AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Les conséquences de la première INTRIGUE de WHYDA, c'est par ici ! :proud: :cat:
N'hésitez pas à REMONTER WHYDA sur bazzart ou prd :hin: :fox:

Ce n'est pas parce que le forum a une annexe sur les troubles qu'il est obligatoire de jouer un personnage malade.
UN SAIN D'ESPRIT c'est tout aussi bien. :rabbit: What a Face
Il est obligatoire de BIEN lire les annexes, auquel cas le staff vous mordra les fesses. :ivil:
Nous n'acceptons pas les pseudos à initiales - retournons aux origines simplistes les enfants. :aw:
Entre autre, pour continuer sur les pseudos, les prénoms trop excentriques (drogue, alcool
:chaat: ou autre totalement improbable) sont INTERDITS, merci de rester réalistes. :chaat:
Les personnages du pays des merveilles ne sont pas acceptés, seuls les morts peuvent passer ! :maw:
Le Deal du moment :
Jusqu’à 50% de remise sur la boutique en ...
Voir le deal

Partagez | 
 

 Cherrybomb (VLAD)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tael Pratchett
Tael Pratchett

❝ je suis en enfer ! ❞

✢ DENTS PERDUES : 26
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2106
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 22/08/2014
✢ PSEUDO : RAIN./LISA
✢ AVATAR : ASH STYMEST.
✢ CREDITS : CLASS WHORE
✢ AGE DU PERSONNAGE : VINGT NEURONES.
✢ JE SUIS : CUP OF TEA IN YOUR ASS.
✢ DANS TES POCHES : UN CHIFFON CRASSEUX / UN BRIQUET FOUTU / UN BON DE RÉDUCTION SUR DES PIZZAS / UN PAQUET DE CLOPES VIDE / DES TROUS.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : LAVEUR DE CARREAUX A MI-TEMPS, BRANLEUR A TEMPS PLEIN.
✢ LOCALISATION : AHAH.

Cherrybomb (VLAD) 23.2
STACKS
le cynisme est la seule réponse raisonnable aux bouffonneries de l'humanité

✢ JE EST UN AUTRE : JE EST UNIQUE.
Cherrybomb (VLAD) Empty
MessageSujet: Cherrybomb (VLAD)   Cherrybomb (VLAD) EmptyMar 26 Aoû - 21:04


Le prince charmant est décédé

Q
uand un Tael de compagnie s'aventure à l'extérieur ça donne souvent lieu à des situations assez comiques voire totalement grotesques. Pas que Tael ne soit pas quelqu'un d'habile de ses mains -en fait si- ou qu'il ne sache pas se débrouiller tout seul -c'est exactement ça-, mais pour être indulgent avec lui on dira qu'il ferait mieux de retourner se cacher sous les jupes de sa mère avant qu'il ne meurt -une seconde fois- à cause d'un malheureux accident. Comme descendre d'un arbre par exemple. Grimper c'est facile, pire qu'un chimpanzé ce gars, mais lorsqu'il s'agit de descendre c'est une autre histoire. On peut alors assister à un magnifique concerto de jurons et de « A L'AIIIDE » en version soprano. Disons que son orgueil d'être masculin en prend un sacré coup dans les roubignoles, mais étant donné que ça fait plusieurs semaines qu'il est dans cette forêt qui brille tout seul comme un blaireau, ça doit sans doute lui passer au dessus de la tête. En réalité il y a beaucoup de choses qui passent au dessus de la tête de Tael ces derniers jours, comme le fait de toujours devoir être nickel (les baignoires d'eau chaude parfumée à la mangue sont rares ici), toujours être coiffé (il a bien tenté avec une branche qui traînait, mais l'résultat fut tellement immonde que ça fit même fermer leurs clapets aux lutins), bénéficier d'au minimum trois repas par jour (c'est difficile de vivre sans pizza pour le teubé), ainsi que de bouger ses fesses. Peut-être est-ce les premiers symptômes d'une dépression, ou tout simplement qu'il devient un potiron vivant, mais ça va faire trois jours qu'il n'a pas quitté son nid dans les arbres. Comme un robin des bois sans riches à gruger, comme un chevalier sans son armure, comme Nemo sans l'océan, comme... un clip de R&B sans pouffiasses en string. Voilà comment se sentait Tael. Vide. « J'ai faaaaaiim... » … le « vide » n'est pas symbolique, il est vraiment vide. Et comme Tael n'est pas chasseur, et comme Tael est un assisté de service, et comme les lutins ont l'air foutrement dégueulasses, il a décidé de descendre de son perchoir pour aller chercher quelques petites choses à se foutre sous la dent... même du gravier, il est pas difficile quand il est au bord de se couper l'pied pour avoir quelque chose à mastiquer. Puis pour essayer d'pas effrayer les bestioles c'pas facile hein, surtout en combinaison orange pétant de laveur de vitres. Non, sérieux, côté camouflage il y a largement mieux. Vraiment.

Alors il erre sans but, à la recherche de nourriture... il croise quelques lutins évidemment « Retourne brouter ta mère espèce de raclure de bidet » qu'ils disent d'un air si joyeux, mais Tael (Tael affamé, Tael fatigué, Tael qui a envie d'une putain de pizza bolognaise pleine de sauce piquante) n'a plus assez d'conviction pour leur répondre et c'est alors qu'il part -drapé dans sa dignité- en levant fièrement son majeur à ces sales bestioles, une grimace de dégoût sur la face. Et tandis que le preux Tael marche et marche encore à l'affut de la moindre chose, bestioles, herbe, champignon susceptible de combler ce vide au plus profond de son être (estomac pour les intimes) une tâche de couleur rose s'est mit à tracer à travers les plantes... bon il a marché assez longtemps pour dire qu'il ne sait absolument pas où il se trouve mais qu'est-ce qu'on s'en fout il y a un putain de poulet géant qui court devant lui, qui l'appelle ; « Tael, Taeeel, viens, viens manger ma chair, elle est diii délicieuuse, ça sera meilleure que la dinde de tata Monique »... comment résister à une voix aussi douce et suave.

Ouais, je sais. Il est en plein délire. Pauvre garçon.

Et c'est alors qu'il s'élance, gracieux comme un hippopotame bourré, après ce poulet rose. Il a de l'espoir ce petit, comme si ce merdeux de vingt ans, fumeur et absolument nul en sport, puisse rattraper cette bête de compétition. S'il était plus futé il la chopperait et l'utiliserait comme moyen de se faire du blé, les gamins adorent grimper sur des trucs pour faire des ballades à la con. Faut-il encore que des gamins vivent dans les parages. Faut il encore qu'il ne soit pas le seul être humain dans les parages. Fallait bien rectifier. Je serais ravie de vous décrire chaque détails, chaque gamelles majestueuses, chaque branches dans la gueule, chaque caillou sur l'chemin qui entravent la route de ce pauvre Tael, mais j'ai -honnêtement- pas très envie de le rendre plus pitoyable qu'il n'est déjà. Alors j'vais m'octroyer l'droit d'ellipse sur cette course épique entre un jeune homme et une autruche rose.

Après x vautrages, et x minutes à courir comme un demeuré...

La château est pas mal. Ouais non, faut l’admettre il a d'la gueule. Grand, blanc, pas des plus chaleureux non plus... Mais c'est pas la faute de Tael ! Le poulet a couru jusqu'ici et s'est planqué quelque part. Dans la tête du brun c'est genre « Trouver.Poulet.Trouver.Plumer.Manger.Manger. », ouais même pour son propre cerveau il est trop con. M'enfin passons l'obsession de Tael pour cette bestioles rose et voyons voir où est-ce qu'on est là. Vers un château, merci captain obvious, mais sinon. L'idée d'aller s'installer sur un trône alléchait grandement l'idiot, mais le poulet est bien plus important. De toute façon on a passé la salle là, ici y a plein de plantes et de trucs bizarres. Une serre. Ouais, c'comme ça qu'on appelle ça chez nous les vivants, ici ça s'appelle peut-être juste une mini-jungle... le bébé d'une jungle. Ta gueule Tael. C'est triste quand même, lui qui pensait qu'en crevant il se ferait nourrir par des déesses comme dans les films de mauvais goût. Mais non. Il cherche un poulet. « Je sais que tu es lààà... viens, petit petit... j'veux pas t'faire de mal, j'veux juste qu'on apprenne à se connaître toi et moi... autour d'un p'tit brunch... » un brunch. Un brunch quoi. Tael t'as pas trouvé mieux comme technique de chasse ? Inviter une autruche à un brunch. Oui. Pourquoi pas après tout. On est dans un monde où les plantes parlent quand on y pense.

L'abandon.

Sa quête se termine ici au milieu de la serre. Vide. Triste. Désespérément désespéré. Le poulet a gagné. On peut désormais certifier qu'une autruche rose est plus intelligente et plus sportive que Tael. Voilà. Conclusion de la journée. On peut rentrer retourner végéter tranquillement. MAIS. Oui, il y a un « mais », quelque chose attira l'oeil aiguisé de notre adorable tête de god ; une chevelure blonde et soyeuse (elle semble soyeuse de loin hein) portée par un corps élancée et tout en finesse. Une fille. Une nana. Une meuf. Un être humain de sexe opposé. Un vagin. Tael bug, Tael fait les grands yeux, Tael n'est plus seul, Tael a quelqu'un à faire chier. Et c'est une femme. Manque de bol pour elle, coup d'chance incroyable pour le kéké de service. Et il va pas laisser passer l'occasion de repeupler le monde avec une douce créature, hein Tael ? Il se recoiffe d'une main, renifle ses dessous d'bras, son haleine, perfection comme toujours. Putain, mais quel con. Et il s'avance vers la demoiselle de dos qui fait... des trucs de demoiselle dans une serre. Quoi, on s'en bat les couilles hein, on lui demande pas d'faire quelque chose de constructif à la donzelle du moment qu'il peut fourrer sa main dans sa culotte. Porc. Sale macaque en rut, Tael. « Salut beauté... » Non, Tael, non. Ne t'appuie pas contre ce truc pour poser des plantes dessus, ne joue pas de tes sourcils pour avoir l'air attirant, non. Stop. Arrête, pitié. « T'es perdue belle créature aux cheveux d'or ? » Putain.

Best.Phrase d'approche.Ever.
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t376-tael-i-just-want-to-be-a-hermit-and-live-in-a-cave-with-an-elephant-that-pisses-vodka#15144
Vladislas Oridor
Vladislas Oridor

❝ tu n'as toujours pas retrouvé le sens de la réalité ❞

✢ DENTS PERDUES : 562
☩ CERVELLES GAGNÉES : 2688
✢ ARRIVÉ AU PAYS LE : 08/07/2014
✢ PSEUDO : vntmlsc
✢ AVATAR : Andrej Pejic
✢ CREDITS : Eylika
✢ AGE DU PERSONNAGE : 24 ans
✢ JE SUIS : Le chapelier fou.
✢ DANS TES POCHES : Un calepin et un stylo, quelques plantes rammassées ci et là, des ficelles.
✢ TA VIE : 100/100
✢ ANCIEN METIER : Météorologue.
✢ LOCALISATION : Probablement dans les écuries lunaires.

Maybe I should cry for help
Or maybe I should kill myself
Cherrybomb (VLAD) Tumblr_nad79ukgYR1qd576ko1_500
✢ JE EST UN AUTRE : Non.
Cherrybomb (VLAD) Empty
MessageSujet: Re: Cherrybomb (VLAD)   Cherrybomb (VLAD) EmptyJeu 28 Aoû - 13:49

La serre à croquer restait un endroit intriguant. L'endroit confiné, habité par les diverses plantes, ruisselants de craquements en tout genre rappelait le jardin des plantes de Kaliningrad au russe. L'atmosphère était étouffante, chaude, la vue était brouillée par certaines vapeurs – d'eau ? Rien n'en était moins sûr – dégagée par les plantes. De ses rares excursions ici, le blond avait appris beaucoup de choses, avidement retranscrites sur son carnet : quel fruit était comestible, lequel rendait malade... Mais surtout, ne jamais s'aventurer au fond de la serre. Les plantes énormes qui y résidaient étaient tout sauf abordable. L'une d'elle, avec sa grande mâchoire, était digne d'un film horrifique des années 60, son allure de papier mâchée la rendait presque drôle, ses dents acérées et brillantes un peu moins. Vladislas, sans vraiment savoir pourquoi, avait décidé de se promener parmi les plantes aromatiques et les arbres fruitiers, ceux qui ne risquaient pas de le manger ou de lui arracher un membre sans crier garde. Il aimait bien l'odeur de la serre, atypique, mais tellement délicieuse. De son ancienne vie en Russie ou à Londres, il ne se souvenait pas d'une telle odeur de nature, peut-être étais-ce le fait d'habiter en ville, où les parcs n'étaient que des ersatz malheureux de la campagne. La seule odeur douce et fruitée qu'il se rappelait, étonnamment, n'était pas les parfums envahissants du cabaret de Londres, où toutes les fragrances mélangées lui faisait parfois tourner la tête, mais un souvenir lumineux de sa mère, sortant le linge fraîchement lavé de la vieille machine. Une odeur de lilas, parfois de roses, qui le rendait heureux. Qui le faisait sourire sans raison apparente. Sa mère, il la pensait comme une magicienne, capable d'enlever l'odeur des poissons morts des vêtements de son père pour les rendre doux comme des fleurs. L'odeur des roses blanches qui envahissaient la serre lui rappelait tout ces moments heureux, alors qu'elle était encore en vie. A Londres, dans les rues sombres ou les salles éclairées, il n'avait jamais ressentie une telle odeur, chaude, qui l'enveloppait et le rassurait à peine l'arôme venait chatouiller l'entrée de ses narines. Tout n'avait été qu'illusion après le départ brusque de sa mère, tout n'était que fantôme d'une joie perdue, inaccessible, mais, maintenant que Vladislas avait pleinement embrassé la mort après une vie morcelée, il la sentait à nouveau. L'odeur des roses enfantines.

« Salut beauté... » La voix de l'homme derrière lui le fit sursauter et lâcher les quelques roses qu'il avait commencé à ramasser, plongé dans ses pensées. Vladislas, se retournant brusquement, ses cheveux voletant gracieusement, emportés par le mouvement entier de son corps, fit face au nouvel arrivant. Il n'avait pas grand chose d'un homme, plus un gamin, un grand gamin, comme de ceux qui venaient parfois au cabaret en sortant du lycée pour boire un verre. Vladislas lui donnait vingt ans, mais il transpirait l'insouciance, comme si sa combinaison orange laissait entendre que ce nouvel arrivant allait être le nouveau bouffon du pays des merveilles, prêt à jongler de ses sourcils à défaut de balles, comme il le faisait en ce moment même. Vladislas eut un petit rire, camouflant son sourire derrière une main timide. Cela faisant longtemps qu'on ne l'avait pas appelé beauté, et, à vrai dire, le compliment le toucha. « T'es perdue belle créature aux cheveux d'or ? » Un léger rouge sur les joues, Vladislas se baissa pour ramasser les quelques roses blanches qui étaient tombées à ses pieds. « Salut. » dit-il, d'une petite voix timide, comme intimidé par l'approche du brun. « Non, je sais parfaitement où je suis, mais toi, par contre, tu as l'air perdu. » Encore un sourire furtif de la part du blond. Il se relève, remet une mèche échappée derrière son oreille tout en observant son interlocuteur. Il le fait sourire, maladroit, son visage aux quelques traits encore adolescent lui semble comme un vent d'air frais face aux têtes maussades du pays des merveilles. Ici, beaucoup de gens semblaient avoir abandonné toute espoir, et rare étaient ceux qui osaient encore draguer, comme si la fatalité avait eut raison du dernier soupçon de vie encore en eux. « Tu es nouveau ici non? » dit Vladislas, gardant sa petite voix de minette. Pas que sa voix habituelle ne soit plus grave – loin de là – mais il aimait bien cela, il avait oublié, ce que c'était que d'être le centre de l'attention. Avec sa combinaison orange, Tael n'allait sûrement pas faire long feu ici, il n'était pas bon de se faire remarquer, qui sait, peut-être qu'une plante allait le remarquer et essayer de l'attraper, bien que pour l'instant, Vladislas n'en avait vu aucune avec des yeux. Mais, au pays des merveilles, il ne fallait pas avoir peur des surprises, elles avaient tendances à être omniprésentes, comme si le matin de Noël survenait toutes les heures. D'un geste fluide, gracieux, Vladislas attrapa un fruit rouge, comme une pomme qui semblait être recouverte de sucre, et la tendit à Tael « Bienvenue parmi nous... » il laissa la phrase en suspens, attendant que le brun lâche enfin son nom.
Revenir en haut Aller en bas
https://insanekids.forumactif.org/t224-vladislav-le-monstre-et-le-prodige-ont-les-memes-racines https://insanekids.forumactif.org/t231-vladislav-primadonna-girl
 

Cherrybomb (VLAD)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☩ WHAT HAVE YOU DONE ALICE ?  ::  :: Château de la Reine Blanche :: La serre à croquer-