôt mauvais signe.
Le problème avec les gens, c'est que si on ne parle pas, ils s'imaginent le pire. L'impensable, l'innommable. Alors il arrive qu'on pense que Marley a été découpée en morceaux puis jetée au feu, ou qu'elle soit morte de faim au fin fond d'un cave.
Voir aussi : bouffée par un requin,
ou : crevée des radiations d'une centrale nucléaire.
Au final, un bus dans la gueule, la gosse s'en est pas si mal sortie.

Et puis, la voilà. Plusieurs éternités après ça, après les débris de phare plantés dans sa jambe, après son cadavre artistiquement étalé sur la route, la voilà. Devant la maison de la duchesse. Marley ne passait que peu dans le coin. C'était pas une région qui lui inspirait confiance.
Faut dire que devant cette immense baraque, peu de gens seraient en confiance.
Dans l'après-midi, un vieux avait gueulé sur Marley pour lui dire d'aller chercher un gamin. C'est un peu étrange, de demander à une gamine morte de sauver un autre gamin. Mais quitte à avoir l'activité cérébrale d'un rat mort, autant s'amuser un peu (et voler de la bouffe). Elle avait à peine eu le temps d'arriver devant la baraque qu'un autre se pointait. Grand, blond, plutôt beau quoi qu'elle n'était pas sûre... il était peut-être plus belle que beau. Blondie secoua sa tête comme pour chasser ses pensées – si elle devait penser à quelque chose, c'était l'aventure du jour. Si elle devait penser à quelqu'un, c'était Polycarpe.
De loin, elle devait avoir l'air d'une petite pile. Elle sautait, essayait d'en voir plus, de monter aux murs pour aller regarder par la fenêtre. N'étant jamais rentrée, elle s'est toujours dit qu'à la place de l'architecte, elle aurait foutu la cuisine à l'entrée. Juste, tu sais. Tu rentre, tu bouffe. Tu bouffe, tu pars. C'est plus pratique. Ouais, Marley aurait dû être architecte.
Malheureusement pour elle, elle n'était toujours pas assez grande. Sa moue boudeuse après deux chutes, Marley s'avança directement vers l'inconnu. Elle le regarda de haut en bas – pas même méchamment. Il avait quelque chose de doux, de rassurant, et elle avait l'impression qu'il sentait bon la lessive – encore une hallucination de son petit esprit fatigué. Elle détaillait tout, de ses grands yeux à sa cascade de cheveux au poney au bout de son bras. Probablement plus lourd que lui. Un rire échappa rapidement à la gamine, avant qu'elle se reprenne. Règle numéro une : ne pas se moquer de celui qui pourrait t'assommer à coup de poney.
Voir aussi : te mettre un coup de pied dans la tête – et sans trop lever la jambe vu sa taille et celle de Marley,
ou : remplacer ton DOP cheveux secs pour un DOP cheveux gras.
Tout le monde sait ce qui serait le pire, et Marley préférait ne pas y penser – les cheveux abîmés, c'est vraiment la merde.
Plus elle le fixait, moins il avait l'air capable d'utiliser son arme. Ses bras à lui devaient être aussi épais que les siens si ce n'est moins, et il aurait suffit d'un coup mal placé pour qu'il se casse en deux. Il n'avait même pas l'air bien sûr de ce qu'il foutait là. Marley se surprit à soupirer. C'était déjà pas sûr qu'ils survivent là-dedans, alors qu'ils ramènent le gosse en plus... avec de la chance on aura peut-être un bras. Ça fait une déco de cheminée. Bon, le truc c'est que les parents on pas de cheminée. Mais c'est un détail.

Derrière le blond, une brune. Ils étaient peut-être sauvés. « Il faut rentrer là dedans je suppose? » Marley hocha doucement la tête. c'est ça, Sherlock. Elle sourit doucement. Il aurait fait un horrible détective. « Vous êtes vous aussi à la recherche de Polycarpe ? » La dernière arrivée avait l'air tout aussi doux que le grand blond, quoi que bien plus angoissée. La gosse ne s'attardait même pas à répondre, elle se contentait d'observer en silence. Sa nouvelle équipe, la maison, la grande porte. Elle s'avança doucement quoi qu'en sautillant vers la bâtisse, les pressant un peu.« Vladislas. Et vous ? » Sans un regard, en tournant doucement la poignée, elle lâcha un Marley., puis poussa la porte. Pour entrer par contre, elle préférait attendre les deux autres. Elle les regarda avancer, un sourire aux lèvres, déjà excitée. J'suis jamais venue ici ! J'ai hâte de découvrir.


Dernière édition par Marley Lynch le Dim 10 Aoû - 17:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t114-mille-et-une-secondes-marley
Ginny Buckley
Ginny Buckley

❝ êtes-vous pion ou reine ? ❞

✢ DENTS PERDUES : 200
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2435
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 25/06/2014
✢ PSEUDO : candies-world
✢ AVATAR : alexis bledel
✢ CREDITS : avatar: whiskey lullaby ; gifs: tumblr ; signature: petulia ; chanson: Nightwish - Storytime.
✢ AGE DU PERSONNAGE : trente ans à peine
✢ JE SUIS : semblable à un petit être effrayé qui court après le temps
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : maîtresse d'école pour une classe de primaire, et auteure d'album jeunesse à ses heures perdues. également maman à plein temps.
✢ LOCALISATION : dans la vallée des larmes, seul refuge réconfortant dans ce monde inconnu et étrange
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_munxn8giuu...jyo9_250-466ef0c
Ring around the rosy
Pocket full of posies
Ashes, ashes,
We all fall down
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_n5j9fjeuhg...qwo1_400-466ef38
✢ JE EST UN AUTRE : grace samuels, son côté obscur de la force
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptySam 19 Juil - 17:24


But while he was seeking with thimbles and care
A Bandersnatch swiftly drew nigh
And grabbed at the Banker, who shrieked in despair,
For he knew it was useless to fly.


D
e loin, Ginny aurait juré de se trouver face à deux jeunes femmes, dont une qui semblait adolescente au vu de sa petite taille et de son air jouant entre l'enfantin et l'adulte. Mais lorsqu'elle s'approcha, la personne se tenant au plus près d'elle, et qui tenait dans sa main un majestueux bâton ayant la forme d'une tête de cheval au bout, elle comprit bien vite qu'avec sa carrure et la forme de son visage – et l'absence évident de poitrine, certes – que c'était un réalité un homme qui se trouvait là. Elle fut bien surprise, mais ne le montra guère, bien trop occupée à leur demander si eux aussi, était là pour ce pauvre bambin dissimulé en ce lieu si inquiétant. Elle espérait qu'ils lui répondent positivement, se trouvant ainsi une petite équipe pour pénétrer dans la maison, et ainsi ne pas se retrouver seule à chercher dans toutes les pièces à la recherche de Polycarpe. L'homme lui offrit comme réponse qu'un simple hochement de tête, mais c'était suffisant pour lui faire comprendre qu'elle ne serait pas seule. Elle fut un temps soit peu rassurée. Bien qu'elle aurait préférée se retrouver avec quelqu'un d'autre qu'une adolescente. Elle ne la quittait pas des yeux depuis qu'elle s'était approchée d'elle, et elle était effarée de voir une si jeune fille ici. Au fil de ses rencontres, elle avait principalement discuté avec des adultes, plus ou moins jeunes qu'elle, mais la blondinette qui lui faisait face ne dépassait même pas la vingtaine. Comment une jeune fille pouvait se retrouver dans cet endroit ? Suicide ? Accident ? Meurtre ? Chaque arrivée dans le Pays des Merveilles était un mystère, un mystère différent pour chacun des habitants. Mais comment la vie avait pu quitter une fille si jeune ? Ginny eut un pincement au cœur. Elle était bien désolée pour elle. Elle aurait tellement pu vivre des choses extraordinaires dans le monde réel. Mais le hasard en avait décidé autrement.

« Vladislas. Et vous ? » La voix rauque et masculine à ses côtés la tira de ses tourments et de sa presque pitié pour la jeune fille. La brunette se tourna vers lui. Elle avait bien été dupée par la longueur de ses cheveux d'or et de son allure frêle. Mais néanmoins, s'il arrivait à maintenir une objet aussi imposant que le Cheval-Bâton, c'est qu'il ne devait pas être si fragile qu'il y paraissait. Et comme il fait bon de le rappeler, il faut toujours se méfier des apparences dans le Pays des Merveilles. « Marley », répondit la jeune fille qui semblait s'être éloignée d'eux. « Ginny » renchérissait la brunette, avec un léger sourire sympathique sur le visage. Un réflexe de sa vie d'avant. Du temps où elle se présentait aimablement aux parents de ses élèves bien aimés. Peut-être devrait-elle oublier cette manie polie, peut-être que ça lui donnait un air trop innocent et donc fragile et vulnérable. Mais chassez le naturel, et il revient au galop. D'ailleurs, c'est en se tournant vers la maison qu'elle aperçu la jeune Marley devant la porte, et elle l'avait même déjà ouvert. Son cœur rata un battement. Oui, il aurait de toute façon façon qu'ils franchissent le pas, mais aussi vite et sans réfléchir aux conséquences, elle ne l'aurait pas voulu. Inconsciente, avait-elle envie de lui dire, mais elle se retint. Ce n'était vraiment pas le moment de se fâcher avec ses coéquipiers – si elle pouvait les définir ainsi.

Résignée, quand bien même poussée par cette envie de retrouver cet enfant disparu, Ginny s'approcha de la maison. Elle suivit l'idée de Vladislas et attrapa elle aussi un des objets qui avait été déposé à côté d'elle lors de son réveil, mais elle prit son ombrelle. L'objet défensif. Encore. Son maillet ne lui avait jamais servi au combat, puisqu'elle fuyait tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un conflit. Elle avait simplement perdu une des boules qui s'y trouvait par accident, après avoir enclenché l'arme s'en le faire exprès. N'étant pas au courant qu'elle pouvait la remettre à sa place, elle avait donc abandonné l'idée de la récupérer. Mais son maillet était pour ainsi dire presque comme neuf. Son ombrelle, elle, était plus abîmée, puisqu'elle a servit bien plus de fois que son maillet. Afin de se protéger contre les potentiels agresseurs. Elle s'en était aussi un peu servit pour porter quelques coups, mais juste assez pour étourdir un minimum son adversaire avant de s'enfuir. Elle paraissait bien lâche. Mais elle ne tenait pas à mourir une seconde fois.

Suivant Marley qui avait été la première à poser le pas dans l'enceinte de la maison, Vladislas sur ses talons, Ginny observa la bâtisse qu'elle connaissait un temps soit peu. Elle connaissait surtout le garde-manger en réalité. Elle était déjà venu plusieurs fois afin de se ravitailler. Et pourtant elle n'avait aucune confiance en cet endroit. Tout comme au reste du Pays des Merveilles. « J'suis jamais venue ici ! J'ai hâte de découvrir. » Elle était vraiment insouciante. Curieuse, mais insouciante. N'avait-elle donc aucune idée des dangers qui guettaient le moindre de leurs gestes à l'extérieur ? Marley sera sans doute la petite qu'elle protégera lors de cette aventure. Sans doute n'aurait-elle pas besoin d'aide, mais ça sera plus fort qu'elle. En plus de Polycarpe.

Le petit groupe avança prudemment dans le couloir à l'entrée de la maison. Couloir fort petit puisque quelques mètres plus loin à peine, une ouverture dans le mur donnait directement sur la cuisine. Immense, comme le reste de la maison, cet endroit donnait des sueurs froides à Ginny dès qu'elle y entrait. Pourtant on voyait les traces de ses nombreux passages, au vue du désordre qu'elle avait fait lors de ses visites pour manger. Sans doute d'autres personnes avaient-elles suivies son exemple. Des grandes casseroles étaient posées sur les fourneaux, de multiples ingrédients mijotant doucement à l'intérieur depuis quelques temps, on ne saurait dire exactement quand. Des fruits et légumes trônaient ça et là dans les recoins, dans les tiroirs et les quelques paniers qui trainaient sur le sol. Tout ce qui était viande, au contraire, était principalement entreposé dans les armoires, dans des casseroles froides et hautes. Ginny ne s'était jamais aventuré dans la dégustation de la viande, à cause des nombreuses rumeurs qu'on prêtait à la propriétaire de la maison, qui avait heureusement disparue.

Ils avançaient dans la pièce, Ginny retenant son souffle, afin de détecter de susceptibles bruits d'enfant. Elle balayait la pièce des yeux. Pour un enfant affamé, c'était le lieu idéal pour se ressourcer et remplir son petit estomac chétif. Elle s'écarta un peu du groupe, afin de vraiment vérifier sous les meubles et derrière le four. Peut-être devraient-ils se séparer pour avoir plus de chance de trouver rapidement le bambin, mais dans les rares films d'horreur qu'elle avait visionné dans sa vie, ce n'était jamais une bonne idée. C'est la raison pour laquelle que, même en fouillant la cuisine, Ginny regardait toujours derrière elle afin d'être sûre que les deux chevelures dorées étaient toujours présentes avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t91-ginny-welcolme-to-this-carnival-of-rust https://insanekids.forumactif.org/t211-ginny-some-of-them-want-to-use-you-some-of-them-want-to-get-used-by-you
Vladislas Oridor
Vladislas Oridor

❝ tu n'as toujours pas retrouvé le sens de la réalité ❞

✢ DENTS PERDUES : 562
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2688
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 08/07/2014
✢ PSEUDO : vntmlsc
✢ AVATAR : Andrej Pejic
✢ CREDITS : Eylika
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : Le chapelier fou.
✢ DANS TES POCHES : Un calepin et un stylo, quelques plantes rammassées ci et là, des ficelles.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Météorologue.
✢ LOCALISATION : Probablement dans les écuries lunaires.

Maybe I should cry for help
Or maybe I should kill myself
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_nad79ukgYR1qd576ko1_500
✢ JE EST UN AUTRE : Non.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptyMar 22 Juil - 9:53

Vladislas se cramponna à son cheval bâton alors que la petite blondinette ouvrit la porte. « Marley » dit-elle, sans un regard. « Ginny ». Vladislas se retourna vers la brunette qui essayait d'afficher un sourire sympathique sur son visage. Il le lui rendit, quoi qu'étant un peu inquiet. Deux filles fragiles et lui, l'homme qui n'allait sûrement pas sauver la situation. Il aurait pu faire une prière pour Polycarpe s'il était croyant, mais préféra suivre la jeune Marley, suivi de Ginny, à l'intérieur de la maison. Il fermait la marche, ce qui voulait dire qu'il pouvait potentiellement être le premier à être tiré par les pieds et massacré par n'importe quoi sans même que les autres ne s'en rende compte. Il frissonna tout en essayant de chasser tout ces mauvais clichés de film, essayant de se recentrer sur le décor de la maison et les bruits qui en émanait. « J'suis jamais venue ici ! J'ai hâte de découvrir. - Tu ne devrais pas. » dit la voix calme de Vladislas, ayant retrouvé un semblant de dignité et de courage. « On dit que les casseroles sont remplies d'enfants démembrés... » Il toisa Marley, observant la silhouette fragile de la jeune fille face à la maison immense. « Heureusement que la duchesse n'est plus là, elle t'aurait sûrement trouvé appétissante. » dit-il, alors que le petit groupe venait déjà de quitter le couloir pour entrer dans la cuisine. Vladislas n'avait pas vraiment sorti cela sur le ton de la rigolade, il se souvenait juste des quelques rumeurs qu'il avait entendu sur l'endroit, sans pourtant jamais y avoir mis les pieds. Sûrement appréhendait-il le moment où le fantôme de la duchesse allai revenir les hanter. Il déglutit, essayant encore une fois de chasser de son esprit ces pensées intempestives. Il n'était pourtant pas un peureux malgré tout les maladresses qu'il commettait en société, il n'avait jamais eu peur de sortir la nuit ou de se battre avec de petites frappes, mais la moindre once de surnaturel le faisait mourir de peur. C'est d'ailleurs comme cela qu'il est mort, de peur, alors qu'il se faisait courser par des zombies. Des faux zombies, mais cela avait suffit pour l'achever, lui et son cœur fragile.

Ginny s'éloigna furtivement d'eux pour fouiller en profondeur ce qui se trouvait au sol, inspectant derrière les murs. Prenant son courage à deux mains, et mettant toute sa confiance dans ses deux bras frêles, Vladislas s'appuya sur le rebord d'une chaise géante et y monta dans un léger saut afin de voir toute la surface de la cuisine. Rien n'était sur les meubles que des casseroles et, si Polycarpe était dans l'une d'elles, le petit groupe ne pourrais sans doute rien pour le sauver. Il baissa les yeux pour voir Ginny se retourner vers eux avant de recommencer à fouiller, puis chercha Marley des yeux. Elle ne semblait ne rien avoir trouvé non plus. « Rien en hauteur ! » dit-il, sautant de la chaise , son cheval bâton dans les mains lui permettant d'arriver en équilibre sur le sol, tel un funambule. « Je propose qu'on reste ensemble dans les prochaines pièces, qui sait quel monstre pourrait traîner ici... » Il parlait bien sûr des véritables montres du pays des merveilles, et non des élucubrations de son esprit. Si Vladislas pouvait remourrir de peur, il aurait sans doute fait un nombre incalculable de crises cardiaque avec toute les créatures rencontrés ici. Seul les cheveux lunaires, qui au début le dégouttait, arrivait maintenant à le rassurer. C'est à ce moment qu'il comprit qu'il commençait à perdre la raison, quand il trouvait la chair pourrissante à l'air libre des chevaux poétique. Vladislas se retourna vers ses partenaires, attendant une réponse. Il savait que Ginny allait obtempérer, elle ressemblait à ses filles discrètes mais solides qui resteraient avec vous quoi qu'il arrive, mais attendait surtout la réponse de Marley. Elle était jeune, semblait tête brûlée, inconsciente du danger. Vladislas avait été jeune lui aussi, il n'y a pas si longtemps, mais il ne l'avait pas été comme Marley, il n'en avait jamais attendu autant de la vie qu'elle semblait le faire. Il n'avait jamais eu hâte de découvrir la maison d'une mangeuse d'enfant, sans doute les coups de son père lui avait retiré sa soif d'aventure, et, pour la première fois depuis qu'il était arrivé ici, il était désolé pour la mort de quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t224-vladislav-le-monstre-et-le-prodige-ont-les-memes-racines https://insanekids.forumactif.org/t231-vladislav-primadonna-girl
Marley Lynch
Marley Lynch

❝ êtes-vous pion ou reine ? ❞

✢ DENTS PERDUES : 299
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2552
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 25/06/2014
✢ PSEUDO : corbeau
✢ AVATAR : Chloë Moretz
✢ CREDITS : mercure.
✢ AGE DU PERSONNAGE : dix-sept ans aux dernières nouvelles.
✢ JE SUIS : le chapelier fou, au bout de sa table, la langue trop pendue.
✢ DANS TES POCHES : un élastique pour sa tignasse, quelques miettes d'elle ne sait plus trop quoi, un vieux morceau de papier jauni - une liste de courses d'avant, ou un truc du genre.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : lycéenne. bonnes notes, pas si conne, mais trop bavarde. elle espérait vivre assez longtemps pour devenir vétérinaire - oups.
✢ LOCALISATION : va savoir. essaie de chercher Lew - elle en est jamais très loin, de toute façon.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_n9l8bhI6Gc1rsm583o3_250
''l'avenir est un long passé''

✢ JE EST UN AUTRE : meredith, l'handicapée qui veut pas peindre en mille couleurs l'air du vent (ce connard).
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptyMar 22 Juil - 14:38


''Aventure est juste un nom
romantique pour problème.''
« Ginny. » Marley se contenta de hocher la tête aux brèves présentations. Elle s'aventura doucement dans le couloir à l'entrée de la maison, suivie et vite rattrapée et devancée par ses deux camarades. Marley se précipita derrière eux jusque dans la cuisine. Elle se jeta sur une pomme en la voyant, en poussa quelques morceaux dans l'une de ses poches. Ça fera un cadeau souvenir pour Lew. Comme à la fête foraine, sauf qu'ici c'est moche et que ça pue.
Sa tête se tournait et se retournait dans tous les sens. Marley sentait le sang en ébullition dans ses veines, et son cœur qui s'agitait d'excitation. Découvrir un nouveau lieu c'est comme traîner dans les jeux vidéo – mais elle n'aimait pas penser aux jeux vidéo, ça lui rappelait des choses auxquelles elle ne voulait pas penser – et trouver une pièce secrète, c'est comme, je sais pas, l'idée d'aller quelque part où tout le monde n'est pas allé, où tout est à découvrir, où elle trouvera peut-être des amis – enfin ici, à part dans les casseroles y a pas vraiment matière, mais ça aurait pu être possible, autre part. Elle se tourna vers ses camarades, s'avança vers lui d'abord, elle ensuite. « On dit que les casseroles sont remplies d'enfants démembrés... Heureusement que la duchesse n'est plus là, elle t'aurait sûrement trouvé appétissante. » Un sourire se dressa sur le visage de Marley. Ça aurait pu être marrant, comme aventure. Elle aurait bien aimé rencontrer la duchesse – pas se faire manger, non, elle se serait enfuie. La gamine n'avait jamais comprit pourquoi les enfants se faisaient toujours bouffer en premier dans les films et les livres, alors elle supposait que c'était pour leur innocence et leur chair toute douce, et tendre. Depuis qu'elle était ici, Marley avait les mains noircies, abîmées, quelques marques de terre sur le visage probablement. Durant ses nuits sans sommeil, elle s'imaginait tout un discours à ressortir au cas où on veuille la manger. Parce que déjà, pour l'innocence, on repassera. Marley c'est surtout une grande gueule sur deux pattes qui courent beaucoup (trop). Et puis sa chair devait pas vraiment être tendre. Quand elle s'ennuyait, elle essayait de s'occuper d'un rien. Ses expériences l'ont mené à une conclusion : si tes cuisses font pas blop-blop, tu dois quand même pas avoir la chair super tendre. La dernière fois qu'elle a mangé un lapin, il faisait blop-blop.
Son regard se releva vers Vladislas. Elle pensa un instant que Ginny, lui et tous les autres faisaient toujours la même tête. Ça m'fait pas peur. Comme si elle y était habituée, Marley monta sans trop de peine sur la chaise, la table, le comptoir, examina les casseroles. Sans se plaindre, comme si d'un coup elle n'était plus assez jeune pour ça. Ce qui la faisait se sentir comme une gosse, par contre, c'était d'avoir constamment au moins un regard plaqué dans son dos. Non pas que l'idée d'attirer les regard ne lui plaise pas – elle s'en tape – c'est être surveillée qu'elle n'aime pas. Comme si elle était prête à faire une connerie et n'attendait qu'une chose : qu'ils se tournent. Mais c'est bon. Elle n'allait pas manger un gosse, ni s'amuser à frapper deux casseroles ensemble pour faire de la musique – à choisir elle le ferait avec un couteau sur le bois de la table. Faisant le chemin inverse, Marley sautilla jusqu'au sol poussiéreux. Elle soulevait tout ce qu'elle trouvait, retournait tout ce qui était retournable. Elle voulait en voir autant que possible, ici. Et puis, elle disparut.
Dans les faits, elle n'avait rien fait d'autre que s'aventurer dans le couloir puis dans ce qui ressemblait à un salon. Mais d'apparence, pour les deux autres, elle s'était probablement volatilisée. A la manière dont elle le fait toujours, même sans le vouloir. Marley ne comptait pas attendre trois heures dans la cuisine. Elle n'était pas assez patiente pour ça, et n'avait pas envie de l'être.
Premièrement, s'il faut retrouver un gamin, vaut mieux se bouger. Deuxièmement, s'ils ont peur de la duchesse ou je ne sais pas quoi ici, plus vite ils sortiront, mieux ce sera. La voix de Vladimir lui parvint au loin. « Je propose qu'on reste ensemble dans les prochaines pièces, qui sait quel monstre pourrait traîner ici... » Marley n'en faisait rien. S'il voulait rester avec, il venait, suffisait d'avancer.
Marley contourna les fauteuils, fouilla autour des fenêtres. Elle montait sur les caisses, les meubles, grattait un peu la terre des pots de fleurs au cas où. Il fallait retrouver Polycarpe, mais le hurlement de Marley fut le premier à raisonner dans la maison. Un grand cri de surprise, presque de peur si on ne la connaissait pas. Pressée contre la fenêtre, blondie sautillait en chantonnant. JE L'AI TROUVÉ ! Sa voix faisait des échos jusqu'à l'extérieur de la maison. Elle n'était pas loin de danser la macarena sur son rebord en bois. Marley ne pensait pas au fait que son cri puisse être entendu par d'autres gens que Vladislas, Ginny et peut-être Polycarpe. Elle ne pensait pas non plus au fait que s'ils ne venaient pas à ses côtés voir que le chouchou qu'elle avait perdu était devant la maison, de loin, elle pouvait avoir l'air d'avoir retrouvé le gamin.
Ah, déception, quand tu nous tiens.


Dernière édition par Marley Lynch le Dim 10 Aoû - 17:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t114-mille-et-une-secondes-marley
Alice
Alice

❝ cet endroit a quelque peu changé ❞

✢ DENTS PERDUES : 221
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2401
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 06/05/2014
✢ PSEUDO : alice.
✢ AVATAR : liddell.
✢ CREDITS : de moi à moi.
✢ AGE DU PERSONNAGE : qui saurait vraiment le dire ?
✢ JE SUIS : ce que j'ai toujours été.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : créatrice.
✢ LOCALISATION : dans un lit d'hôpital.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_lqnqu2erAi1qc200lo1_500
✢ JE EST UN AUTRE : la reine de coeur, le chat, le chapelier, je suis tout et rien à la fois.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptyMar 22 Juil - 14:51



L'amanite
boule de poils grillée

L
'immonde Bandersnatch est là, il arrive la gueule ouverte et les dents bien aiguisées. A croire qu'il vous attendait, tout sourire, s'impatientant même de pouvoir vous croquer. Dans toute sa splendeur, la porte principale de la maison de la Duchesse se brise dans un énorme fracas, ses pattes quant à elles retombent lourdement sur le carrelage brisé. Il vous sent, peut à travers ses petits yeux entrevoir des ombres qui dansent autour d'un feu déjà mort. Essayer de le tuer serait peine perdue, sa peau est aussi difficile à transpercer que du metal, encore faudrait-il pourquoi pas lui lancer une bombe dans le gosier, mais, personne ici n'en a, pas vrai ? La fuite. Courrez, vite avant qu'il ne vous gobe, qui sait, peut-être qu'en-dessous de sa langue vous verrez la tête du petit Polycarpe ? Grognement venant du fin fond de son estomac vide, la seule possibilité pour vous c'est d'aller dans la cave, fermer la porte, attendre qu'il parte. Gare aux claustrophobes et ceux qui ont peur du noir, il est dit que dans cette pièce l'on entend des sons étranges, que des bras sortent des murs pour vous ramener avec eux, ou serait-ce des fantômes ?



_________________
Everything's a nail, is it, Miss Hammerhead? First it was your search, freighted with fear and fragmented memories. Now it's the train! Never time for tea. While your brain's on holiday, we're ruined!
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org
Ginny Buckley
Ginny Buckley

❝ êtes-vous pion ou reine ? ❞

✢ DENTS PERDUES : 200
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2435
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 25/06/2014
✢ PSEUDO : candies-world
✢ AVATAR : alexis bledel
✢ CREDITS : avatar: whiskey lullaby ; gifs: tumblr ; signature: petulia ; chanson: Nightwish - Storytime.
✢ AGE DU PERSONNAGE : trente ans à peine
✢ JE SUIS : semblable à un petit être effrayé qui court après le temps
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : maîtresse d'école pour une classe de primaire, et auteure d'album jeunesse à ses heures perdues. également maman à plein temps.
✢ LOCALISATION : dans la vallée des larmes, seul refuge réconfortant dans ce monde inconnu et étrange
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_munxn8giuu...jyo9_250-466ef0c
Ring around the rosy
Pocket full of posies
Ashes, ashes,
We all fall down
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_n5j9fjeuhg...qwo1_400-466ef38
✢ JE EST UN AUTRE : grace samuels, son côté obscur de la force
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptySam 26 Juil - 16:31


But while he was seeking with thimbles and care
A Bandersnatch swiftly drew nigh
And grabbed at the Banker, who shrieked in despair,
For he knew it was useless to fly.


L
es minutes semblaient défiler à la lenteur d'un escargot. Fouillant tous les recoins possibles de la lugubre cuisine, les trois comparses n'avançaient pas tellement dans leurs recherches pour retrouver le jeune Polycarpe. Ginny regardait derrière les meubles, ainsi qu'en dessous, pour être sûr que le petit garçon ne s'y était pas glissé. Vladislas et Marley quant à eux, s'étaient hissés sur les hauteurs, autrement dit sur la table et les autres meubles qui étaient à leur portée. Ils regardaient un peu partout, surtout dans les casseroles. Ça aurait été assez dérangeant d'imaginer qu'un enfant ait pu avoir une telle vision d'horreur. Des petits membres coupés net et jetés là pour être cuits par la suite, dans le cadre d'un repas copieux et malsain. Rien que d'y penser, la brunette en avait des frissons d'effrois. Et puis étant donné qu'elle avait une petite fille de trois ans, elle ne pouvait s'empêcher d'imaginer cette bonne femme courir après sa fillette, l'attraper et ensuite... Ginny chassa cette pensées de sa tête. Après tout elle était ici pour retrouver un petit garçon disparu, elle ne devait pas se perdre dans ses souvenirs et oublier où elle était. Dans une maison imposante, traînant une macabre histoire dans chacune de ses pièces, à l'odeur de renfermé et... cela devait être dit, de cadavres. Peut-être que la connaissance de cette rumeur renforçait cette odeur dans les narines de la brunette, ou alors l'imaginait-elle, car aucun de ses compagnons ne s'était plaint de l'odeur qui pouvait régner. Prenant son courage à deux mains, elle continuait néanmoins de farfouiller chaque recoins du sol de la cuisine. Elle ne se tentait pas à monter sur les meubles, puisqu'ils étaient déjà deux là-haut, ils ne feraient que se marcher sur les pieds. Et puis, du moment qu'ils étaient dans la même pièce, rassemblés et se serrant les coudes, c'était ce qui comptait. D'ailleurs, entendre Vladislas confirmer qu'il était plus intelligent de rester tous ensemble en prenant comme exemple qu'ils ne pouvaient savoir quelle bête pouvait traîner ici, cela rassurait grandement Ginny. Le comportement de Marley, lui, ne la rassurait assurément pas. Elle était bien jeune, bien insouciante et bien trop téméraire. Ginny sentait que cette tête blonde devait être protégée contre elle-même. Il fallait qu'on la surveille, afin d'éviter qu'elle fasse des bêtises, et qu'elle se tue d'une quelconque façon.

Toujours rien. Ginny commençait à désespérer, même s'il restait encore quelques pièces à visiter et à fouiller. En fait, elle espérait le trouver rapidement, dès l'entrée de la maison, pour repartir aussi vite qu'ils étaient venus, tous. Mais plus elle fouillait, et plus elle devait se rendre à l'évidence : cette recherche prendrait plus de temps qu'elle le pensait. Soupirant, elle rejoignit le centre de la cuisine. « Je ne l'ai pas trouvé, et vous ? » Elle reconnu la silhouette de Vladislas, mais curieusement, elle ne vit pas Marley. Son cœur rata un battement. Elle aurait presque été jusqu'à prier pour voir la bouille de la jeune fille. Mais non. Oh. Quand le jeune homme s'approcha d'elle, il comprit lui aussi qu'il manquait quelqu'un. « Où est Marley ? » Durant quelques secondes, ils restèrent sur place, sans doute à essayer d'imaginer où cette gamine aurait pu aller. Et puis, presque comme une réponse à sa question, Ginny entendit un crie de victoire, venant du salon qui était adjacent à la cuisine. « JE L'AI TROUVÉ ! » Polycarpe. Lançant un coup d’œil à Vladislas, ils se précipitèrent dans la pièce voisine. Marley était perchée en hauteur, et sautillait de joie. Ginny espérait sincèrement qu'elle avait retrouvé Polycarpe, pourtant elle ne distinguait pas la silhouette pourtant si particulière du jeune garçon. La brunette ne comprenait pas trop, et elle en fronçait même les sourcils. Mais elle n'aura pas du tout le temps de comprendre car un grand bruit venait déjà troubler le calme de la maison. Un sursaut parcourut tout le corps de Ginny, qui se tourna instinctivement vers l'origine du bruit, même si elle était face à un mur désormais. Son cœur battait la chamade dans sa poitrine, et la peur ne cessait de monter au fond d'elle. Ce bruit venait de l'entrée. Elle n'osait plus bouger. Un grondement et des pas lourds venaient aiguiser la peur qui piquait le fond de son être. C'était la première fois qu'elle se retrouvait face à une créature aussi grosse, et que la mort semblait si proche d'elle... Une nouvelle fois. Elle commençait à paniquer. Serrant dans ses mains son ombrelle protectrice, elle entendait la bête s'approcher et, lui semblait-il, elle se déplaçait vers la cuisine. Tétanisée, elle entendait pourtant au fond d'elle son instinct de survie lui hurler de prendre ses jambes à son cou. Mais ses jambes ne voulaient pas lui obéir. Elle due attendre de sentir une main lui saisir le bras pour qu'elle se rende compte qu'il fallait qu'elle bouge. Et vite.

Elle suivit le mouvement, derrière une des deux chevelures blondes. Elle ne cherchait même pas à savoir derrière qui elle était en vérité. Son esprit était tellement vif qu'elle n'arrivait pas à arrêter ses pensées sur une chose précise. Elle était poussée par l'adrénaline qui coulait dans ses veines et son instinct qui lui criait de courir plus vite. Encore plus vite. Elle risqua à un coup d’œil derrière elle, lorsqu'ils quittèrent le salon. Une énorme bête, aux crocs acérés et à la soif de sang à peine dissimulée se tenait presque à l'entrée de la pièce. Elle ne vit que ça de la bête, puisqu'elle continua sa course. Elle entendait trois séries de pas, trois respirations. Au moins, Marley était parmi eux. C'était l'important.

Elle ne pouvait pas distinguer le décor qui défilait autour d'elle. Elle ne comprenait pas où ils allaient, mais elle suivait, ses jambes décidant enfin de suivre le rythme effréné de cette course à la survie. Elle entendait derrière elle les grognements de la bête, dont elle ne connaissait même pas l'espèce. Une autre créature venue d'ailleurs, bizarre mais logique dans ce monde de folie. Ginny vit Vladislas ouvrir une porte, et les plonger tous les trois dans l'obscurité. Ils descendaient des marches également assez hautes, mais plus ils descendaient et plus le noir régnait en maître. Heureusement, une faible source de lumière luttait depuis une grande bougie posée sur une table. Ils se dirigèrent instinctivement vers elle. Ginny était plus rassurée. Au moins, il y avait quelque chose entre eux et la grosse bête. Ils auraient peut-être une petite chance de survie. La brunette s'écroula par terre, les jambes en coton et cherchant le souffle qui lui manquait après cette course. Elle avait toujours son ombrelle serrée contre elle, comme un faible bouclier protecteur. Mais qui face à cette créature n'aurait pas fait long feu. Elle leva les yeux vers ses acolytes. Ils semblaient eux aussi surpris par ce brusque retournement de situation. Eux qui étaient venus chercher un petit garçon étrange se retrouvaient maintenant pourchassés par une bête assoiffée de sang. Marley elle, semblait tout aussi radieuse que d'habitude, malgré le danger qui les surveillait derrière cette porte. Ginny avait envie de lui dire tout ce qu'elle avait sur le cœur, mais elle n'arrivait pas à mettre des mots sur ce qu'elle ressentait. De la peur, de la colère, une envie de lui hurler dessus mais en même temps de la serrer dans ses bras. Tous ces sentiments contradictoires l'empêchaient de placer un simple mot vis à vit d'elle. Ginny se tourna alors vers Vladislas. « Qu'est-ce que c'était que ça ? »

Elle observait en même temps la pièce, qui lui donnait elle aussi une mauvaise impression, comme le reste de cette macabre maison. Mais c'était différent ici. On aurait dit qu'ils s'étaient retrouvé dans un film d'horreur. Une pièce sombre, avec une ambiance froide et menaçante. Oui, une véritable cave de film d'horreur. Elle déglutit, inquiète de ce qui les attendait encore ici. Soudain, elle entendit un gémissement.
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t91-ginny-welcolme-to-this-carnival-of-rust https://insanekids.forumactif.org/t211-ginny-some-of-them-want-to-use-you-some-of-them-want-to-get-used-by-you
Vladislas Oridor
Vladislas Oridor

❝ tu n'as toujours pas retrouvé le sens de la réalité ❞

✢ DENTS PERDUES : 562
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2688
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 08/07/2014
✢ PSEUDO : vntmlsc
✢ AVATAR : Andrej Pejic
✢ CREDITS : Eylika
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : Le chapelier fou.
✢ DANS TES POCHES : Un calepin et un stylo, quelques plantes rammassées ci et là, des ficelles.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Météorologue.
✢ LOCALISATION : Probablement dans les écuries lunaires.

Maybe I should cry for help
Or maybe I should kill myself
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_nad79ukgYR1qd576ko1_500
✢ JE EST UN AUTRE : Non.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptyMer 30 Juil - 10:03

La fouille de la cuisine ne donnait rien, ce qui le fait soupirer. Qui sait combien de temps allait-il perdre à chercher Polycarpe ? Il se donnait une constance, il avait ici un ouvrage à finir, il se sentait comme un étudiant stressé par une fin d'année qui n'arrivait jamais. Il n'y avait rien ici, ni enfants, ni faune, ni flore. Il voulait juste partir. « Je ne l'ai pas trouvé, et vous ? » Vladislas hocha négativement la tête alors qu'il rejoignait la brunette au centre de la pièce. Il aimait bien Ginny, malgré le peu de temps passé avec elle, il sentait comme une aura rassurante émanant d'elle malgré ses yeux apeurés par l'endroit. Marley par exemple, la mettait plus mal à l'aise, malaise qu'il avait l'habitude de ressentir. Il finit par se raidir, coupé dans ses états d'âmes, où était la petite Marley ? Une exclamation bruyante de la blondinette finit répondre à sa question silencieuse – et à celle, vivement exprimée, de Ginny. Marley était dans la pièce d'à côté. Avec Polycarpe ! Il suivit Ginny au pas de course, agrippant toujours son précieux cheval bâton, des fois que le petit Polycarpe ne soit entouré d'une mare de monstres – et, à l'instant précis, Marley était considérée comme un monstre. Marley était bien là, en hauteur, à sautiller de joie, mais sans l'enfant. Elle semblait tenir quelque chose dans sa main, mais Vladislas doutait fort que cela ne soit lié avec leur quête. « Marley de quoi tu... » la phrase du russe fut coupée par un fracas ahurissant, qui le fit trembler jusqu'au plus profond de lui-même. Quelqu'un – quelque chose – était entré. Et ça n'avait pas l'air très sympa. « Marley descends tout de suite ! » dit-il d'un ton qu'il voulait autoritaire, mais bas. S'il avait réussi à survivre jusqu'ici, c'était en restant cloîtré dans ses écuries sans se faire remarquer, et, fut le bruit que faisait la chose en se rapprochant, il était était peut-être de bon ton de passer inaperçu à ses yeux. Il leur fallait trouver une issue, et vite, se cacher, préférablement autre part. Si la chose avait réussi à défoncer la porte, elle aurait sans doute aucun mal à faire voltiger un meuble pour aller croquer les trois cornichons oubliés en dessous. Il fit le tour plusieurs fois sur lui-même, finissant par apercevoir une porte. « Par là bas, vite ! » dit-il, la pointant du doigt, mais, face au manque de réaction de Ginny, il préféra la prendre par le bras plutôt que de la laisser en amuse-gueule. Si la chose aimait ce qu'elle mangeait en entrée, il y avait des chances qu'elle redouble d'ardeur pour atteindre le plat et le dessert.

La course vers la porte semblait durer une éternité, ou, en tout cas, assez longtemps pour que la chose parvienne jusqu'à eux. Vladislas s’agrippa à la porte, l'ouvrit avec fracas dans le feux de l'action, et y précipita les autres, avant de s'engouffrer lui-même dans l'obscurité. Et c'est là qu'il le vit, le monstre. Ce n'était plus une bête, c'était bien pire que ça. Il referma la porte, ne trouvant rien pour la bloquer, finit par rejoindre les deux filles à grandes enjambées, le souffle lourd. Les marches lui semblaient s'agrandir au fur et à mesure que l'obscurité les recouvraient. Il pouvait les sentir, Ginny et Marley, elles étaient là, ce qui le soulagea profondément. Il pouvait admettre sans aucun scrupule qu'il les aurait laissé crever si l'une d'elle étai resté là bas. Plutôt leur vie que la sienne. Dans l'obscurité naquit une lumière, attrayante, qui les attira comme des insectes lors d'une nuit noire, et, arrivé près de la table d’où elle émanait, la tension sembla retomber. Le souffle lourd, la bouche desséchée et le cœur prêt à exploser – il y porta sa main, gardant le mauvais souvenir de sa mort – Vladislas aurait donné n'importe quoi pour de l'eau. Ginny semblait s'écrouler sous le poids de l'émotion, mais Vladislas n'en bougea pas, occupé à calmer sa respiration folle. Dans tout les cas,  il n'avait aucune compétence médicale, et, à part regarder mourir les autres, il ne serait sûrement pas d'une grande aide. Il s'approcha de la lumière, sortit son calepin et commença à y gribouiller ce qu'il avait aperçu du monstre : taille approximative, dents, bave, couleur, bruits... Il ne voulait rien perdre des détails mémorisés à la va vite qui restait de s'évanouir dans son esprit. « Qu'est-ce que c'était que ça ? » Vladislas ne prit pas la peine de relever la tête, mais répondit du tac au tac. « Je ne sais pas, je n'en ai jamais vu avant... » il se retourna vers Marley. « Toi, tu sais comment ça s’appelle ? » dit-il, laissant son crayon suspendu en l'air, sans pour autant entendre ce qui glaça le sang de Ginny, persuadé que cette cave humide et sombre était un endroit sur...
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t224-vladislav-le-monstre-et-le-prodige-ont-les-memes-racines https://insanekids.forumactif.org/t231-vladislav-primadonna-girl
Marley Lynch
Marley Lynch

❝ êtes-vous pion ou reine ? ❞

✢ DENTS PERDUES : 299
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2552
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 25/06/2014
✢ PSEUDO : corbeau
✢ AVATAR : Chloë Moretz
✢ CREDITS : mercure.
✢ AGE DU PERSONNAGE : dix-sept ans aux dernières nouvelles.
✢ JE SUIS : le chapelier fou, au bout de sa table, la langue trop pendue.
✢ DANS TES POCHES : un élastique pour sa tignasse, quelques miettes d'elle ne sait plus trop quoi, un vieux morceau de papier jauni - une liste de courses d'avant, ou un truc du genre.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : lycéenne. bonnes notes, pas si conne, mais trop bavarde. elle espérait vivre assez longtemps pour devenir vétérinaire - oups.
✢ LOCALISATION : va savoir. essaie de chercher Lew - elle en est jamais très loin, de toute façon.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_n9l8bhI6Gc1rsm583o3_250
''l'avenir est un long passé''

✢ JE EST UN AUTRE : meredith, l'handicapée qui veut pas peindre en mille couleurs l'air du vent (ce connard).
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptySam 2 Aoû - 12:33


''Aventure est juste un nom
romantique pour problème.''
Comme elle s'en était douté (mais trop tard), les cris de Marley n'enchantaient personne. Bon, elle n'avait pas retrouvé Polycarpe, mais elle ne s'était pas perdue – ni dans la maison ni dans sa tête. Connaissant Marley, c'était déjà beaucoup, alors il ne fallait pas en espérer beaucoup plus. Ceci dit, ce qui leur arrivait était bien pire que de perdre une gamine dans la maison d'une cannibale morte avec celui qu'ils sont venus chercher. Marley de quoi tu... Marley descends tout de suite ! Marley s'exécuta sans discuter et sautilla jusqu'au sol, rejoindre ses camarades. Le bruit qui avait coupé Vladislas dans son élan était le plus gros qu'elle ait jamais entendu. Elle imaginait bien la porte éclater en mille morceaux, le couloir ne plus savoir en quelle couleur se changer. Les traces de pattes sur le sol, la boue que plus personne ne viendra nettoyer. Ce qui semblait le plus étonnant pour Marley était le fait qu'elle n'ait jamais vu quelconque créature – parce que ça n'était clairement pas humain – arriver par la fenêtre. Elle n'avait senti aucun regard les fixer, n'avait nu étinceler aucune paire de crocs acérés. Et pourtant, la porte n'avait pas volé en éclats sous le poids du vent, c'était tout bonnement impossible. De toute façon, y avait pas de vent, alors c'était tout vu. Par là bas, vite ! Vladislas l'aida à sortir de ses pensées. Ils n'avaient pas vraiment de temps à consacrer à deviner ce qui avait fait plus de bordel que la gosse – et c'est pas une mince affaire. S'ils traînaient là plus longtemps, ils finiraient en curly pour monstre au mieux. Et Marley préférait ne pas penser à l'endroit par où elle devrait en ressortir. C'était pas vraiment son délire. N'écoutant que son légendaire courage, Marley se précipita derrière Vladislas et Ginny. Et puis elle n'a pas eu trop le temps de comprendre ce qu'il se passait. Le grand blond qui ouvrait une porte dans un grand bruit, Ginny qui y était précipitée avant qu'elle-même ne le soit. Mais Marley, jusqu'à ce que Vladislas referme la porte comme il pouvait et la presse à descendre les marches, ne pouvait pas s'empêcher de fixer la bestiole. Effrayée, oui, mais surtout curieuse. Elle aurait pu y rester, oui, elle aurait pu se faire bouffer tout comme les deux autres. Mais c'est encore une gamine qui veut croire aux films qu'elle a vu où une gamine peut dompter un immense ours polaire, et en tant que tel, elle était fascinée même par ce qui pouvait l'empêcher de marcher pour le reste de sa mort. De respirer, en fait. Une fois la porte fermée, Marley se laissa guider par Vladislas et sautilla jusqu'en bas, pas plus affolée que d'habitude. Elle s'avança doucement vers la table. Ce qu'elle aurait voulu faire, c'est se précipiter un peu partout dans la pièce et fouiller tout ce qu'elle trouvait, même si elle doutait trouver quoi que ce soit. Mais si elle s'éloignait déjà, elle risquait de se prendre un coup de bâton dans la gueule, ou peut-être encore pire, du genre les deux qui se liguent contre elle pour la foutre dehors et l'écouter se faire mélodieusement bouffer. Si elle a de la chance ils ramèneront quelques cheveux en souvenir à Lew en lui disant un genre de Blablabla connasse, blablabla amen. avant de se tirer en courant. La blonde grimpa comme elle pouvait sur la table, s'amusant à passer sa main tout autour de la flamme de la bougie. L'éloignant parfois quand ça commençait à brûler. Elle avait toujours été fascinée par le feu, et la situation critique n'y changeait pas grand chose. C'était à la fois le problème et l'avantage avec Marley : si elle veut faire quelque chose, même le jour où un énorme monstre menace de la déchiqueter, elle continuera sur sa lancée. Alors les voilà dans une cave avec une gamine qui s'amuse à se brûler la main et un machin qui grogne dehors, et c'est pas très rassurant. Vous croyez qu'on a combien de temps devant nous avant que la bougie ne s'éteigne ? Et si on est forcés de rester là, est-ce qu'on devra se tuer et se bouffer ? Marley leva de grands yeux vers Vladislas, les déplaçant vers Ginny. Aucun d'eux n'avait l'air rassuré. Blondie aurait aimé avoir des coéquipiers qui foncent dans le tas comme des idiots avec elle et viennent explorer avec elle, mais ceux-là étaient sûrement trop responsables et adultes pour la laisser faire ce qu'elle veut. Mais elle les aimait bien quand même, ils étaient gentils. Qu'est-ce que c'était que ça ? Je ne sais pas, je n'en ai jamais vu avant... Vladislas était trop occupé à gribouiller sur son carnet pour regarder Ginny en lui répondant, mais Marley, elle, observait la jeune femme dans le moindre détail. Elle tenta un sourire gentil pour essayer de la rassurer – ce qui n'avait pas l'air gagné – et l'aurait presque prise dans ses bras si elle n'était pas inquiète de se prendre un coup de boule. Toi, tu sais comment ça s’appelle ? L'attention de Marley se porta de nouveau vers Vladislas, et elle hocha la tête avec énergie, fière de pouvoir les aider à quelque chose. J'en ai entendu parler, au village champignon. Elle s'installa plus au centre de la table, en tailleur, et fixa un point contre le mur qu'elle devinait, face à elle. C'est le Bandersnatch. C'est un machin énorme et avec des dents plus pointues que des couteaux de boucher. Un vieux monsieur disait que c'est depuis qu'y a plus la Reine Rouge qu'il est comme ça – comment elle devait alors la classe si c'était ça son chien de garde. Marley se tourna sur le côté et sauta de la table, avançant vers le mur qu'elle observait jusque là. A mi-chemin, elle se retourna et avança à reculons. Ah, et c'est increvable aussi, il paraît ! Elle sourit autant qu'elle pouvait, excitée par l'aventure du jour. Ou de la semaine. Et peut-être la dernière, en fait, mais ça claque comme dernière aventure. Le gémissement inquiétant pour Ginny n'en était que plus fascinant pour Marley, et d'autres se firent entendre peu après. Son regard passait un peu partout, à gauche, à droite, en haut et en bas. Persuadée d'avoir vu un fantôme, là, et un autre là-bas, et encore un ici – ou peut-être que son imagination lui joue des tours – Marley commença à sauter sur place avant de se précipiter vers les formes qu'elle pensait avoir vues... jusqu'à ce que quelque chose ne l'attrape par le bras et ne l'attire vers le mur. La gamine essaya de se débattre comme elle le pouvait, sans grand succès, et se mit à hurler de surprise en espérant que ses deux compagnons ne la regarderaient pas se faire bouffer ou fantomiser sans bouger.


Dernière édition par Marley Lynch le Dim 10 Aoû - 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t114-mille-et-une-secondes-marley
Ginny Buckley
Ginny Buckley

❝ êtes-vous pion ou reine ? ❞

✢ DENTS PERDUES : 200
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2435
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 25/06/2014
✢ PSEUDO : candies-world
✢ AVATAR : alexis bledel
✢ CREDITS : avatar: whiskey lullaby ; gifs: tumblr ; signature: petulia ; chanson: Nightwish - Storytime.
✢ AGE DU PERSONNAGE : trente ans à peine
✢ JE SUIS : semblable à un petit être effrayé qui court après le temps
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : maîtresse d'école pour une classe de primaire, et auteure d'album jeunesse à ses heures perdues. également maman à plein temps.
✢ LOCALISATION : dans la vallée des larmes, seul refuge réconfortant dans ce monde inconnu et étrange
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_munxn8giuu...jyo9_250-466ef0c
Ring around the rosy
Pocket full of posies
Ashes, ashes,
We all fall down
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_n5j9fjeuhg...qwo1_400-466ef38
✢ JE EST UN AUTRE : grace samuels, son côté obscur de la force
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptyLun 4 Aoû - 11:30


But while he was seeking with thimbles and care
A Bandersnatch swiftly drew nigh
And grabbed at the Banker, who shrieked in despair,
For he knew it was useless to fly.


C
omme si ça n'avait pas déjà été suffisamment pénible de chercher un garçon dans la maison d'une ancienne cannibale géante, il fallait en plus qu'une énorme bête s'invite dans les recherches pour tenter de les bouffer. Si Ginny n'était pas rassurée à l'idée de se retrouver dans cette immense bâtisse, elle était maintenant terrorisée de savoir qu'une créature assoiffée de sang les attendait à présent derrière une simple porte. Vu la taille de cette bête, il était évident qu'elle pouvait tout détruire sur son passage, comme ça avait été le cas pour la porte d'entrée. Si elle le voulait, elle pourrait parfaitement les rejoindre dans cette cave et faire un véritable carnage. Une boucherie. Déchiqueter les membres des trois protagonistes, les éventrer, éparpiller leur sang sur les murs de la cave, ce qui rajouterait une énième légende à associer à cet endroit maudit. Dire que l'âme de trois malheureux ne pourrait reposer en paix, telle la violence de leur mort fut terrible. Éclairée par la faible lueur de cette bougie, Ginny se forçait à chasser de ses pensées ces idées glauques et effrayantes. Mourir une fois n'était donc pas suffisant ? Il fallait à présent qu'elle meurt sous les crocs de cette bestiole. Oui, pour la brunette, la situation était tellement désespérée qu'elle ne se voyait pas sortir en un seul morceau de cet endroit. Ou alors dans l'estomac d'un monstre.

« Vous croyez qu'on a combien de temps devant nous avant que la bougie ne s'éteigne ? Et si on est forcés de rester là, est-ce qu'on devra se tuer et se bouffer ? » Même dans les moments les plus critiques, Marley arrivait encore à changer le sujet de la conversation. Comme si son esprit d'adolescente faisait tout pour nier l'existence de ce danger imminent à l'extérieur. Ça faisait néanmoins de se dire qu'un esprit enfantin était encore vivant ici, mais pour combien de temps ? Là était la question. A cause de cette créature à l'extérieur, leur survie était limitée. D'ailleurs, une autre question lui brûlait les lèvres. « Qu'est-ce que c'était que ça ? » Absorbé par ce qu'il écrivait dans son carnet, Vladislas ne leva même pas les yeux vers elle, mais prit tout de même la peine de lui répondre. « Je ne sais pas, je n'en ai jamais vu avant... » Ils se tournèrent ensuite tout deux vers la jeune Marley. « Toi, tu sais comment ça s’appelle ? » C'est là que Ginny aperçut le sourire que lui offrait la jeune fille. Un sourire pour tenter de la rassurer, sans doute. Et la brunette en fut touchée. Même si elle n'en n'avait pas l'air, avec son air de petit chaton apeuré, ce sourire la réconforta un peu malgré tout. Elle s'était trouvé des compagnons d'infortune fort gentils, malgré tout ce qui leur arrivait. Ils lui avaient après tout sauvé la vie. Elle avait eu de la chance de tomber sur eux. Beaucoup l'aurait sans doute laissé derrière eux, ne se soucient que de leur propre vie, se fichant de celle du boulet du groupe. La pauvre jeune femme effrayée de tout, et qui a un bien trop grand cœur pour survivre ici bas. Oui, elle se voyait comme un boulet. Mais ne connaissant rien de ce pays, elle n'osait se mettre en avant et se battre. La prudence était de mise dans son esprit. Elle avait trop peur de mourir une seconde fois. Car elle était tout aussi vulnérable que les lutins qu'elle observait, près de là où elle était apparue, dans la Vallée des Larmes. Elle n'était rien face à cet univers édulcoré et dangereux.

« J'en ai entendu parler, au village champignon. C'est le Bandersnatch. C'est un machin énorme et avec des dents plus pointues que des couteaux de boucher. Un vieux monsieur disait que c'est depuis qu'y a plus la Reine Rouge qu'il est comme ça – comment elle devait alors la classe si c'était ça son chien de garde. » Ginny sourit à la dernière remarque de la jeune fille. Malgré la description macabre qu'elle avait fait de ce Bandersnatch, elle arrivait à adoucir la situation en faisant une remarque sur la « classe » de la Reine Rouge. Mais ce personnage l'intriguait malgré tout. La Reine Rouge ? Qui était-elle donc ? Elle n'en avait jamais entendu parler... Comme quoi, à part la Vallée des Larmes, elle ne connaissait rien de ce pays. Peut-être devrait-elle prendre son courage à deux mains et sortir de sa vallée, mais si cette Reine avec cette bestiole qui les attendait à l'étage comme animal de compagnie, alors que pouvait bien avoir les autres dirigeants de ce pays ? Des dragons ? Des serpents géants ? Des abeilles tueuses ? Rien qu'à cette pensée, elle en frissonnait. Ou peut-être était-ce à cause de ce gémissement plaintif qu'elle entendit soudain près de son oreille.

Ginny se retourna, le cœur battant, et crut voir une silhouette s'estomper dans les ténèbres. Un frisson lui traversait l'échine. Non. Elle avait due rêver. Pourtant lorsqu'elle retrouva sa place initiale, tournée vers Vladislas, elle vit une autre masse vaporeuse traverser la pièce. Elle se figea, essayant de se dire que ce n'était pas possible. Elle mit son visage entre ses mains pour tenter de calmer la panique qui montait à nouveau en elle. Après les découvertes macabres des cadavres d'enfants, le Bandersnatch, voilà maintenant qu'il y avait des fantômes dans cette cave. Qu'allait donc sortir d'un des placards de cette maison encore ? Une abeille géante et tueuse ? Là, ça serait vraiment la cerise sur le gâteau. Retenant ses larmes à cause de la pression phénoménale qu'elle se pressait sur ses propres épaules, elle releva la tête, tentant de faire abstraction de toutes ces voix qu'ils pouvaient maintenant entendre, et des fantômes qui passaient devant leurs yeux. Elle aperçut la chevelure de Marley un peu plus bas, toujours à courir comme une petite hyperactive. Elle se demandait vraiment ce qui avait bien pu retirer la vie à cette petite pleine de vie. Elle ne méritait certainement pas de mourir. Elle devait manquer à des dizaines de gens. Malgré son comportement un peu insouciant du danger, elle devait être aimée, elle devait être une excellente amie. La vie était vraiment cruelle.

Elle se tourna à nouveau vers la source lumineuse, et observa quelques instants Vladislas griffonner encore et toujours dans son carnet. Manifestement, les informations qu'avait livré Marley l'avait particulièrement intéressé. Dans un contexte plus doux et sain, Ginny lui aurait sans doute posé des questions sur ce qu'il écrivait dans son carnet. Mais là, elle n'avait pas le cœur de faire sa curieuse. Elle tentait encore de calmer son corps à chaque fois qu'elle sentait une masse s'approcher d'elle. Des frissons glaciales et violents à chaque fois. Elle ferma les yeux, tentant de penser à autre chose pour éviter de devenir vraiment cinglée et paniquée. Elle ne savait pas dans combien de temps ils pourraient sortir de cette maudite maison, alors il valait mieux essayer de garder son calme, le temps de trouver une solution. Peut-être creuser un tunnel dans la cave pour ressortir dehors sans croiser le Bandersnatch. Ça pouvait être une idée. Si vraiment la situation ne s'améliorait pas, elle la proposerait peut-être aux autres.

Un cri perçant déchira les ténèbres en deux. Ginny ouvrit les yeux, et se retourna vers l'origine de ce cri, qui continuait à être entendu. Son cœur rata un battement. Marley. Oubliant toutes ses angoisses, la brunette se leva d'un bond, et descendit le plus rapidement de la table sur laquelle ils étaient tous quelques instants plus tôt. « Marley ?! » Ginny pénétra dans la pénombre, la lueur de la bougie se faisant de plus en plus rare, mais elle se fiait aux cris de a jeune fille pour se repérer et tenter de la rejoindre. Puis, elle vit enfin la chevelure de l'adolescente juste devant elle. Elle se précipita, comme une mère se précipiterait pour récupérer sa fille en danger. C'était ce qu'elle était dans un sens. Une mère. Elle attrapa Marley par la taille, et tenta de la tirer vers elle, mais une force inconnue la retenait à  l'opposée. Ginny avait beau tirer, elles bougeaient à peine. Elle tenta de frapper cette main qui retenait la jeune fille tout en la pressant contre elle, mais elle avait l'impression qu'elle ne pouvait rien faire. C'était une masse sombre, et totalement lisse comme les écailles d'un poisson. Et surtout elle semblait ne pas se soucier des coups portés par Ginny. Elle tirait autant qu'elle le pouvait, mais elle sentit quelques choses lui frôler la cheville, et doucement la serrer à son tour. Elle grognait et gémissait sous l'effort qu'elle produisait. L'adrénaline coulait enfin dans ses veines, et la peur semblait ne plus être en elle. Un instinct maternel salvateur. Elle se sentait puissante, même si ses forces étaient peut-être insuffisantes. Mais elle sentait Marley s'éloigner du mur, ce qui la poussait à continuer ses efforts.
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t91-ginny-welcolme-to-this-carnival-of-rust https://insanekids.forumactif.org/t211-ginny-some-of-them-want-to-use-you-some-of-them-want-to-get-used-by-you
Vladislas Oridor
Vladislas Oridor

❝ tu n'as toujours pas retrouvé le sens de la réalité ❞

✢ DENTS PERDUES : 562
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2688
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 08/07/2014
✢ PSEUDO : vntmlsc
✢ AVATAR : Andrej Pejic
✢ CREDITS : Eylika
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : Le chapelier fou.
✢ DANS TES POCHES : Un calepin et un stylo, quelques plantes rammassées ci et là, des ficelles.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Météorologue.
✢ LOCALISATION : Probablement dans les écuries lunaires.

Maybe I should cry for help
Or maybe I should kill myself
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_nad79ukgYR1qd576ko1_500
✢ JE EST UN AUTRE : Non.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptyVen 8 Aoû - 19:56

Vladislas nota avec attention chaque détail que Marley donna sur la bête. Son nom, son ancienne fonction et surtout le fait que les habitants du village champignon devait en savoir plus. Il n'avait encore jamais vraiment osé aller voir les habitants du pays des merveilles, il restait distant, timide, comme à son habitude, n'ayant pour connaissance que les quelques personnes que le hasard lui avait envoyé. Il ajouta quelques détails à son dessin, tout en restant pensif. Allait-il revoir les deux jeunes filles ? Il aimait bien Ginny, ses yeux bleus et malheureux lui rappelait sa mère, sa façon délicate de  marcher lui inspirait confiance. Il restait plus mitigé face à Marley, elle avait l'air sympathique, drôle, mais son insouciance n'allait pas lui être profitable ici. Vladislas était un homme de l'ombre, à cela qu'il n'aimait pas être remarqué. C'était trop pour lui d'être le sens de l'attention, il y avait toujours cette gêne qui subsistait face aux autres. Au moins, au pays des merveilles, tout le monde était mal à l'aise, personne n'était dans son élément. Sans pour autant se sentir à proprement dire chez lui, Vladislas trouvait de charmant à cet endroit qu'il mettait tout le monde mal à l'aise. Et, d'une certaine façon, cela le réconfortait. Il était parfois heureux de voir des gens, le moindre signe de politesse venant de la part d'un étranger lui dessinait un sourire sur le visage, alors qu'auparavant, il se serait sûrement enfermé à double tour chez lui. Il était presque fier de lui, regardez-le , lui, le fragile Vladislas, parti à l'aventure dans une maison monstrueuse pour sauvez un enfant !

Le cri de Marley le fit sursauter. Il était trop concentré sur son carnet pour apercevoir les ombres dansantes, et maintenant son cœur était près à exploser, encore. Pourquoi un cri ? Le danger était derrière, calmé, Marley n'avait pas le droit de crier. Il espérait que ce soit encore une fausse alerte, mais son visage perdit ses faibles couleurs lorsqu'il vit la jeune fille se faire attirer dans l'ombre. « Marley ?! » Ginny sauta de la table, s'enfonçant dans les ténèbres. Le russe, sans vraiment y réfléchir, remit son carnet dans sa poche, et, face à la luminosité baissante, tâtonna quelques instants pour retrouver son cheval bâton. S'il y avait un ennemi, autant être prêt à l'affronter. Vladislas ne voyait rien, mais à chaque pas qu'il faisait vers ses deux acolytes, la sensation d'ombres se mouvant dans l'obscurité se renforçait. Il se sentait oppressé, il aurait voulu crier sans pour autant rien d'autre qu'un souffle saccadé ne sorte de son corps. Il avançait, main la première, griffant le vide, espérant tomber sur l'épaule frêle de Ginny ou Marley. S'était-il perdu, en faisant seulement quelque pas ? Il avait l'impression de ne plus rien voir, comme absorbé par l'obscurité angoissante, puis, enfin, il attrapa le bras frêle de Ginny.

L'étreinte de Ginny sur Marley était forte, comme si la brune s'accrochait à sa propre vie, mais, en même temps, elle semblait frapper comme une présence qui attirait la petite Marley vers le mur, l'ombre. Vladislas, qui fut envahi d'un courage soudain, magie de l'adrénaline, passa son bras jusqu'à atteindre le bras de Marley qu'il agrippa. D'un coup sec, il envoya son cheval bâton vers le mur, poussant alors de toute ses forces sur le bout de bois, plantant ses talons dans le sol. Il ne put s'empêcher de penser à tous ces hommes barbus qui arrivait à tirer des avions avec la simple force de leur bouche, alors il pouvait bien tirer deux filles frêles hors d'ici, non ? Cependant, Vladislas n'était pas un barbu musclé, mais ce qui retenait Marley n'était sans doute pas un avion de plusieurs tonnes, alors, emprunt par le désespoir, Vladislas poussa autant qu'il put sur son cheval batôn, tirant Marley vers lui avec l'aide de Ginny qui la tenait par la taille. C'est comme à chaque fois que l'on essaye de bouger quelque chose, on sent que cela bouge doucement, Vladislas pliant les genoux au fur et à mesure que Marley s'éloignait du mur et, alors, le miracle survient et, comme lâché d'un coup, les trois compères se retrouvent sur les fesses, quelques mètres plus loin. Vladislas ne pense même pas à se frotter ses petites fesses terreuses, il se relève d'un coup, toujours cramponner à son cheval bâton, se relève et s'érige comme une barrière frêle entre les deux filles et l'obscurité. Il essaye de remplir son devoir d'homme, de protecteur, sans pour autant savoir quoi dire. Vade retro Satanas ? Ou peut-être une insulte, quelque chose de vraiment viril ? Ne sachant quoi dire, il se tait, alerte, laissant le soin à Marley de dire quelque chose. Après tout, elle avait l'air de toujours avoir quelque chose à dire.
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t224-vladislav-le-monstre-et-le-prodige-ont-les-memes-racines https://insanekids.forumactif.org/t231-vladislav-primadonna-girl
Marley Lynch
Marley Lynch

❝ êtes-vous pion ou reine ? ❞

✢ DENTS PERDUES : 299
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2552
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 25/06/2014
✢ PSEUDO : corbeau
✢ AVATAR : Chloë Moretz
✢ CREDITS : mercure.
✢ AGE DU PERSONNAGE : dix-sept ans aux dernières nouvelles.
✢ JE SUIS : le chapelier fou, au bout de sa table, la langue trop pendue.
✢ DANS TES POCHES : un élastique pour sa tignasse, quelques miettes d'elle ne sait plus trop quoi, un vieux morceau de papier jauni - une liste de courses d'avant, ou un truc du genre.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : lycéenne. bonnes notes, pas si conne, mais trop bavarde. elle espérait vivre assez longtemps pour devenir vétérinaire - oups.
✢ LOCALISATION : va savoir. essaie de chercher Lew - elle en est jamais très loin, de toute façon.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_n9l8bhI6Gc1rsm583o3_250
''l'avenir est un long passé''

✢ JE EST UN AUTRE : meredith, l'handicapée qui veut pas peindre en mille couleurs l'air du vent (ce connard).
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptyDim 10 Aoû - 17:12


''Aventure est juste un nom
romantique pour problème.''
Marley n'avait aucune phobie. Elle n'avait jamais vraiment eu peur des monstres ni du noir. Pas besoin de lumière pour s'endormir, pas besoin de vérifier sous le lit ou dans les placards. Si elle entend un bruit dans la nuit, elle va voir sans peur que ce soit dangereux. Marley regardait énormément de films d'horreur, quand elle était vivante. Elle disait toujours qu'elle serait réalisatrice, pour enfin faire un film où l'héroïne ne serait pas une grosse conne avec des seins de la taille d'un uc de poney et qu'est pas foutue de sortir de sa putain de maison hantée et de se taper un cent mètres. Marley devant les films d'horreurs, elle gueulait, elle sautillait, elle riait – elle Marleyait. Ça lui arrivait de se cacher derrière ses mains, mais en général elle résistait bien. Elle supportait les scènes gores comme les dérangeantes psychologiquement. Bien sûr elle n'a pas vu les pires du genre, il y en a qu'elle se refusait à regarder, mais plus pas dégoût que peur. Et puis elle se retrouve là, et elle se dit que si elle était dans un film d'horreur, c'est elle qui serait l'héroïne la plus cool et balèze de tous les films. Même au fond de cette cave, Marley arrivait à se convaincre que si c'est un film, tout ça, il sera putain de génial, et le scénario prévoit pas qu'elle y reste.
Pourtant quand la blonde ouvre les yeux, tout est noir. C'est pas un film, peut-être que tu vas y rester. Elle se demande si l'option connasse dans la maison hantée n'était pas préférable. Elle n'avait jamais vu de film avec des gamines qui se font bouffer par un mur après avoir échappé à la plus grosse bestiole qu'elle ait jamais vu. Non, Marley n'avait pas de phobie, aucune peur particulière. Et pourtant, perdue dans le noir entre les bras de ses coéquipiers et les forces inconnues, Marley était prête à voir les crédits. Le Bandersnatch, c'était effrayant, mais c'était pas pareil. Elle est pas con, la gosse. Elle sait qu'à quelques secondes près elle se faisait bouffer, mais l'adrénaline prenait le dessus. Et là, les bras tremblants et les yeux humides, elle pouvait le dire. Marley a peur. Marley s'écroulerait parterre si elle le pouvait. Le noir depuis le fond de son lit, avec sa mère à quelques mètres et Caleb juste en face, c'était moins effrayant. Y avait toujours la lumière du réveil, y avait toujours le tic, tac de l'horloge du salon qui résonnait jusqu'à elle. Qui la dérangeait et qu'elle détestait, mais auquel elle était habituée. Se faire tirer par le bras, c'était plus agréable, là-bas. Ça retournait pas l'estomac. Ça résonnait pas comme un « si on t'lâche on te retrouve plus ». Marley réprime un sanglot comme elle peut, serre ses mains autour de ce qu'elle peut agripper de ses camarades. Même Ginny, maintenant, avait l'air plus forte qu'elle. Elle avait peur, Marley, du noir, de tout, mais elle avait surtout peur de la vitesse à laquelle la peur l'avait envahie. Une seconde ou deux à tout casser. C'est court, une seconde ou deux, et pourtant Marley réalise. Que tout part pas en couilles lentement, que ça peut venir d'un coup. Qu'il suffit pas de sauter partout et de sourire comme si rien ne l'atteignait pour échapper au pire. Que si elle était sagement resté sur cette putain de table, à faire la conversation à Vladislas et Ginny, elle se serait tout au plus brûlé les doigts avec la flamme de la bougie. Et quoi si ça recommençait, hein ? Si la prochaine fois qu'elle se retrouve devant une bestiole un peu trop offensive, elle perd tous ses moyens, qu'elle tremble à en faire claquer ses genoux et qu'elle s'écroule ? Le même message passait et repassait en boucle dans sa tête. T'es pas courageuse. T'es qu'une gosse, trop têtue, et beaucoup trop conne.
Mais Ginny et Vladislas semblaient avoir prit toute sa détermination à elle. Une seconde suffisait aussi à s'améliorer et à devenir un petit héros. Marley ne distinguait toujours rien d'autre que le noir, mais se sentait glisser jusqu'à voler dans les airs et se retrouver le cul parterre. Elle n'était pas sûre d'avoir volé dans le bon côté, si sûre d'où étaient ses sauveurs. Ginny, Vlad ? Sans attendre, Marley se lançait à tâtons à leur recherche comme une gosse chercherait son doudou. Elle effleura doucement le bras de ce qu'elle devinait être Ginny et lui sautait au cou, pas sûre de devoir la remercier ou s'excuser. Ou les deux. Elle renifla doucement, essayant de se calmer contre Ginny comme elle l'aurait fait contre sa mère. Marley inspira un grand coup avant de se détacher de la brune. Désolée... de foncer sans réfléchir et de pas faire gaffe et que t'aies été obligé de m'aider. Ah et puis de t'avoir sauté dessus comme une sauvage, aussi. Les poings serrés, la gamine s'essuya les yeux. Si elle avait su, elle se serait enfui après avoir prit les morceaux de pomme et les aurait emmenés avec elle. Elle se releva doucement et s'avança jusqu'à être à côté de Vladislas, la main appuyée sur son paquet de cartes – juste au cas où. Marley tira sur la manche du grand blond. Merci. Elle l'attira doucement en arrière, vers Ginny. On peut retourner à la table ? Cette fois-ci, Marley n'était pas prête de s'éloigner d'eux, Polycarpe et Bandersnatch ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t114-mille-et-une-secondes-marley
Alice
Alice

❝ cet endroit a quelque peu changé ❞

✢ DENTS PERDUES : 221
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2401
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 06/05/2014
✢ PSEUDO : alice.
✢ AVATAR : liddell.
✢ CREDITS : de moi à moi.
✢ AGE DU PERSONNAGE : qui saurait vraiment le dire ?
✢ JE SUIS : ce que j'ai toujours été.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : créatrice.
✢ LOCALISATION : dans un lit d'hôpital.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Tumblr_lqnqu2erAi1qc200lo1_500
✢ JE EST UN AUTRE : la reine de coeur, le chat, le chapelier, je suis tout et rien à la fois.
PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite EmptyDim 10 Aoû - 17:19



L'amanite
môme au buffet

I
l est là l'enfant à la peau blâfarde, aux yeux aussi profonds qu'une mer déchaînée, à la dégaine à la fois étonnante autant que dégoûtante. Polycarpe, son souffle est court, son attention est rivé sur le sol. Recroquevillé dans un coin de la cave, y'a du sang sur son corps, sur son short qui en est même imbibé. Aucun son. Aucun mot ne sort de ses lèvres. Sa pauvre tête se redresse, serait-ce de l'aide ? Ses jambes suivent la cadence, elles tremblent, menacent de s'effondrer à chaque seconde. Personne ne saurait dire ce que l'gamin a vu, ça devait être assez affreux pour qu'il n'ose même pas signaler sa présence. Trois personnes. Deux femmes, un homme. C'est pour lui qu'ils sont là ? Ou désirent-ils autre chose comme sa perte ? Des larmes perlent dans ses yeux, roulent sur son corps pour atterrir sur le sol, une fontaine qui défile. Mains passant sur ses mimines, il ose se placer dans la lumière. Sa mère, son père. Il veut les revoir. Polycarpe il a besoin de plus, de quelqu'un. Ce qu'il fait alors, c'est qu'il s'approche de la grande brune aux yeux comme lui et entoure ses bras autour de ses jambes en continuant de chouiner comme jamais. Toujours le silence. A croire que sa langue a été coupée.


Et maintenant ?
tu es terminé mon chew

A
vant toute chose, merci à vous petits membres de votre participation à cette première intrigue.  :maw: Le staff espère qu'elle vous a plus autant que nous nous sommes amusées à la mettre en place ! Si ça se termine là ? Ooh non.  :zomg:  :leuv: Je ne pourrais vous dire que : la suite au prochain épisode, m'voyez ?  :hehe:  :huhu: Vous pouvez, si vous le voulez bien entendu poster à la suite de ce topic quant à la réaction de personnage face à la retrouvaille de l'enfant, il n'y a aucun problème !  :frfr: Vous pouvez aussi vous arrêter là si le coeur vous en dit, le principal ayant été fait.  :hin: On sait qu'on arrive à vous tenir en haleine - ou peut-être pas ? :was: - quoi qu'il en soit, nous vous réservons des surprises pour la prochaine version qui ne saurait pas tarder.  :pervers:

ENCORE MERCI A VOUS ET LOVE SUR VOS FESSES.  :hu:  :bn:  :mex:



_________________
Everything's a nail, is it, Miss Hammerhead? First it was your search, freighted with fear and fragmented memories. Now it's the train! Never time for tea. While your brain's on holiday, we're ruined!
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org
Contenu sponsorisé


PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty
MessageSujet: Re: PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite   PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

PREMIERE INTRIGUE ☩ l'amanite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ WHAT HAVE YOU DONE ALICE ?  ::  :: Le gouffre sans fond :: Les RPs :: RPs terminés-